toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israel vote pour la prochaine majorité qui devrait être de droite


Israel vote pour la prochaine majorité qui devrait être de droite

Mardi, Israël tiendra ses 21e élections législatives générales, donnant ainsi à ses 6,34 millions d’électeurs la possibilité de voter pour les 120 membres de la prochaine Knesset.

Contrairement aux États-Unis et à la plupart des systèmes parlementaires, Israël n’est pas divisé en districts électoraux et le pays tout entier fonctionne comme un seul district de facto, les 120 sièges à la Knesset étant attribués proportionnellement au vote national.

Seuil électoral minimal et attribution des sièges

Toute partie qui obtient 3,25% ou plus du vote est représentée à la Knesset. Compte tenu des tendances historiques de la participation électorale, environ 4,4 millions d’Israéliens devraient participer aux élections de cette année, ce qui signifie qu’un parti doit recueillir environ 144 000 voix pour pouvoir franchir le seuil électoral.

Chaque siège représentera de 36 000 à 37 000 voix, sans compter les sièges attribués au second tour du décompte des voix, sur la base des votes des partis n’ayant pas franchi le seuil.

Cela signifie qu’un parti peut entrer à la Knesset avec un minimum de 3,25%, ou l’équivalent de 3,9 sièges. En théorie, un parti peut ainsi remporter un minimum de trois sièges à la Knesset, même s’il est pratiquement impossible de remporter moins de quatre sièges tout en dépassant le seuil.

Après la répartition des sièges, les voix des partis qui n’ont pas franchi le seuil électoral sont divisées entre les partis restants, proportionnellement à la part des voix de chaque faction. En d’autres termes, les votes des partis qui ne parviennent pas à entrer à la Knesset sont distribués aux partis qui ont dépassé le seuil, ce qui correspond au vote dit « supplémentaire ».

Par exemple, en 2015, les deux plus grands partis – le Likoud et l’Union sioniste – ont reçu chacun deux sièges « supplémentaires », qui leur ont été attribués en fonction des votes des partis qui n’ont pas franchi le seuil. Le Likoud a recueilli 23,4% des voix, soit l’équivalent de 28 sièges. Pourtant, dans le décompte final, il a «remporté» 30 mandats. De même, l’Union sioniste a obtenu 18,6% des voix, soit l’équivalent de 22 mandats, mais a «remporté» 24 sièges lors du décompte final.

Alliances et partage de vote

En plus de recevoir des votes supplémentaires de la part des partis qui n’ont pas franchi le seuil électoral, les listes qui parviennent à entrer à la Knesset peuvent également remporter des sièges « supplémentaires » grâce à des alliances de partage des votes avec d’autres partis.

Learn Hebrew online

Sur la base de la méthode de partage des votes de Bader-Ofer, deux partis (ou listes communes) peuvent signer un accord pré-électoral pour «partager» les votes excédentaires.

En vertu de cet arrangement, si l’un des partis de l’accord manque d’un siège supplémentaire et que l’autre parti dispose d’un nombre suffisant de voix «supplémentaires» au-delà des sièges qui leur ont été attribués, ces votes «supplémentaires» sont transférés au premier parti, en leur donnant un siège supplémentaire.

C’est ce qui s’est passé, par exemple, en 2009, alors que la liste des syndicats nationaux venait à peine de remporter son quatrième siège, mais avait signé un accord de partage de vote avec le foyer juif, lui permettant d’emprunter des votes pour obtenir un quatrième siège.

Ce cycle électoral, plusieurs grands partis ont signé des accords de partage des votes, notamment le Likoud avec l’Union des partis de droite, la Nouvelle droite avec Yisrael Beytenu, le Judaïsme de la Torah unie avec Shass, les deux listes arabes entre eux et le Parti travailliste avec Meretz .

Parties, factions et listes communes

Lors des élections à la Knesset, les partis ( miflagot ) peuvent se présenter soit comme des factions indépendantes, soit s’unir à d’autres partis pour constituer une liste commune.

Par exemple, depuis 1992, deux petits partis hareds ashkénazes – la faction hassidique Agudat Yisrael et le non-hassidique Degel Hatorah – se sont présentés à la Knesset sur une union de partis, surnommé la liste du United Torah Judaism.

Les deux partis restent des entités indépendantes et se présentent séparément lors des élections municipales, négociant les termes de leur union de partis à chaque cycle électoral.

En 2015, quatre factions arabes plus petites – les communistes Hadash, le nationaliste arabe « laïque » Balad, l’islamiste nationaliste Ta’al et la liste arabe majoritairement bédouine – étaient réunies sur une liste commune.

Cette année, trois partis de droite – Jewish Home, le Syndicat national et Otzma Yehudit – ont formé une union de partis similaire, baptisé Union des partis de droite.

Les prétendants

Au total, 47 membres de la Knesset avaient été enregistrés auprès du comité des élections à la date limite du 21 février. Ces listes comprennent à la fois des listes de parti unique à la Knesset, ainsi que des unions de partis.

A partir de lundi après-midi, deux candidats restent techniquement dans la course à Yahad.

Sur les 40 partis et unions de partis en lice pour la Knesset, seuls 14 ont déjà voté au-dessus du seuil électoral de 3,25% et sont donc considérés comme des offres «réalistes».

Sur ces 14, dix ont régulièrement interrogé au-dessus du seuil minimal et sont considérés comme «sûrs». Cependant, quatre autres factions n’ont pas franchi le seuil dans certains sondages récents, mais ont passé le seuil dans d’autres.

Les dix partis qui ont franchi le seuil dans chaque sondage réalisé au cours des 30 derniers jours sont:

1. Likoud
2. Parti Bleu-Blanc
3. Parti travailliste israélien
4. Hadash-Ta’al
5. L’ Union des partis de droite
6. United Torah Judaism
7. Shas
8. Meretz
9. Nouvelle droite
10. Zehut

Les quatre partis qui ont franchi le seuil dans certains des récents sondages, mais pas dans tous, sont:

11. Yisrael Beytenu
12. Kulanu
13. Liste Arabe Unifiée – Billet commun Balad
14. Gesher

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Israel vote pour la prochaine majorité qui devrait être de droite

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *