toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Jeannette Bougrab : «L’affaire du voile chez Etam montre notre faiblesse face à une minorité bruyante. La France a abdiqué au nom d’un multiculturalisme»


Jeannette Bougrab : «L’affaire du voile chez Etam montre notre faiblesse face à une minorité bruyante. La France a abdiqué au nom d’un multiculturalisme»

Le témoignage d’une adolescente voilée affirmant avoir été victime de discrimination à l’embauche dans une boutique Etam a entraîné une vive polémique. La marque a suspendu une employée. Jeannette Bougrab y voit un signe de plus de notre faiblesse face à l’islamisme qui cherche à imposer sa loi.


Jeannette Bougrab est docteur en droit public de la Sorbonne, ancienne universitaire, ancienne présidente de la HALDE et ancienne Secrétaire d’État. Elle publiait récemment «Lettre aux femmes voilées et à ceux qui les soutiennent» (Éditions du Cerf, 2019).


FIGAROVOX.- Une étudiante portant un hijab assure, dans une vidéo, avoir été mal reçue par la responsable d’un magasin Etam à qui elle demandait du travail. Face aux appels au boycott, l’enseigne a mis à pied sa salariée. A-t-elle eu raison de le faire?

Jeannette BOUGRAB.- Qu’une responsable d’une boutique de lingerie ait été méprisante et odieuse, je veux bien le croire. Mais il ne faut pas se tromper de combat. Aujourd’hui le voile islamique est devenu un étendard politique. Sa signification a été reconstruite, détournée, instrumentalisée par les islamistes obsédés par le corps de la femme. La femme ne s’appartient pas.

Le voile est le signe de cette volonté hégémonique des intégristes musulmans d’imposer leur monde. En décontextualisant totalement ce cas d’espèce, on nous présente une version arrangeante de cette triste affaire et ainsi d’occulter le sens réel et profond de cette énième provocation contre la laïcité. Les islamistes dans les démocraties et les États de droit testent nos limites pour demain pouvoir les franchir plus facilement.

La mise à pied de cette salariée à la suite d’une campagne calomnieuse et violente montre notre faiblesse face à une minorité bruyante qui aura toujours raison face à une majorité silencieuse.

Que répondez-vous à ceux qui accusent la responsable de discrimination?

Une femme adhérant à un dogmatisme religieux qui relègue la femme à un statut d’infériorité et refusant la mixité, entre dans une boutique qui vend des strings.

En décontextualisant totalement ce cas d’espèce, on nous présente une version arrangeante de cette triste affaire et ainsi d’occulter le sens réel et profond de cette énième provocation contre la laïcité.

On peut comprendre que la responsable ait été surprise. Petite précision si notre femme voilée venait à être recrutée, elle aurait tout de même à recevoir et conseiller des femmes et des hommes voulant acheter de la lingerie fine. Accepterait-elle de le faire? J’en doute. Cela n’excuse en rien d’une part des propos blessants à l’endroit de cette candidate voilée et d’autre part les menaces dont est désormais l’objet la vendeuse. S’il y a discrimination, il appartient à la justice de le dire et non à une meute anonyme et menaçante.

«Oui au sexy!», tweetait l’enseigne lundi. N’ya-t-il pas une part d’hypocrisie de la part d’Etam?

C’est le moins qu’on puisse dire. Je cite le verset 31 de la Sourate 24 du Coran qui fonde l’obligation du port du voile: «Et dis aux croyantes qu’elles baissent leurs regards, et qu’elles gardent leur chasteté, et qu’elles ne montrent de leurs parures que ce qui en paraît, et qu’elles ne montrent leurs parures qu’à leur mari, ou à leur père, ou au père de leur mari, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou à leurs compagnes, ou aux esclaves que leurs mains possèdent, ou aux domestiques mâles qui n’ont pas le désir, ou aux garçons qui n’ont pas encore puissance sur les parties cachées des femmes.»

Learn Hebrew online

Dire qu’Etam organise des défilés extravagants tentant désespérément d’égaler sa concurrente américaine Victoria Secrets où des mannequins en culotte juchés sur des talons aiguilles déambulent sur un podium ou encore les affiches de femmes lascives en soutien-gorge qui meublent le mobilier urbain de nos rues, j’avoue le grand écart auquel devra se livrer Etam me paraît périlleux.

La jeune femme, qui se présente comme «Oumaima» sur Twitter, et a choisi comme illustration de profil, le dessin d’une femme voilée faisant un bras d’honneur. Ces vidéos sont immédiatement reprises par le CCIF. Cette affaire pourrait-elle être instrumentalisée de toutes pièces par des militants islamistes ?

Ce n’est pas déjà le cas? Avez-vous regardé et écouté la vidéo jusqu’au bout? Cette jeune femme commence son témoignage par une salutation en arabe et dénigre la France en expliquant que notre pays ne respecte pas la liberté cultuelle. Je me porte en faux contre de telles affirmations. Pire Oumaima (petite mère en arabe) comme elle se fait appeler, répète regretter de ne pas avoir giflé la vendeuse de chez Etam. Où va-t-on?

Cette jeune femme commence son témoignage par une salutation en arabe et dénigre la France en expliquant que notre pays ne respecte pas la liberté cultuelle.

«Si parce que vous portez un foulard vous n’êtes pas embauchée, c’est une discrimination à l’embauche», a martelé le chef de l’État récemment dans une réunion réservée aux femmes». A-t-il raison de tenir ce genre de discours?

Je rappelle que dans les services publics, les agents sont astreints à une obligation de neutralité. Cette jeune femme ne pourrait pas être employée dans une administration. Quant au secteur privé, depuis la décision de la Cour de cassation rendue en assemblée plénière le 25 juin 2014, les choses sont claires. Si la Cour affirme que le principe de laïcité n’a pas vocation à s’appliquer dans une entreprise privée dès lors que celle-ci ne gère pas un service public, elle admet qu’un employeur puisse restreindre cette liberté en raison de la nature de la tâche à accomplir par l’employé. Si Etam pense que des femmes voilées, par opposition aux femmes «impures» qui elles ne le portent pas, peuvent vendre des strings dans une boutique où des femmes comme des hommes peuvent se présenter, qu’il assume!

La loi dit que les entreprises privées peuvent, dans leur règlement intérieur, interdire aux salariés qui sont en contact avec le public le port visible de tout signe politique, philosophique ou religieux sur le lieu de travail…

Depuis la décision Baby loup, la Cour de cassation a admis le licenciement d’une employée d’une crèche pour faute grave parce qu’elle avait contrevenu au règlement intérieur prescrivant la neutralité du personnel dans un but de préservation de la conscience des jeunes enfants. Rien n’interdit aujourd’hui si cela est justifié de demander à une entreprise d’exiger la neutralité de la part de ses employés. Je pense que ce principe est équilibré et permet d’instaurer une relation de confiance entre des clients et une société. Le vivre ensemble à la française se fonde dans l’universel.

La France a abdiqué au nom d’un multiculturalisme les principes qui faisaient le socle de notre nation. C’est la raison pour laquelle les attaques contre la laïcité sont plus nombreuses et présentes.

Au-delà de cette affaire, la question du voile est au cœur du débat français depuis plusieurs années et encore plus depuis plusieurs semaines avec une multiplication des polémiques comme celle du hijab de Décathlon. Comment le voile est-il devenu un tel enjeu de société en France?

Comme écrivait Paul Morand, l’histoire comme une idiote mécaniquement se répète. La France a abdiqué au nom d’un multiculturalisme les principes qui faisaient le socle de notre nation. C’est la raison pour laquelle les attaques contre la laïcité sont plus nombreuses et présentes. Il m’arrive, je l’avoue, de comprendre les récents propos de l’ancienne Ministre chargée des droits des femmes, Yvette Roudy, quand elle déclare: «Moi, j’interdirais le voile islamique, c’est un entrisme de l’islam dans nos foyers.»

Dans votre dernier livre, Lettre aux femmes voilées et à ceux qui les soutiennent, vous montrez aussi que c’est un enjeu encore plus tragique dans bien des pays…

En Iran, des femmes sont battues et arrêtées pour oser braver la loi des Mollahs. On ne doit jamais oublier que l’une des premières décisions de Khomeiny quand il accède au pouvoir est d’imposer le voile pour toutes. Les Occidentaux ont refusé de voir qu’à travers ce geste, on installait un totalitarisme niant la moitié de l’humanité. Les Occidentaux n’ont pas soutenu ces milliers d’Iraniens qui manifestèrent pourtant dans les rues de Téhéran pour dénoncer ce recul pour les droits des femmes.

En Iran, des femmes sont battues et arrêtées pour oser braver la loi des Mollahs. En France, on préfère organiser des manifestations place de la République pour défendre le port du voile.

Aujourd’hui on apprend par sa famille que Nasrin Sotoudeh, prix Sakharof, avocate iranienne vient d’être condamnée à 38 années de prison et 149 coups de fouet pour avoir notamment défendu des femmes qui ont retiré leur voile en pleine rue. Je pense qu’il y a une forme d’indécence de la part de ceux qui se murent dans un silence coupable refusant de défendre les femmes qui sont torturées dans des geôles en Iran ou en Arabie Saoudite pour avoir refusé de porter ce maudit voile. En France, on préfère organiser des manifestations place de la République pour défendre le port du voile. Le monde tourne à l’envers.

Source

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 14 thoughts on “Jeannette Bougrab : «L’affaire du voile chez Etam montre notre faiblesse face à une minorité bruyante. La France a abdiqué au nom d’un multiculturalisme»

    1. alauda

      Le boycott, c’est exactement ce que demande l’étudiante islamique !

      J’ai regardé un peu son compte, ses multiples photos de plats trop gras et de desserts trop sucrés et ses mangas très islamiques… 😉

      Récit : elle est en France depuis cinq ans, elle a l’intention d’y rester et de ne jamais enlever son voile.

      Mon ressenti : un numéro de provocation, sans doute prémédité.

      Elle a retweeté par exemple une photo de noirs américains tenant ce message devant un supermarché, au temps de la ségrégation : « N’achetez pas là où vous ne serez pas embauchés ». Quel rapport avec sa situation ? Aucun. De plus, si nous ne devions acheter que là où nous pourrions être embauchés, le commerce s’étiolerait gravement. Qui peut prétendre à tant de compétences ?

      Ce qui me semble tout de même problématique dans cette affaire c’est que le DG (masculin) se soit empressé de publier des excuses, alors qu’avec un peu de doigté il pouvait donner du temps au temps. Que savait-il de la manière dont l’étudiante avait été reçue alors que l’enquête interne n’avait pas commencé ? La conclusion laisse entendre le flou dans lequel s’est trouvée la responsable mise à pied… Si cette dernière a peut-être employé un ton vif, c’était probablement mérité.

      Le DG rappelle d’ailleurs lui-même le règlement intérieur de la maison qui exige de ses employés « une totale neutralité dans leur expression comme dans leur apparence ».

      Moralité : si l’activiste veut travailler chez Etam, il lui reste à aller se rhabiller !

    2. Salmon

      Il faut boycotter Etam la responsable de la boutique à fait son travail

      Si cette conne de hijab est voilée comment peut elle travailler dans une boutique de dessous féminin avec string body nuisette etc…
      Cette voilée prend les gens pour des cons et le DG A VIRER UNE EMPLOYEE POUR BON ET LOYEAUX SERVICES

    3. Salmon

      Et en plus si ça se trouve cette connasse de voilée est peut être en situation irrégulière en France et veut faire le buzz
      C une hijab donc clientèle burquini
      Elle n à rien à faire avec 1 hijab dans une boutique de lingerie

    4. alauda

      Une mise à pied à titre conservatoire ne veut pas dire qu’elle est virée.

      La responsable du magasin n’a pas reçu la formation qui va être mise en place. Il n’y a pas de raison qu’elle serve de fusible dans cette situation inédite et déstabilisante.

    5. alauda

      Le Point regarde cette affaire du point de vue du droit du travail :
      https://www.lepoint.fr/societe/chez-etam-c-est-tres-clair-vous-ne-pouvez-pas-travailler-avec-votre-voile-14-03-2019-2301119_23.php

      La mise à pied concerne l’humiliation supposée. Or le seul son de cloche que l’on ait, c’est celui de la plaignante. La responsable, jusqu’à preuve du contraire, est présumée innocente.

      Un détail intéressant : pour pouvoir porter plainte, l’étudiante a fait appel sur les réseaux sociaux au témoignage des « filles » qui auraient été présentes dans le magasin. De son côté, en dehors du buzz, ce n’est pas gagné.

    6. Vov

      En parler, c’est jouer le sale jeu d’Etam, ce qu’ils voulaient, c’est se faire une pub gratos et attirer la clientèle islamique, attention avec les manoeuvres de islamistes, ils sont spécialisés dans la propagande et bien plus habile que les européens !

    7. alauda

      Sur Twitter, « Oumaima » a changé de pseudo. Je suis repassée par Marianne qui présente un tweet. Cela doit s’ajuster automatiquement avec les liens hypertextes.

      Maintenant c’est mugiwara @umeym_

      Et le plus drôle, c’est qu’elle a troqué pour sa bio le dessin de la voilée au bras d’honneur contre son voile vu de dos tandis qu’elle contemple ce mécréant de Voltaire assis dans son fauteuil, modelé par Houdon.

    8. Robert Davis

      En réalité le terme multiculturel n’est qu’un masque pour socialisme. Ce sont les socialistes qui se cachent derrière cette appellation pour instituer une dictature socialiste du type nazi

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *