toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Des journalistes convoqués par la DGSI après des révélations sur l’usage d’armes françaises au Yémen : «intimidation», «une atteinte à la liberté de la presse»


Des journalistes convoqués par la DGSI après des révélations sur l’usage d’armes françaises au Yémen : «intimidation», «une atteinte à la liberté de la presse»

«Intimidation», «atteinte à la liberté d’informer», de nombreux journalistes et observateurs ont réagi à la convocation par la DGSI de trois journalistes ayant permis les révélations sur l’utilisation d’armes françaises au Yémen.

Suite à une plainte du ministère des Armées, trois journalistes qui ont permis les révélations sur l’utilisation d’armes françaises au Yémen sont convoqués par la DGSI pour «compromission du secret de la défense nationale». Il s’agit de Geoffrey Livolsi et Mathias Destal, animateurs du site d’investigation Disclose qui a démontré l’usage d’armes françaises dans la guerre au Yémen ainsi que de Benoît Collombat, journaliste de la cellule investigation de Radio France, associé aux révélations de Disclose.

Les rédactions de Disclose, ARTE Info, Mediapart ou encore Konbini ont immédiatement publié un communiqué commun le 24 avril pour s’élever contre cette «atteinte à la liberté de la presse». Selon les auteurs du texte, cette convocation n’aurait d’autre objectif que de connaître les sources des journalistes mis en cause.

«A la question : « Les Français ont-ils le droit d’être informés sur l’usage qui est fait des armes vendues à des pays accusés de crimes de guerre ? », le gouvernement a donc choisi de répondre par la menace», peut-on notamment lire dans le communiqué.

Loading...

Le texte rappelle que les documents confidentiels que Disclose et ses partenaires ont révélés présentaient un intérêt public majeur, «celui de porter à la connaissance des citoyens et de leurs représentants ce que le gouvernement a voulu dissimuler. A savoir des informations indispensables à la conduite d’un débat équilibré sur les contrats d’armement qui lient la France à des pays accusés de crimes de guerre.»

Le Syndicat national des journalistes (SNJ) a exprimé son soutien aux journalistes.

 

Edwy Plenel, le patron de Mediapart, a dénoncé une «nouvelle attaque contre la liberté d’informer».

 

«Le secret défense ne saurait servir de protection au commerce meurtrier des ventes d’armes françaises pour la sale guerre du Yémen dont les premières victimes sont civiles», ajoute Edwy Plenel dans un autre tweet.

 

Le dessinateur de presse Allan Barte a lui publié un dessin satirique pour dénoncer la situation.

 

Olivier Tesquet, journaliste à Telerama, parle de son côté de «tentative d’intimidation qui vise à identifier leurs sources». «Informer n’est pas un délit», conclut-il.

 

Publiées le 15 avril sur le site de Disclose et dans plusieurs médias français, les révélations sur l’emploi d’armes françaises dans la guerre au Yémen par la coalition menée par l’Arabie saoudite, se basent notamment sur la fuite d’un document portant la mention «Confidentiel Défense». Ce document aurait été rédigé le 25 septembre 2018 par des officiers de la Direction du renseignement militaire, selon Disclose. Y figure notamment «la liste détaillée des armes françaises impliquées dans la guerre au Yémen» qui fait depuis 2015 des milliers de morts parmi les civils. Les Nations unies considèrent que la situation au Yémen constitue l’une des pires crises humanitaires actuelles sur la planète.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Des journalistes convoqués par la DGSI après des révélations sur l’usage d’armes françaises au Yémen : «intimidation», «une atteinte à la liberté de la presse»

    1. Ingrid Israël Anderhuber

      C’est comme cela que se met en place la dictature, l’état policier. Les journalistes ont intérêt à réagir maintenant, et tous, solidairement.
      Au tour à présent des journalistes d’enfiler leurs… Gilets Jaunes !
      Les Français ont le droit de savoir, avec preuves à l’appui, où va leur argent, et surtout d’être sûrs que leur argent, dont on les prive en en disposant de manière autoritaire, n’alimente surtout pas des guerres à l’étranger où ils n’ont rien à faire…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *