toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Selon le professeur de sociologie néerlandais Ruud Koopmans « Aucun pays occidental n’a réussi à intégrer les musulmans »


Selon le professeur de sociologie néerlandais Ruud Koopmans « Aucun pays occidental n’a réussi à intégrer les musulmans »

Le professeur de sociologie néerlandais Ruud Koopmans (1) étudie l’intégration depuis plus de 20 ans – et il ne peut désigner aucun pays occidental ayant réussi à intégrer les musulmans.

« Les pays musulmans font pire que le reste du monde et les musulmans sont plus difficiles à intégrer que tout autre groupe. La racine du problème doit être trouvée dans l’islam, écrit le chercheur en migration Ruud Koopmans dans un nouveau livre. »

Berlingske

« Quiconque prend les faits et les données au sérieux voit qu’il est indéniable que les musulmans sont bien pires en matière d’intégration que les autres groupes d’immigrants. Il ne fait aucun doute non plus que dans la plupart des autres groupes d’immigrants, nous constatons de grands progrès d’une génération à l’autre. Bien qu’il ne soit pas complètement absent chez les musulmans, le changement est beaucoup plus lent », a déclaré Koopmans à Berlingske (2).

Berlingske

Lorsque Kenneth Kristensen Berth du Parti du peuple danois, lors d’un débat au Folketing, a déclaré qu’il était impossible d’intégrer les musulmans, il a été immédiatement accusé de déclarations racistes. Pourtant il disait vrai (2).

  • N’y a-t-il pas de pays d’Europe occidentale où l’intégration des immigrés musulmans a été réussie ?
  • N’y a-t-il pas d’exemples brillants et de belles histoires qui nous donnent une raison d’espérer une intégration sans bruit du grand groupe musulman ?

« Non », répond Ruud Koopmans, qui effectue des recherches sur l’intégration et l’assimilation parmi les musulmans européens depuis plus de 20 ans. Il vient de publier le livre à propos de la crise du monde islamique « Maison délabrée de l’islam » (lien ci-dessous).

Sur la base de ses 20 années d’études sur l’intégration et l’assimilation, Ruud Koopmans, professeur de sociologie, est arrivé à la conclusion que les musulmans sont plus difficiles à intégrer que les autres groupes de migrants, et qu’aucun pays occidental n’a réussi à intégrer les musulmans avec succès.

Environ 65 % des musulmans turcs et marocains de six pays européens considèrent que les règles religieuses sont plus importantes que la loi laïque du pays où ils vivent, précise le professeur.

Les musulmans se considèrent comme distincts des autres groupes non musulmans et s’abstiennent de toute interaction à grande échelle avec ceux qui ne font pas partie de leur religion.

Learn Hebrew online

L’interprétation fondamentaliste du Coran, qui prévaut parmi les musulmans, les empêche de s’intégrer dans les pays occidentaux.

Et comme jusqu’à 50 % des musulmans d’Europe ont des convictions fondamentalistes, l’intégration ne se fait pas. En revanche, la proportion de fondamentalistes parmi les chrétiens est beaucoup plus faible, à moins de 4 %, selon les données de Koopmans.

« Je constate que le monde islamique est à la traîne par rapport au reste du monde en ce qui concerne la démocratie, les droits de l’homme et le développement politique et économique », dit M. Koopmans à Berlingske, en attribuant cette situation à des vues conservatrices sur le rôle des femmes, au faible investissement dans l’éducation des enfants et à la propagande intégriste.

« Le principal problème est de savoir combien de musulmans et, à l’échelle mondiale, combien de pays musulmans interprètent l’islam d’une manière qui prétend essentiellement que le Coran et la Sunna doivent être pris au pied de la lettre, et que la façon dont le Prophète vivait au 7e siècle doit être le critère de la façon dont les musulmans doivent vivre au 21e siècle.

Une telle forme d’islam est, premièrement, une menace pour la paix dans le monde. Deuxièmement, cela empêche l’intégration », a conclu M. Koopmans.

Qui est ce courageux professeur atypique ?

Selon sa fiche Wikipedia (3), Ruud Koopmans a étudié à l’Université de Wageningen et en sciences politiques à l’Université d’Amsterdam, où il a soutenu en 1992 sa thèse sur la démocratie par le basles nouveaux mouvements sociaux et le système politique en Allemagne de l’Ouest.

  • De 1994 à 2004, il était employé au Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung (WZB).
  • De 2003 à 2010, il a été professeur de sociologie à la Vrije Universiteit Amsterdam.
  • Depuis 2007, il dirige le département des migrations, de l’intégration et de la transnationalisation de la WZB à Berlin.
  • En 2013, il était professeur de sociologie et de migration à l’Institut des sciences sociales de l’Université Humboldt, et il a décrit la politique d’Angela Merkel en matière de réfugiés comme un « échec absolu ».
  • En juin 2017, son livre « assimilation ou multiculturalisme ? Termes d’une intégration réussie » (LIT-Verlag), offre un aperçu en langue allemande des résultats de ses recherches. Il a également publié des articles sur les mouvements sociaux, l’extrémisme de droite et l’intégration européenne, en plus des migrations et de l’intégration. Il est l’un des sociologues européens les plus cités en langue allemande et néerlandais.

Dimension politique de l’islam

Un élément essentiel manque selon moi à l’analyse du bon et courageux professeur : l’intention. Peut-être me trompé-je, mais je ressens que le concept d’intention (intent) est fortement présent dans ma réflexion politique, moins dans les analyses que je croise. Aussi le professeur ne regarde l’intégration que dans sa dimension sociale, pas dans sa dimension politique. Il ne se pose pas la question : « que font-ils là. Pourquoi les musulmans ont-ils étendu leur présence partout en Europe. »

Si comme il le dit, et nous le constatons, beaucoup de musulmans interprètent le Coran au pied de la lettre, le message central de l’islam est de coloniser le monde pour créer un Califat, pour que l’islam règne sur la terre. Je ne vois pas d’autre motif à ce que je vois de loin comme une invasion en cours, et je constate que l’interdiction généralement faite et fortement réprimée de le dire donne une indication qu’il s’agit d’une situation préoccupante.

Si l’immigration massive était économique, les musulmans migreraient dans les riches pays du Golfe où leur désir de rester proches de leur culture et de leur tradition religieuse serait encouragée.

Et quoi constate-t-on ? Qu’ils n’émigrent pas dans les pays du Golfe même lorsqu’ils sont sunnites, même lorsqu’ils sont en danger, et même lorsqu’ils fuient des pays voisins. Ils préfèrent le risque d’une traversée dangereuse et coûteuse en Méditerranée. Ce n’est pas logique. Et à écouter les propos des militants comme les Indigènes de la République, les musulmans sont oppressés, terrorisés, maltraités, victimes d’islamophobie et de discrimination. Pourquoi alors choisissent-ils ce sort misérable ?

Plus illogique encore, les pays du Golfe sont contraints d’importer des millions de travailleurs étrangers pour construire les infrastructures du pays. Pourquoi ne font-ils pas appel aux Algériens, aux Marocains et aux Tunisiens qui veulent quitter le pays pour un avenir meilleur, ni aux Libyens, Irakiens, Yéménites et Syriens qui fuient la guerre ?

Cela fait beaucoup d’anomalies et d’incohérences, à moins bien-sûr de regarder cette immigration sous l’angle des obligations contenues dans le Coran. Là, tout devient soudain plus logique.

Pour moi, nier l’invasion est de la propagande, de la peur ou de l’aveuglement volontaire. Mais encore une fois, peut-être me trompé-je. Glissez moi un mot pour me dire ce que vous en pensez.

© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “Selon le professeur de sociologie néerlandais Ruud Koopmans « Aucun pays occidental n’a réussi à intégrer les musulmans »

    1. Charles

      Les arabes algériens marocains tunisiens … connaissent le régime qui les attend à leur arrivée dans ces pays du golfe : l l’étranger n’a pas de droit ( esclavage, spoliation expulsion à tout instant).Même au Liban de la Belle époque de tels méfaits étaient monnaie courante . Si les réfugiés sont accueillis c’est parqués sous les tentes et financés par l ONU pendant des années ( source de revenus et corruption /traffics en tout genre ) Bref! Voilà le régime de Sodome qui les attend

    2. yannouch

      Il n’y a qu’en enfer que le monde musulman peut s’intégrer : c’est son origine et sa fin.

    3. Ingrid Israël Anderhuber

      Si aucun pays occidental n’a réussi à intégrer les musulmans c’est tout simplement parce que les musulmans ne veulent pas s’intégrer.

    4. alauda

      Il est assez fabuleux (du latin fabula, la fable) de constater que le seul mouvement ou parti nommé dans ce texte soit le PIR, parti dont l’esquisse se dessine après 2005 et qui ne jette ses bases qu’en 2010, lors d’un congrès placé, tenez-vous bien, sous l’égide de Malcom X… « assassiné le 21 février 1965 », comme peut-on lire sur leur site, sans mention de lieu, ni de ses assassins. L’ombre des trois militants de Nation of Islam qui ont commis cet assassinat est fort bien effacée de la mémoire anticoloniale du PIR lors de leur « congrès Malcom X », ce qui n’apparaît pas rétrospectivement comme la moindre des inconséquences de ce parti minuscule ultra-minoritaire.

      Il est assez fabuleux aussi de voir ainsi résumé ce qui serait la « dimension politique de l’islam » : « coloniser le monde pour créer un Califat ». Sans rire ? Si l’on reprend par exemple l’histoire de la Nation of islam, depuis sa fondation en 1930 à Détroit jusqu’à nos jours, l’étude des dimensions politiques de cette « nation » et de ses interactions pendant 90 ans avec la nation américaine demanderait davantage de développement : un gros volume y suffirait à peine.

      Il est bien gentil de se préoccuper du PIR qui ne compte que 9 ans d’existence, en passant sous le boisseau la NOI qui en compte 10 fois plus.

      Est-ce que vraiment la question est la vôtre, M. Grumberg, à savoir : « Pourquoi les musulmans ont-ils étendu leur présence partout en Europe ? » Ou bien est-elle la mienne : Pourquoi des enfants ou petits-enfants de musulmans quasi sécularisés de première génération se retournent-ils vers un Coran interprété au pied de la lettre en augmentant leur visibilité identitaire ?

      Là-dessus, on pourrait ajouter que le fondamentalisme des interpréteurs des pieds de lettres n’est pas une spécificité musulmane.

    5. LeClairvoyant

      Ce professeur néerlandais Ruud Koopmans nous dit la vérité, En Europe il devrait y avoir des millions de professeurs, politiques et associations à nous dire la même chose. C’est un terrible constat que nous avons du mal a croire et pourtant évident. En I9nde, en Chine en Russie c’est la même chose des siècles après les musulmans finissent pour être un état dans l’état, qui finit pour succomber..

    6. niviere

      tout est dit, rien à rajouter, mais allez faire comprendre çà à des associations gauchistes, mondialistes, pro-migrants !!!!

    7. Robert Davis

      Non seulement les mus sont inassimilables mais même lorsque les imbéciles se fiant à leur apparence croient qu’ils le sont un peu ils se trompent car c’est alors que les mus sont le plus dangereux. ILS NE VIENNENT PAS EN OCCIDENT POUR S ASSIMILER MAIS POUR CONQUERIR mais ça la gauche ne l’admettra jamais car elle s’imagine arriver au pouvoir grâce aux mus…en fait elle ne leur sert que de marche pied!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *