toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Incendie de Notre-Dame, un expert doute de la thèse de l’accident : “Il faut une vraie charge calorifique au départ pour lancer un tel sinistre. Le chêne est un bois particulièrement résistant”


Incendie de Notre-Dame, un expert doute de la thèse de l’accident : “Il faut une vraie charge calorifique au départ pour lancer un tel sinistre. Le chêne est un bois particulièrement résistant”

Reprenant les propos de son successeur Philippe Villeneuve, avec qui il est en contact, Benjamin Mouton affirme que ce dernier était “totalement incrédule” face à cet incendie qui aurait pu partir du chantier de rénovation, et que les soupçons pourraient se porter sur la “noue”, où se croisent la nef et le transept de la cathédrale. 

“En 40 ans d’expérience, je n’ai jamais connu un incendie de la sorte”, affirme celui qui estime que la protection incendie mise en place dans la cathédrale était à son plus haut niveau.

“Lorsque je me suis occupé de la détection incendie, qui a été un dispositif très onéreux, il fallait très peu de minutes pour qu’un agent aille faire la levée de doute, nous avons fait remplacer de nombreuses portes en bois par des portes coupe-feu, nous avons limité tous les appareils électriques, qui étaient interdits dans les combles”, affirme-t-il auprès de Batiactu.

Il faut une vraie charge calorifique au départ pour lancer un tel sinistre. Le chêne est un bois particulièrement résistant.

Le mystère sur les causes de l’incendie reste donc entier. Un expert du secteur de la construction, confie également son incompréhension auprès de Batiactu : L’incendie n’a pas pu partir d’un court circuit, d’un simple incident ponctuel. Il faut une vraie charge calorifique au départ pour lancer un tel sinistre. Le chêne est un bois particulièrement résistant.

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Incendie de Notre-Dame, un expert doute de la thèse de l’accident : “Il faut une vraie charge calorifique au départ pour lancer un tel sinistre. Le chêne est un bois particulièrement résistant”

    1. Rosa SAHSAN

      On nous cache tout, on nous dit rien (Jacques Dutronc).
      Nous dire que c’est un accident alors que Notre Dame était encore ravagée par les flammes… Ce gouvernement nous prend vraiment pour des cons.
      ROSA

    2. Morgan

      La thèse du court circuit sert de paravent à la réalité. En effet tous les circuits, pour des raisons de sécurité, sont branchés systématiquement derrière un disjoncteur différentiel, en cas de court-circuit le disjoncteur coupe immédiatement le courant, le court-circuit ne dure donc qu’une fraction de seconde impossible à enclencher un départ d’incendie.
      La thèse du court-circuit est donc un excellent argument qui permet d’écarter toute discussion et de cacher une réalité aux conséquences incalculables …..

    3. Malcolm Ode

      Il faut « UNE VRAIE CHARGE CALORIFIQUE AU DÉPART POUR LANCER UN TEL SINISTRE »…

      et DE SINISTRES INCENDIAIRES AGUERRIS POUR Y PARVENIR.

      C’est d’une telle évidence!

      Je mets quiconque au défi de déclencher un feu aussi prompt, aussi courant, aussi inextinguible et aussi dévastateur avec uniquement ce qui se trouvait OFFICIELLEMENT dans Notre-Dame de Paris le 15 avril 2019… (notez cette phrase, elle révèle la réalité de la réalité)

      Tenter de faire croire ÇA au Français sera la fin de Macron et cela se saura d’ici la mi-mai, j’en suis convaincu.

    4. Paulot

      Le chêne de Notre-Dame de Paris était traité.
      Il l’avait été notamment un an auparavant.
      Avec quel(s) produit(s) ? Un peu d’hydrocarbures là-dedans ?

    5. alauda

      Thèse, antithèse, qu’importe. Qui en dehors des enquêteurs auxquels il reste à fouiller les décombres a les outils pour comprendre ce qui a provoqué un tel incendie à la vitesse d’une grange de paille ? Il y a bien assez de bois ici ou là pour alimenter le feu de la rumeur, sans en rajouter.

      Le sacrifice de la belle bibliothèque de charpente ne doit pas masquer l’essentiel : les cathédrales donnaient du boulot aux gens. L’AFP dans une vidéo salue « l’aristocratie des métiers » en interviewant un jeune dessinant le Trait. Un scoop ! Un homme d’église rappelle aussi ce matin ce que représentait une cathédrale médiévale : l’effort de tout un peuple d’anonymes, derrière le nom d’un architecte, du commanditaire (évêque), des donateurs, pour bâtir ce livre-édifice.

      C’est sur ce terrain-là qu’il faut être vigilant.

      Si c’est pour se retrouver avec un parc d’attraction touristique, tel que certains l’ont imaginé en 2017, enserrant un sarcophage sur le toit plat végétalisé duquel on viendrait déambuler en foule pour admirer le point de vue sur la Capitale, autant dire que l’esprit du lieu serait définitivement perdu.

    6. Robert Davis

      Essayez donc d’allumer un incendier avec une étincelle même dans une simple maison! Alors ND avec tous les coupe feu et autres systèmes, les contrôles etc c’est tout simplement impossible et l’empressement avec les gouvernants acquis à la cause de l’islamisation ont donné la version mensongère de l’accident, le prouve bien. Cet empressement prouve non seulement que c’est tout sauf un accident à l’avantage à leurs yeux de préparer le prochain attentat car les arabes savent maintenant qu'(ils ne rsquent rien à recommencer à la première occsion puisqu’ils sont protégés. TANT QUE MICRON SERA AU POUVOIR LA FRANCE SERA PERDUE.

    7. alauda

      Sur TF1, Patrick Demouy !
      Zoom, il était une fois Notre-Dame, raconté par Jacques Weber.
      Fabuleux !
      C’est Pâques à Paris.
      Retour aux sources de Notre-Dame, la nôtre, la confidentielle.

      Qu’importe le Savonarole qui a jeté l’allumette, esprit, démon, hasard ou circonstances, sur la flèche des vanités romantiques – qui ne sera pas reconstruite. Le sacrifice de la forêt des Carnutes, tombée aux pieds de l’autel, ne sera pas vain.

    8. Jean-Francois Morf

      Alcool à brûler, car les mahométans aiment bien se moquer de nos alcool…
      Et il n’y avait pas de fumée noire au départ du feu…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *