toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Manifestation du 1er mai: Éric Ciotti, regrette que les groupuscules d’extrême gauche ne soient «pas interdits de manifester»


Manifestation du 1er mai: Éric Ciotti, regrette que les groupuscules d’extrême gauche ne soient «pas interdits de manifester»

Sur fond de crise sociale inédite en France, le député LR des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, a regretté ce lundi que les groupuscules d’extrême gauche, et notamment les «black blocs» ne soient «pas interdits de manifester» par le gouvernement. Une mesure très difficile à appliquer dans les faits.

C’est une question récurrente. Alors que le climat social n’a rarement été aussi explosif en France, le député Les Républicains Éric Ciotti a lancé un pavé dans la mare. Sur France 2 ce lundi, il a regretté que les groupuscules d’extrême gauche, notamment les «black blocs», ne soient «pas interdits de manifester». À deux jours d’un 1er mai qualifié sur les réseaux sociaux de «journée de l’apocalypse», l’élu des Alpes-Maritimes a accusé le gouvernement de faire preuve d’un «manque de courage» sur la sécurité.

Des appels à un mercredi «noir et jaune» ont été lancés pour les manifestations de mercredi et des «gilets jaunes» et les «black blocs» appellent à transformer Paris en «capitale de l’émeute». Pourtant, est-il concrètement possible d’interdire aux «black blocs» de manifester? Peut-on les identifier si facilement? Le Figaro fait le point.

● Qu’est-ce qu’un «black bloc»?

Le «black bloc», dont le nom vient de l’allemand «Schwarzer Block» (bloc noir), est un regroupement affinitaire qui s’opère le temps d’une manifestation. La composition de ce mouvement varie donc en fonction des événements. Il est composé de groupes masqués prêts à harceler les forces de l’ordre et à s’attaquer aux symboles du capitalisme (boutiques de luxe, banques, mobilier urbain…). Né à Berlin-Ouest dans les années 1980, le black bloc a fait des émules au fil du temps en Europe et jusqu’en Amérique du Nord. S’il n’a pas de discours-programme, ses slogans et ses symboles, copieusement tagués dans les rues de Paris, sont sans ambiguïté: le A cerclé de l’anarchie ou cette justification très politique du vandalisme: «pillage = justice sociale».

Le mouvement est difficile à définir et à contrôler pour les services de sécurité car il s’agit d’une nébuleuse, sans direction ni hiérarchie, qui se retrouve ponctuellement pour faire des actions coup de poing. D’autant que, selon Éric Delbecque, auteur des Ingouvernables. De l’extrême gauche utopiste à l’ultragauche violente, «les black blocs ne sont pas un mouvement, mais un mode opératoire». Et la technique est toujours la même: se retrouver en marge d’une manifestation, infiltrer le cortège, former un noyau dur, affronter la police et se disperser en petits groupes mobiles.

● Peut-on interdire à ces militants de manifester?

Si l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme de 1789 instaure le droit de manifester, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, l’a répété à de nombreuses reprises: «les “black blocs” ne sont pas un épiphénomène» mais «une menace constante, puissante et répétée». Pourtant, samedi après samedi, des affrontements violents ont lieu entre militants cagoulés et forces de l’ordre en marge des manifestations des «gilets jaunes». Seulement, les «black blocs» présentent la particularité de n’avoir ni statut, ni leader identifié, ni vitrine légale. Et ils ne déposent pas de demande de manifestation en préfecture au préalable.

Il est toutefois possible pour les pouvoirs publics d’interdire une manifestation si elle est de nature à troubler l’ordre public (article L211-4 du Code de la sécurité intérieure). «Néanmoins, on constate que les “black blocs” se greffent toujours sur des manifestations existantes, en cours de défilé sans jamais en être à l’origine. L’interdiction préalable d’une manifestation dans son ensemble est donc sans effet sur ces groupes de casseurs», déclare au Figaro Me Pierrick Gardien, avocat spécialiste des libertés publiques. Selon le conseil, une «interdiction administrative individuelle de manifester» serait donc plus efficace, mais elle n’existe pas en droit français. L’article de la loi anticasseurs qui aurait permis aux préfets d’interdire de manifestation toute personne présentant une «menace d’une particulière gravité pour l’ordre public» a été censuré début avril par le Conseil constitutionnel.

En revanche, une interdiction judiciaire de manifester peut être prononcée par un juge si un casseur est interpellé en cas de récidive. «Dans ce cas-là, l’individu n’a plus le droit de participer à une manifestation à l’avenir. Mais cette prérogative individuelle relève de l’institution judiciaire, et ne peut se faire en amont», poursuit Me Gardien.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    68 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap