toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Un septième djihadiste, Yassine Sakkam, condamné à mort en Irak « Je regrette d’avoir rejoint l’EI »…


Un septième djihadiste, Yassine Sakkam, condamné à mort en Irak « Je regrette d’avoir rejoint l’EI »…

Un tribunal de Bagdad a condamné à mort mercredi Yassine Sakkam, présumé membre de la filière  de Lunel (Hérault) pour appartenance au groupe jihadiste Etat islamique (EI), portant à sept le nombre de Français ayant écopé en quatre jours de la peine capitale dans ce pays .

« Je reconnais avoir fait allégeance (à l’EI). Je touchais un salaire de 70 dollars » par mois, a dit lors de l’audience Yassine Sakkam, un jeune homme de 29 ans, l’un des Français de l’EI les plus médiatisés. Il est le septième français condamné en mort en Irak.
« En France, je ne m’intéressais à rien, ni à la Palestine, ni à l’Irak, ni à la guerre. Je pensais seulement à gagner de l’argent. Entre deux verres (d’alcool) et de la cocaïne, j’ai appelé mon frère (en Syrie) et je lui ai dit: je viens te voir », a-t-il raconté.

« Je regrette d’avoir rejoint l’EI »

A la question du juge qui lui demandait où se trouvait actuellement son frère, il a répondu: « Il s’est fait exploser à la frontière irakienne ».

« Je regrette, je demande pardon à l’Etat irakien et aux victimes », a-t-il poursuivi.
Plus tôt dans la journée, le même tribunal avait condamné à mort un Tunisien, Mohammed Berriri, âgé de 24 ans, pour la même accusation.

Loading...

M. Berriri a indiqué avoir fait partie de différentes « brigades » de l’EI, où il était employé comme garde.
« Je regrette d’avoir rejoint l’EI », a-t-il dit.

« J’étais énervé »

« Je suis parti en Syrie parce que j’étais énervé et que je pensais que l’EI défendait les plus faibles. Aujourd’hui, j’ai vu la vérité sur l’EI et je n’ai plus rien à voir avec cette organisation », a-t-il ajouté.

MM. Berriri et Sakkam avaient été arrêtés en Syrie puis transférés en janvier en Irak avec un groupe de 10 jihadistes français présumés.

Six d’entre eux ont été condamnés à mort depuis dimanche pour avoir rejoint l’EI.  Brahim Nejara, 33 ans, accusé par le renseignement français d’avoir facilité l’envoi de jihadistes vers la Syrie, et Karam El Harchaoui, qui aura 33 ans jeudi, ont été condamnés à mort mardi par un tribunal de Bagdad.

Dimanche et lundi, Kévin Gonot, Léonard Lopez, Salim Machou et Mustapha Merzoughi avaient aussi été condamnés à la peine capitale par pendaison.

Mardi, la France a affirmé qu’elle « multipli(ait) les démarches pour éviter la peine de mort » à ces ressortissants, alors que Paris milite de longue date pour l’abolition de la peine capitale dans le monde.
Les condamnés ont 30 jours pour faire appel, et l’avocat français de Léonard Lopez a déjà annoncé qu’il le ferait.

Learn Hebrew online

Selon la loi irakienne, quiconque ayant rejoint une organisation « terroriste » –qu’il ait ou non combattu– est passible de la peine de mort.

Les défenseurs des droits humains dénoncent par ailleurs « de vrais risques de torture » et « aucune garantie pour des procès équitables » en Irak, 12e pays le plus corrompu au monde selon l’ONG Transparency International.

Bagdad a déjà condamné plus de 500 étrangers de l’EI –hommes et femmes–, mais aucun n’a jusqu’ici été exécuté.  Cette série de verdicts relance le débat sur l’épineuse question des jihadistes étrangers: le retour dans leur pays d’origine suscite un vif rejet dans l’opinion publique en Europe, où des Etats comme la France refusent dans le même temps la peine de mort et tout retour – et jugement – de ses ressortissants affiliés à l’EI.

Loading...

Source

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Un septième djihadiste, Yassine Sakkam, condamné à mort en Irak « Je regrette d’avoir rejoint l’EI »…

    1. michel Boissonneault

      vive l’irak , vive son système de justice anti-terroriste car ainsi ce Pays nettoie leurs rues de façon stricte bref j’approuve que l’ont terrorisent les terroristes + je suis jaloux que le Canada ne fait pas pareil

    2. Christian van der Stigghel

      Je m’etonne moi-même… Jusqu’a présent, j’etais favorable à ce que ces hommes soit punis selon les lois irakiennes. Mais à lire ce texte, je me dis que certains « paumés » sont partis pour échapper à un avenir sans espérance… Je me dis qu’il faut peut-être y regarder à deux fois avant d’aller à l’irréparable. Certains regrettent vraiment et je ne crois pas qu’il faille balayer d’un revers de main ces regrets et fermer la porte à toute rédemption. Il faut approfondir les enquêtes et ne pas se presser. Pour ceux qui sont confondus de crimes avérés, que la loi passe! Mais prudence… Ne pas rajouter l’irréparable injustice à des hommes qui sont des accidentés de la vie.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *