toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Italie : Après avoir tabassé deux policiers, le Sénégalais multirécidiviste insulte les Italiens « Vous devez tous mourir »


Italie : Après avoir tabassé deux policiers, le Sénégalais multirécidiviste insulte les Italiens « Vous devez tous mourir »

Le migrant a tabassé deux policiers. Arrêté, immédiatement libéré de prison par le ministère public. Le rapport choc : au commissariat, il insulte la police et mène les policiers en bateau.

Connaissez-vous le Sénégalais qui a célébré Pâques en frappant deux policiers avec une barre de fer en criant « Allah u Akbar » ? Eh bien. Il y a quelques semaines à peine, la police lui avait mis les menottes aux poignets. Il les a menacés, les a dénigrés et les a également frappés. Mais en fin de compte, le ministère public l’a remis en liberté.

Il y aurait déjà assez de preuves pour discuter du système judiciaire italien pendant des jours. Mais ce qui ressort du rapport de police sur Ndiaye Migui (que IlGiornale.it peut révéler en exclusivité) est un échantillon sans précédent de la situation que les services de police sont contraints de subir.

Les faits sont connus, tout comme le contexte. Ndiaye Migui, un Sénégalais de 29 ans, est arrêtée dimanche après avoir frappé deux policiers avec une violence sans précédent.

L’attaque s’est déroulée Rue Cuneo 20, dans un bâtiment servant d’entrepôt où le jeune homme de 26 ans a construit son lit avec des « briques et des déchets industriels ». Les policiers sont blessés à la tête et à la main. La controverse politique explose. « Il n’y aura aucune tolérance pour les agresseurs stupides et violents qui attaquent les forces de l’ordre », promet Salvini. Chiara Appendino a immédiatement souhaité « un prompt rétablissement ». Mais l’épisode n’est pas le fruit du hasard. Au contraire, ça ressemble à une sorte de déjà-vu. En effet, le 29 mars, le Sénégalais avait déjà été emmené au commissariat où il s’est moqué des policiers et les avait ensuite roués de coups. Les agents l’avaient arrêté pour résistance, mais sans pouvoir l’identifier (un problème qui n’est pas négligeable, car sans empreintes digitales il n’est pas possible de l’enfermer dans les locaux sécurisés). Une signalisation photographique forcée aurait suffi, mais le Ministère public en service s’y est opposé et a ordonné la « libération immédiate » du migrant. Et dire qu’il a fait l’objet de deux ordres d’expulsion jamais exécutés…

Les protestations des forces de police sont inévitables. « Le fait est une indication d’un manque absolu de peur et de respect pour la police », a déclaré le secrétaire national du Siap, Pietro Di Lorenzo. Lors des contrôles au commissariat, l’immigré a crié tout insultant sans hésitation l’Italie, les Italiens, Salvini. Ce qui ressort de « la note » concernant l’arrestation de mars est incroyable. Imaginez la scène : les agents tentent de persuader le migrant de fournir des détails personnels ou de se soumettre à la photo-signalisation.

Non seulement il refuse, mais il se moque d’eux « en leur faisant croire qu’il tend la main pour scanner la paume, puis repositionne les mains rigidement près du corps et en les tapant parfois avec le dos de la main sur la lentille du scanner ».

Ce sont des instants de tensions pour les policiers que l’étranger tourne en ridicule. Ils doivent s’efforcer de rester « indifférents » à la pluie d’insultes que leur vomit Ndiaye Migui. « Je ne vous donne pas mes empreintes digitales –  le Sénégalais répète « continuellement » – allez vous faire foutre, vous, l’Italie et la police. Salvini est un salaud et doit mourir ». Puis l’anathème final : « Vous devez tous mourir ».

(Traduction Fdescouche)

Ilgiornale.it

Learn Hebrew online

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Italie : Après avoir tabassé deux policiers, le Sénégalais multirécidiviste insulte les Italiens « Vous devez tous mourir »

    1. eudes

      on a les mêmes, et ils sont bien « appris » sur la conduite à tenir… les services de « l’impunité absolue » leur donnant droit à chaque occasion.

    2. HENRIETTE Irène

      Sur les deux commentaires précédents, pas de commentaire spécial sinon que c’est à peu près partout la même chose avec la JUSTICE ! Depuis les années 80 je disais à un médecin que j’aurais intérêt à devenir une criminelle car je serais protégée par une bande de zozos qui représentent la justice……Et l’on s’étonne que les policiers deviennent violents, mal payés, mal considérés et les criminels relâchés aussitôt après leurs crimes……

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *