toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Christine Angot a raison au sujet de la Shoah ! Le terrorisme intellectuel des «minoritaristes» doit cesser !


Christine Angot a raison au sujet de la Shoah ! Le terrorisme intellectuel des «minoritaristes» doit cesser !

«Je n’aime pas ce qu’il y a d’arrogant, de prétentieux, de faussement tragique dans les enjeux des «minoritaristes» contemporains » Jean-François Lyotard

Les femmes et les hommes noirs et blancs à tête plate et au cœur insensible se révoltent sur les réseaux sociaux et sur les différents plateaux de télévision contre Christine Angot qui n’a pourtant dit que la vérité : en effet, c’est même un truisme que d’affirmer que l’esclavage des noirs venus d’Afrique n’avait pas pour but l’extermination ! Il est évident que cela ne veut pas dire que l’esclavage ne fut pas inhumain (rappelons au passage que de très nombreuses tribus africaines participèrent à la traite négrière en vendant aux esclavagistes blancs leurs ennemis défaits lors des guerres tribales !).

La «passion ardente » pour l’égalité, comme le disait Tocqueville, a gangrené toutes les sociétés occidentales au point qu’il ne peut plus exister de gradation dans l’horreur quand on parle de faits historiques touchant des minorités visibles (or, cette «gradation » existe pourtant dans le droit pénal , avec par exemple des peines plus lourdes lorsqu’il y a des ‘’circonstances aggravantes’’, bien que le résultat du délit ou du crime soit le même ! Ce qui n’est pas le cas ici).

Les faits sont pourtant têtus ! En 1790 il y avait 760 000 noirs aux États-Unis, ils étaient 4,4 millions en 1860, 8,8 millions en 1900 et environs 45 millions en 2017. La population noire n’a donc cessé de croître aux USA, tandis que la population juive d’Europe est passée de 9 millions en 1939 à 3 millions en 1945 pour atteindre seulement 1,4 millions en 2010…Le peuple juif ne se remettra donc jamais , tant sur le plan émotionnel que sur le plan quantitatif, du paradigme de l’horreur que fut la Shoah !

Loading...

Mais les « braves gens » se plaignent ,les Juifs même morts les ennuient, ils voleraient la vedette aux autres victimes de l’ histoire. Oui, même dans la mort , les Juifs seraient des privilégiés !
Je me pose encore et encore cette question qui me tourmente : Comment autant de haine peut-elle suinter de l’ abjection humaine dont l’ antisémite est l’exemple intemporel ?

Freud « expliquait » l’ inexplicable en citant parmi les « raisons » de l’ antisémitisme la jalousie pathologique ressentie par ces derniers vis- à-vis des Juifs . Mais de là à être jaloux de leurs malheurs! Et pourtant…
Les Juifs auraient bien aimé perdre au « concours » (inventé par des antisémites ! ) de la « concurrence des victimes ».

Seulement, par droiture intellectuelle, il faut rappeler le fait que malheureusement les Juifs sont les victimes d’une haine impensable depuis des millénaires. Oui, les Juifs ont été victimes pendant la seconde guerre mondiale d’ un « crime sans nom » comme l’a dit Churchill . Les Juifs furent les victimes du pire crime de l’histoire de l’ humanité. L’absolue déraison antisémite (pour paraphraser Jean-Pierre Faye) a mené à la destruction systématique et industrielle de 6 millions de Juifs dont 1,5 millions d’enfants à l’échelle de tout un continent (n’oublions pas non plus le sort des Juifs d’ Afrique du Nord qui furent aussi victimes de la barbarie nazie).
Nietzsche écrivit en 1878 dans Humain trop humain, que le peuple juif : «a parmi tous les peuples, eu l’ histoire la plus pénible… ». Qu’ aurait-il dit s’il avait assisté à la Shoah ?!

Aujourd’hui – encore et toujours – on agresse et on tue des Juifs juste parce qu’ils sont nés Juifs. Les Juifs massacrés pendant la Shoah le furent «hors-scène» du politique comme le disait – je schématise – Jean-François Lyotard. En effet, les Juifs n’ont jamais représenté une quelconque menace objective pour personne !

© Frédéric Sroussi (journaliste-essayiste) pour Europe-Israël.org

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Frédéric Sroussi est journaliste et essayiste. Il a collaboré, entre autres, au Journal du Parlement français, à l'édition française du Jerusalem Post, à la revue de l'Instituto Centroamericano de Prospectiva e Investigación (ICAPI) ou encore à la revue France-Israël Information. Il est aussi l'auteur de deux essais.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 11 thoughts on “Christine Angot a raison au sujet de la Shoah ! Le terrorisme intellectuel des «minoritaristes» doit cesser !

    1. Rosa SAHSAN

      Bien sûr qu’elle a raison Christine Angot. Mais comme elle choque le camp du bien
      on crie Haro sur madame Angot. Depuis que les gauchistes sont au courant qu’elle a des origines juives tout le monde lui tombe dessus.
      ROSA

    2. Robert Davis

      L’absolue déraison de J.P.Faye est très bien dit et il faut le dire mais ça ne sert pas à grand chose car l’analyse de base dans cette affaire d’antisémitisme’ est fausse:il s’agit de RAPPORT DE FORCE et par conséquent de lâcheté, aucun argument n’est opposable à cela et les bien pensants s’égosillent je ne dirai pas pour rien car à la longue cela portera probblement mais presque. Le pire dans tout cela c’est le rapport de force et…en faveur d’Israel mais l’esprit des juifs est encore enfermé dans un ghetto.

    3. Marie

      Bonjour,

      Je pense qu’il y a confusion et si je suppose que vos intentions n’ont rien de mauvaises, leur impact est absolument nauséabond.
      Le soucis n’est pas que Madame Angot ait souligné le but d’extermination de toute une population. Il est réel, il a existé et les victimes encore vivantes de cette abomination font un travail de mémoire et d’instruction qui me dépasse tant il est extraordinaire. Je suis bouche bée devant la force et la sagesse qu’ont pu retiré ces personnes d’une expérience aussi inhumaine et annihilante.

      Le problème est que cette dame est tellement vide que pour nourrir son discours, elle n’a rien trouvé d’autre que la comparaison … c’était une erreur, maladresse ou pas. L’histoire de la Shoah se suffit à elle même, les mémoires des victimes suffisent, les traces que des générations portent suffisent, la douleur encore vive comme le souligne certains commentaires, suffit. Alors pourquoi écraser la douleur des autres, quant on peut nourrir son discours de tout cela pour faire passer son message.
      C’est médiocre, d’une médiocrité absolument insupportable qui nous montre qu’au final nous n’apprenons rien. Pour un descendant d’esclave, c’est le comble de l’irrespect et du mépris. Pour un spectateur comme moi, c’est d’une médiocrité innommable. Visiblement Christine Angot ne connait rien de l’esclavage, elle aurait du s’en tenir à ce qu’elle connait.
      Vous valez mieux que ça, s’il vous plait, ne jouez pas à ça.

    4. Frédéric Sroussi Post author

      Marie.
      Je n’accepte pas vos pitoyables leçons de morale. Il n’y plus d’esclavagisme depuis des siècles et donc aucun des noirs qui se plaignent n’ont travaillé ou ont eu de la famille qui a travaillé dans un champ de coton…
      Vous n’êtes pas capable de faire une simple analyse historique tant vous êtes lobotomisée par le politiquement correct. Vous faites partie de ces personnes que je dénonce dans mon article.
      Allez donc rejoindre des gens qui pensent comme vous : Dieudonné M’Bala M’Bala, Amedy Coulibaly, Louis Farrakhan, Kobili Traore (l’assassin de Madame Halimi), etc…
      Frédéric Sroussi

    5. Vidal

      Bonjour , en ce qui concerne ce sujet, lire l’excellent livre de Olivier Grenouilleau sur les traites Négrieres, qui ‘ l’or de sa sortie a suscité la polémique alors qu il ne faisait que reprendrez les travaux de ses collègues Britannique . On y apprend notamment que plus que quelques exceptions, l’esclavage inter Africains était une institution en Afrique , et jusqu’au 20 ème siècle , il y avait deux exportations : les hommes et l’ivoire . Depuis plus de 2000 ans .

    6. Marie

      Vous avez le droit de ne pas accepter, cela n’en reste pas moins médiocre tout comme le cheminement de pensée que vous exposez. Je ne vous demande pas de comprendre, juste d’en faire l’effort, ce qui visiblement est inutile. On va s’arrêter là, surtout que maintenant vous vous mettez à mentir. L’abolition de l’esclavage a eu lieu en France en 1848, soit il y à 171 ans pas 2000 ans, 171 ans, lorsque la déclaration des droits de l’homme et du citoyen a eu lieu en 1789 qu’était donc l’esclave ? Tout comme celle que vous défendez vous ne savez pas de quoi vous parlez et tout comme elle, vous devriez vous exprimer sur ce que vous maitrisez. Heureusement les noirs n’ont pas besoin de vous pour définir leur histoire. Occupez vous de la votre !

      Marie.

    7. Frédéric Sroussi Post author

      Marie,
      Apprenez le second dégré et la rhétorique. Le treizième amendement à la Constitution des États-Unis prend effet le 18 décembre 1865. « Ni esclavage, ni aucune forme de servitude involontaire ne pourront exister aux États-Unis, ni en aucun lieu soumis à leur juridiction ».
      Cela fait donc plus de 150 ans ! Ce n’est pas assez pour passer à autre chose ?
      Si les Noirs étaient si malheureux, ils retourneraient en Afrique, le pays de leurs ancêtres, comme nous les Juifs le faisons vers la Terre d’Israël !
      Au contraire, les Africains font tout pour venir en Europe et au États-Unis. Alors, cessez d’être de mauvaise foi !
      Allez faire la troll sur un autre site : je vous recommande le site de Soral…
      Vous êtes démasquée Madame Lourdes.
      Frédéric Sroussi

    8. LeClairvoyant

      A chacun son analyse, sa compassion,ou pas. Mais s’il vous plaît ! Pas de Haine.
      La Shoah n’est pas un crimes de guerre contre un ennemi vaincu. C’est un crime contre 6 millions de juifs d’innocents, des civiles sans défense. Hommes, femmes et enfants ils ne représentaient aucun danger pour les allemands, ni même pour le nazisme. C’est l’acte le plus vil que les humains ont put commettre dans leur histoire. D’ailleurs les juifs qui ont étés tués, hommes, femmes et enfants, étaient tous des civiles innocents. C’est cela que me révolte, que l’antisémitisme puise avoir droit de cité dans nos sociétés instruites et démocratiques. Disait Charles Chapline. « Je ne suis pas juif, mais serait pour moi un honneur être juif ». Car ils ont une hauteur d’esprit supérieur au nôtre. L’antisémitisme est un « mal » qui existe depuis près de 3 000 ans. Et il a été toujours injuste, car injustifié. Celui qui commet un crime antisémite, devrait être pendu, comme les quelques nazis à Nuremberg. J’aime les juifs depuis Adam et Eve, jusqu’au dernier nouveau né. Je ne les jalouse pas, mais je les aime, par le fait, qui ont étés les victimes de nos rois, nos dictateurs et de beaucoup de nos dirigeants politiques et religieux, qui ont alimenté la haine immonde qui est l’antisémitisme. Les juifs nous ont apporté beaucoup de Prix Nobel, savoir, sagesse et richesse à nos sociétés. Aussi bien les hauts placés que ses artistes, artisans et ouvriers. Merci à eux !

    9. Photini MITROU

      Je me demande si la polémique n’est pas venu du fait de la comparaison avec les juifs. Car en fait, ce que Angot a dit est la stricte vérité et c’est amusant que la condamnation tombe sur elle…
      L’esclave noir était une marchandise pour les négriers. Bien ou mal, c’est un autre débat qui a déjà eu lieu: c’était un crime contre l’humanité. Il n’y a plus à revenir sur ce thème. Mais
      Les marchands d’esclaves, dont l’investissement financier était important: bateaux (pouvant couler), équipage, achat des esclaves en Afrique… avaient intérêt que leur « marchandise » présente bien afin d’entrer dans leurs fonds et surtout de faire de gros bénéfices. Les esclaves étaient des « machines animées ». On n’a jamais vu un fabricant de machine abîmer volontairement son matériel avant de les mettre en vente. C’est sans doute un raisonnement mercantile odieux mais on ne peut pas modifier l’histoire. Une fois sur les bateaux, où ils étaient enchaînés pour éviter des désordres, les esclaves n’étaient pas fouettés comme, du temps des Romains, on faisait avec les galériens qui devaient ramer. Nous sommes ici sur des bateaux à voiles. Une discipline rigoureuse régnait dans la cale notamment question propreté (on vomissait beaucoup et on faisait aussi autre chose). Cette propreté était indispensable pour éviter les maladies transmissibles et aussi transmissibles à tout l’équipage. Les antibiotiques n’existaient pas. Les capitaines des bateaux bénéficiait de primes pour bon transport, « sans pertes ». Il n’y avait aucune raison de fouetter les noirs car un dos marqué par le fouet écartait cet esclave de la vente. Qui va acheter un esclave rebelle? Une fois achetés, les esclaves étaient marqués au nom de leur propriétaires. Ils n’étaient pas enchaînés pour travailler mais « libres » de leurs pas et de leurs mouvement mais ils ne pouvaient pas s’en aller. Pour aller où? Ils étaient vite repris et le maître avait le droit de le tuer. Mais le maître avait intérêt à ne pas maltraiter son esclave qui était son instrument de travail. Quand le noir était malade, il le faisait soigner comme on fait réparer une machine. Dans nos pays, à la même époque, quand un ouvrier était malade, il perdait son travail. C’est facile à comprendre. Les propriétaires terriens ne faisait pas par humanisme mais par intérêt. Les femmes systématiquement violées? Franchement et historiquement on ne sait pas. Mais le droit de cuissage n’existait-il pas chez nous jusqu’à la Révolution? Et il n’est même pas certain que ce droit ait disparu après. Sans compter que ces femmes ont aussi bien pu être violées par des noirs. La grande différence entre l’esclavage occidental et oriental réside essentiellement dans ce fait. Dans les Amériques, les noirs ont pu se marier, avec l’assentiment du maître, fonder des familles et faire des enfants, futurs travailleurs esclaves. Cela évitait d’avoir à racheter des esclaves. C’est la raison pour laquelle on a des noirs dans les Amériques. Dans les pays musulmans, il n’y a pas de population noire parce que les esclaves noirs étaient castrés et non seulement privés de leur liberté mais également du droit de fonder une famille.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *