toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Toulouse : un homme de 64 ans condamné pour des tags antisémites et racistes


Toulouse : un homme de 64 ans condamné pour des tags antisémites et racistes

Un homme de 64 ans, retraité de Fonction publique, comparaissait au tribunal correctionnel de Toulouse ce lundi après-midi pour avoir tagué des inscriptions à connotation racistes et antisémites sur des bâtiments publics.

C’est l’ancien directeur de l’hôpital psychiatrique de Villejuif. À 64 ans, ce retraité de la Fonction publique dénote dans le box des prévenus du tribunal correctionnel. En couple avec une femme qui appartient à la communauté juive de Toulouse, il « ne s’explique pas » comment il a pu inscrire des phrases à connotation racistes et antisémites sur des bâtiments publics.

Des banques, mais aussi les écoles municipales du quartier des Sept Deniers qui ont été prises pour cible le 11 mars dernier, au petit matin, à grand renfort d’aérosols de peinture et de « propos odieux », note le procureur ce lundi. « Associer les termes juifs et francs-maçons au dessin d’une croix gammée sont des faits très graves ». Il requiert notamment 2 ans de prison avec sursis et mise à l’épreuve ainsi qu’une obligation de soins. En effet, le prévenu reconnaît avoir un problème d’addiction pour lequel il est suivi et soigné. « Mais ce matin-là, j’ai rechuté et bu du whisky. Associé avec le puissant psychotrope, ça m’a rendu fou« , explique-t-il.

Depuis le mois de février, à plusieurs reprises, des inscriptions antisémites avaient été constatés sur plusieurs locaux bancaires de la route de Blagnac, à Toulouse. Dans le quartier des Septs-Deniers, outre les inscriptions « Juifs franc maçons » sur des agences bancaires, d’autres inscriptions antisémites avait été rapidement nettoyées sur les murs de l’école des Septs-Deniers, d’un crêche voisine ou les locaux de Métropole habitat… Un slogan « Arabes dehors » avait également été tracé à la peinture à l’entrée de la cité Madrid, toujours dans le même quartier.

Déjà condamné à 3 ans de prison avec sursis

Brun, tassé dans un pull-over beige, le sexagénaire reste calme pour tenter de comprendre comment il a pu inscrire ce genre de propos sur les juifs, les francs-maçons, mais aussi les Arabes qu’il voulait voir »dehors », à en croire l’un des six graffitis relevés ce 11 mars. « Je fête Kippour chaque année, j’amène ma femme à la synagogue. J’ai des amis musulmans et j’ai eu l’occasion de rencontrer des francs-maçons au cours de ma carrière : je n’ai rien contre ces gens », dit-il.

Seul moment où il manque de s’agacer : l’évocation des 41 armes saisies chez lui en perquisition. « Toutes déclarées car je suis chasseur », rappelle-t-il au président Didier Suc qui évoque un « arsenal inquiétant ». Pour l’avocate de la Caisse d’épargne, dont l’agence route de Blagnac a été ciblée par une croix gammée, le prévenu voulait « crier sa haine avec des dessins ignobles ». Du côté des écoles municipales, c’est la mention « Corruption » avec des lettres « d’au moins 1 mètre de haut » qui a été inscrite à la bombe de peinture. Le retraité avait justement été condamné à Paris à 3 ans de prison avec sursis pour ces faits précis. « Il en veut aux institutions », estime l’avocate de la partie civile.

Un homme en « désoeuvrement« 

Du côté de la défense, Me Ludovic Sérée de Roch décrypte plutôt un homme en « désœuvrement ». « Il a un cursus brillant et exemplaire. C’est un ancien major de Fermat et il a fait toutes les grandes écoles. Il est très bien intégré au sein de la communauté juive de Toulouse. Il n’est pas un skinhead, un néonazi ou un antisémite de cité. Il n’entre pas dans les schémas traditionnels et n’a aucun antécédent de ce type. Il y a un côté maladif ou tout du moins, irrationnel dans ses actes« . Seulement poursuivi pour les faits de dégradations, l’ancien directeur de l’hôpital psychiatrique de Villejuif devra s’expliquer des faits d’incitation à la haine le 25 avril prochain. « Je déteste le Front national ! », lance-t-il au président, Didier Suc. Le tribunal de Toulouse vient de le condamner à 6 mois de prison ferme avec maintien en détention : 3 ans de prison dont 30 mois avec sursis. En outre, il a interdiction de porter une arme soumise à autorisation pendant trois ans.

Source La Dépêche

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Toulouse : un homme de 64 ans condamné pour des tags antisémites et racistes

    1. MAGUID

      Être antisémite, ce n’est pas être raciste, car les JUIFS ne sont pas une #RACE. Par contre c’est la pire des anti-juiveries que de refuser de parler d’antisémitisme tout en refusant d’en parler sans rajouter le mot : »RACISME ». çà n’a rien à voir, vu que, c’est triste d’avoir à le répéter, les JUIFS ne sont pas une R A C E.

    2. Ratfucker

      « Il est très bien intégré au sein de la communauté juive de Toulouse »: sans doute un émule de Jacob Cohen…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *