toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La mélodie de l’hymne pétainiste «Maréchal, nous voilà ! » fut volée à un compositeur juif mort à Auschwitz !


La mélodie de l’hymne pétainiste «Maréchal, nous voilà ! » fut volée à un compositeur juif mort à Auschwitz !

Aussi incroyable que cela puisse paraître, la mélodie de l’hymne symbolisant la collaboration de la France avec le nazisme est un plagiat dont la victime fut un compositeur juif du nom de Casimir Oberfeld.

Dans son livre La mélodie volée du Maréchal, l’historien et normalien Jean-Pierre Guénot raconte l’ incroyable histoire de Casimir Oberfeld, Juif d’origine polonaise, qui composa des chansons pour les plus grandes stars de son époque : Maurice Chevalier, Mistinguett, Fernandel et même Arletty. «C’est vrai », «Paris sera toujours Paris» ou encore « Félicie aussi» ( ainsi que la musique de 70 films dont des classiques du cinéma français comme Le Schpountz ou encore Fric-Frac) furent l’œuvre du malheureux Casimir Oberfeld, mort en déportation en 1945.
C’est en 1941, alors qu’en tant que Juif il est assigné à résidence et n’a plus le droit de travailler à cause des lois de Vichy , que la mélodie d’une de ses opérettes intitulée «La Margoton du bataillon» (datant de 1933) est plagiée et devient le refrain du célébrissime hymne pétainiste «Maréchal, nous voilà !», attribué de manière illégitime à André Montagnard et Charles Courtioux.

Casimir Oberfeld, dont le talent égale, comme le dit Jean-Pierre Guéno, celui d’un Vincent Scotto, est mort d’épuisement lors de «La marche de la mort » précédant la libération du camp d’extermination d’Auschwitz, dans lequel il fut envoyé en 1943 par le convoi 63.
Quand on songe à tous les antisémites qui entonnèrent la mélodie d’un compositeur juif  en pensant  célébrer la «pureté aryenne», on se dit, avec Jean-Pierre Guénot, que l’ironie de l‘Histoire est bien cruelle.

© Frédéric Sroussi (journaliste-essayiste) pour Europe-Israël.org

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Frédéric Sroussi est journaliste et essayiste. Il a collaboré, entre autres, au Journal du Parlement français, à l'édition française du Jerusalem Post, à la revue de l'Instituto Centroamericano de Prospectiva e Investigación (ICAPI) ou encore à la revue France-Israël Information. Il est aussi l'auteur de deux essais.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “La mélodie de l’hymne pétainiste «Maréchal, nous voilà ! » fut volée à un compositeur juif mort à Auschwitz !

    1. alauda

      Quand je songe à tous les instituteurs qui firent chanter les gamins des écoles, me revient le mépris taiseux de mon père pour le sien.

      Ce n’est pas de la littérature, c’est de l’histoire. Propagande, culte de la personnalité, mécanisme d’embrigadement que l’on a vu se développer à une échelle planétaire au XXème siècle, comme jamais.

      La transmission de l’antidote à ce fléau est difficile, car le toxique culte de la personnalité, loin d’avoir disparu, a pris d’autres formes.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *