toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Attali prévient : « les conditions sont réunies pour déclencher des révolutions d’une extrême violence »


Attali prévient : « les conditions sont réunies pour déclencher des révolutions d’une extrême violence »

(Une analyse de Jacques Attali publiée ce samedi 11 mai sur le site de L’Express)

“Tous les pays d’Occident, la France en particulier, et bien d’autres pays du monde, sont au bord de révolutions brutales, dont les conséquences seront désastreuses pour des décennies ; ou très positives, si on sait les anticiper et régler intelligemment à l’avance les contradictions qu’elles traduisent.

Une révolution (je ne parle pas ici de révolutions scientifiques, artistiques, intellectuelles, toujours bienvenues ; mais de révolutions politiques) se déclenche toujours quand un régime ne sait plus assurer à ceux qu’il prétend servir le bien-être auxquels ils estiment avoir droit, et quand il ne fait plus assez peur pour se maintenir par la force. Alors, les révoltes deviennent des révolutions.

Ces révolutions commencent par inspirer des espoirs fous, dérapant souvent ensuite dans des dérives sanglantes, entraînant des contrerévolutions plus sanglantes encore ; jusqu’à ce que, des années, ou des décennies plus tard, les ambitions de la révolution initiale soient retrouvées, et ses idéaux servis, dans un contexte raisonnable et équilibré.

Rares sont les peuples qui ont réussi à faire l’économie de la révolution et de la contrerévolution, pour en arriver directement au régime le plus réaliste, conciliant le souhaitable et le possible.

Aujourd’hui, toutes les conditions sont réunies pour que se déclenchent un jour prochain, dans plusieurs pays, des révolutions d’une extrême violence.

Les régimes en place semblent en effet incapables de résoudre les difficultés et les frustrations, réelles ou ressenties, d’un grand nombre de citoyens : un travail absent, non rémunérateur, ou aliénant ; des services publics délabrés ; des territoires ruraux oubliés ; une agriculture en plein désarroi ; un environnement dégradé ; une précarité croissante ; des vies personnelles en miettes.

Ces régimes, se sentant menacés, se crispent et accordent de plus en plus de privilèges aux classes dominantes et à leurs enfants, rendant plus fous de colère encore ceux qui en sont exclus.

Quand ces colères ne sont que celles des plus pauvres, soumis et faibles, rien ne se passe. Quand elles atteignent, comme aujourd’hui, les classes moyennes, et quand celles-ci en déduisent qu’elles n’ont plus rien à perdre, la révolution devient possible.

Learn Hebrew online

On voit très bien la forme qu’elle pourra prendre bientôt, en France et dans d’autres pays d’occident : les peuples ne se contenteront plus du dégagisme soft, qui a conduit à remplacer une classe politique discréditée, par une autre, qui se prétendait nouvelle, mais qui n’était, en fait, qu’un autre avatar de la précédente, et qui n’a pas mieux réussi. Les peuples se révolteront contre tous ceux qui sont pensés comme ayant du pouvoir,dans les entreprises et les cités ; et en particulier contre leur capitale. Ils s’abandonneront alors à des chefs autoritaires, sortis des rangs du peuple, (ou à des pseudostars populistes, mêlant le simulacre au réel) avec la promesse d’accorder à tous les privilèges anciennement réservés aux élites et de protéger les peuples des menaces du monde. Mêlant ce qui s’est déjà annoncé en Italie, en Ukraine, et en Hongrie.

On peut être sceptique et refuser de penser que de telles révolutions soient possibles. Mon intuition est que tout se met en place pour qu’elles le deviennent. Très bientôt. Les révoltes, les colères, les manifestations d’aujourd’hui n’en sont pas des substituts. Ils en sont des signes précurseurs.

Comme à chaque révolution de ce genre, ceux des puissants d’aujourd’hui qui échapperont aux foudres des nouveaux dirigeants émigreront, en attendant que ces révolutions échouent, ce qui ne manquera pas d’arriver, après un temps plus ou moins long.

La contrerévolution sera encore une fois terrible, d’autant plus terrible que les privilégiés auront eu peur, ou qu’ils auront perdu des leurs et des biens dans la révolution.

Même si on n’apprend jamais rien de l’Histoire, on pourrait faire l’économie de ces désastres annoncés ; en organisant la nation comme elle le sera, quoi qu’il arrive, après les ravages de la révolution et de la contrerévolution : une nation beaucoup plus juste, beaucoup plus empathique, ouverte au monde, capable de penser aux intérêts des générations suivantes.

Pour y parvenir, il faudrait que les arrogantes élites d’aujourd’hui, veuillent bien laisser une part importante du pouvoir à ceux qui en sont le plus privés ; en particulier, aux femmes issues des territoires fragiles de la république, de la campagne et des quartiers : elles portent, mieux que personne, l’espoir de l’avenir. Sans violence, sans concession.”

L’Express

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 11 thoughts on “Attali prévient : « les conditions sont réunies pour déclencher des révolutions d’une extrême violence »

    1. Gozlan

      Nos dirigeants sont programmés pour diriger des entreprises or un pays ce ń’est Pas une affaire commerciale .L’etat doit Mettre tout en œuvre pour que ses citoyens puissent s’epanouir S’enrichir s’instruire …
      On ne veut d’aides de l’etat On veut plus de liberté d’entreprendre et interdire les trust et multinationales

    2. Amsallem

      Plus progressiste tu meurs ! Ridicule Attali avec sa suffisance et sa « moraline « à deux sous , on à pas besoin de ses commentaires pour savoir quoi penser .

    3. Salmon

      Ça aurait pu avec les gilets jaunes au début
      C ce que la majorité espérée
      Comme en Italie USA Israël etc

    4. Robert Davis

      A mon avis une révolution ne changerait rien, ce que veulent les gens qui en majorité n’ont pas compris le problème ou ne veulent pas le comprendre, c’est…de l’argent! Or l’argent il faut le gagner d’abord avant de le distribuer et la gauche n’a pas la moindre idée de la façon de le gagner. Le gouvernement de la France aujourd’hui a besoin de plusieurs dizaines de milliards peut-être 100 milliards pour satisfaire les gens. Or on ne peut pas trouver 100 M. par des économies gentilles bisounours, le seul poste qui peut les procurer c’est l’arrêt des allocs aux arabes et noirs, aux migrants et ceux qui sont déjà dans la place. Qui en parle? PERSONNE sauf à mots couverts Marine. A défaut oui, une révolution!

    5. Jean-Francois Morf

      Les mahométans vont attaquer les chrétiens et tout leur voler: comme au Pakistan anglais, comme en Algérie française, comme au Liban chrétien, comme au Kosovo chrétien, comme aux 55 pays non mahométans qu’ils ont entièrement dévalisés, en tuant « 669 million non-muslims » (Google).
      Soros va spéculer à la baisse sur l’Euro et « gagner » des billions en ruinant tous les européens. C’est bien pour cela qu’il a provoqué le grand remplacement!

    6. Asher Cohen

      Si en 1981, les français ont élu un gouvernement de gauche socialiste c’est qu’il y avait déjà un gros problème et les conditions d’une révolution se concrétisaient. Curieusement, c’est la gauche étatiste, dont faisait partie Mr Atali, qui a fait croire qu’elle « libéralisait » tout en fabricant des millions de demandeurs d’emploi à exploiter par le travail forcé (toute analogie avec les étatistes staliniens, mussoliniens, ou nazis, est,bien sûr, pure coïncidence fortuite). Quand on a vu qu’essayer de réduire à l’esclavage ne marchait pas, on a alors joué la carte du remplacement de population. Le problème est que les populations déplacées ne sont pas dupes et ne veulent pas engraisser les autres à leurs dépends. Alors la solution? La guerre civile plutôt que la révolution, mais les français ne sont toujours pas prêts à combattre et sûrement pas assurés de la gagner. Dans tous les cas, la révolution est improbable parce qu’il n’y a pas de solutions politiques à la situation actuelle de la France, et trop de gens n’ont rien d’autre à perdre que leur petite peau.

    7. alauda

      Dans mon territoire « fragile », on ne souffre pas de surpopulation, ni de stress lié aux bouchons. Le niveau sonore ambiant est acceptable, puisque l’on entend très bien les oiseaux. On vit encore au rythme ancestral des saisons. Il fait froid en hiver et chaud en été. Et la course du soleil tourne toujours dans le même sens que les aiguilles de la montre, sans varier d’un iota.

      Les conditions y sont réunies pour que la Terre continue de tourner à son rythme, si le mégalomaniaque bipède des cavernes ne lui met pas de bâton irréversible dans les roues en lui demandant plus qu’elle ne peut donner.

      Si j’avais du pouvoir, je planterai des arbres fruitiers dans les jardins publics des quartiers où les gamins ne savent plus rien des fruits de la nature bons à manger sous l’arbre. Je déclarerai ringardes ces immenses pelouses stériles qui n’alimentent que les tondeuses à gazon, qu’entourent des cimetières de thuyas toxiques que fuient les oiseaux. Les fraisiers, les groseilliers blancs, rouges ou à maquereaux, les cassissiers, les mûriers (sans épines), les framboisiers auraient droit de cité au pied des immeubles, au lieu de les voir sous cloche plastique au supermarket du coin à des prix prohibitifs.

      Si j’avais du pouvoir, je coloniserai la ville artificielle par la campagne en y rapportant un peu de ses chemins creux non goudronnés où se plaisent les orties à papillons.

    8. Esther

      Il est important d expulser madam le premier consul de France car a travers eux les musulmans rentrent en Israel.

    9. Jacques B.

      Attali commence à sentir le vent du boulet qui approche ? Il a peur pour ses fesses ? Il a raison.

      Derrière cette apparence de sagesse et de neutralité, il faut quand même se souvenir qu’Attali est un des artisans de la situation explosive dans laquelle nous sommes arrivés.
      Attali est quand même un de ceux qui ont parrainé Macron. Et il réclamait il n’y a pas si longtemps une immigration tellement massive que la France serait passée en un rien de temps à 187 millions d’habitants :
      http://islamisation.fr/2017/04/26/attali-qui-chaperonne-macron-veut-une-france-a-187-millions-dhabitants-par-limmigration-de-masse/

      Moi je pense qu’Attali essaie juste de préserver ses arrières, en se démarquant de Macron (en langage familier, on dit que les rats quittent le navire) et qu’il sera un des premiers à quitter le pays en cas de graves troubles.

    10. Esther

      A ton lit, va te coucher ! plus de 60 ans et toujours pas a la retraite…
      Si il avait eu une quelconque vision de la France, ce soit disant conseiller de Francois Mitterrand, l’aurait aidé a imaginer la France d’aujourd’hui, c’est a dire une catastrophe pouilleuse et puante, son seul bon fait d’arme c’est certainement d’avoir prédit au Président qu’après lui le PS irait dans le mur hollande a accomplit la prophétie .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *