toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Djihad judiciaire : Rokhaya Diallo et l’association islamiste Lallab attaquent Céline Pina parce qu’elle défend la laïcité


Djihad judiciaire : Rokhaya Diallo et l’association islamiste Lallab attaquent Céline Pina parce qu’elle défend la laïcité

La militante laïque Céline Pina est la cible de la médiatique activiste « décoloniale » Rokhaya Diallo et de l’association musulmane « féministe » Lallab. Son crime: être en désaccord avec elles, et avoir osé le dire. 


Céline Pina, militante républicaine universaliste et laïque, est en butte à d’odieuses accusations de la part de Rokhaya Diallo et de l’association Lallab. Au lieu d’essayer de répondre à ses arguments, ses ennemis préfèrent essayer de la faire taire en instrumentalisant les tribunaux et d’abuser des droits que la République leur donne pour tenter d’en saper les fondements même.

Face aux attaques, et après un moment de doute bien compréhensible, Céline Pina a fort heureusement trouvé la force de poursuivre la lutte, grâce à des soutiens spontanés qui prouvent, si besoin était, qu’il est encore permis d’espérer.

« Ce type de militant soi-disant antiraciste instaure un système de lecture de la société où la couleur de peau l’emporte sur tout »

Tout ceci est évidemment une excellente raison de lire ou relire les écrits incriminés, par ailleurs des plus instructifs : « Lutter contre la radicalisation, cela commence par refuser subvention et légitimité à des associations qui ne respectent pas l’esprit de nos lois et de la constitution », écrit-elle fort justement, dénonçant Lallab en s’appuyant sur un dossierd’Ikhwan Info, site généralement bien documenté, et que confirme d’ailleurs une analyse très fouillée de l’excellent Naëm Bestandji.

Par ailleurs, Céline Pina écrit aussi avec bon sens au sujet de Rokhaya Diallo que « ce type de militant soi-disant antiraciste instaure un système de lecture de la société où la couleur de peau l’emporte sur tout » et souligne le paradoxe qui veut que cette activiste « accuse (la France) de favoriser le ‘racisme d’État’, y compris dans les institutions internationales. Elle y a pourtant trouvé sa place et une reconnaissance que sa production littéraire ou audiovisuelle ne suffit pas à justifier. Tant mieux pour elle après tout, mais il n’en reste pas moins que l’intéressée illustre ainsi par son propre exemple, la fausseté de ce qu’elle fait métier de dénoncer. » On ne saurait mieux dire.

« Notre époque qui se veut si tolérante a du mal avec l’anticonformisme. »

C’est en 2015 que Céline Pina a acquis une notoriété nationale, lorsqu’elle a eu la lucidité et le courage de dénoncer le « salon de la femme musulmane de Pontoise », ce qui lui avait déjà valu les foudres d’une partie de la gauche, et avait mis en lumière les fractures profondes qui parcourent cette tendance politique, et que l’affaire du hijab de Décathlon par exemple n’a fait que confirmer.

Depuis, elle agit, réfléchit et écrit avec un souci constant de la nuance et de l’honnêteté intellectuelle. J’en veux pour preuve son texte sur François-Xavier Bellamy, en qui elle sait voir un adversaire politique tout en refusant la tentation de la caricature facile. Elle y fait même le constat tristement exact d’une dangereuse tendance, contre laquelle elle s’efforce de lutter : « L’exagération et le lancement d’anathèmes se sont substitués au débat. Il faut disqualifier l’adversaire plutôt qu’accepter de l’affronter loyalement. Le mensonge prime sur l’affrontement d’idées faisant au passage une victime essentielle : le sens de l’action et la confiance dans la parole publique. »

Même souci de l’humain et même rigueur lorsqu’elle défend Bilal Hassani, sans nier ses erreurs mais en leur redonnant une plus juste proportion tout en soulignant les dérives globales de l’ambiance médiatique : « Mettre en avant son particularisme est plébiscité, mais le faire dans un cadre communautaire voire communautariste est recommandé. (…) Notre époque qui se veut si tolérante a du mal avec l’anticonformisme. Elle aime les représentants communautaires, pas les promeneurs solitaires. »

Dernière victime du « djihad judiciaire »

Femme de gauche, certains ont pu lui reprocher cette appartenance à une famille politique trop longtemps aveugle devant la montée des communautarismes et de l’islamisme. C’est lui faire un mauvais procès, et se tromper de priorités : oui, les lanceurs d’alerte de droite ont d’excellentes raisons d’en vouloir à la gauche, mais face à ce qui menace aujourd’hui l’essence même de la République, il est temps que les républicains de tous bords oublient les vieilles querelles et se serrent les coudes.

Et justement. S’il ne s’agissait que de Céline Pina, cela vaudrait déjà la peine de se battre pour la défendre : c’est un devoir moral, et elle le mérite. Mais il s’agit de bien plus : c’est la liberté d’expression elle-même qui est menacée, attaquée une fois de plus par les ennemis de l’universalisme républicain humaniste, et les tenants du relativisme au détriment de l’éthique et de la vérité. Après Georges Bensoussan, Mohamed Louizi, Olivier Pétré-Grenouilleau, Pascal Bruckner, Jeannette Bougrab, Gilles Clavreul, Véronique Corazza…

Learn Hebrew online

On parle parfois de « djihad judiciaire », mais les islamistes ne sont pas seuls à utiliser cette méthode – même s’ils s’y complaisent -, attitude que Yadh Ben Achour dénonce d’une formule : « Donne-moi la liberté que je la tue. » En l’occurrence, je ne crois pas que Rokhaya Diallo soit islamiste, même si un commun rejet de l’Occident la conduit à avoir envers eux des complaisances douteuses.

Le sujet n’est pas ici de défendre le fond des analyses de Céline Pina. Nous avons d’ailleurs nos désaccords, même si je la rejoins sur l’essentiel. J’ai surtout la certitude de la profonde rigueur éthique et intellectuelle de sa démarche, critère qui devrait suffire à lui assurer le soutien de tous les véritables tenants de la démocratie d’opinion.

Rokhaya Diallo et Lallab, bonnet banc et blanc bonnet

J’ai aussi de très fortes suspicions à l’encontre de ses accusateurs. Je ne suis pas juriste, mais il me semble que l’emploi régulier de l’adjectif à connotation ethnique « blanc » dans un sens systématiquement dépréciatif pourrait bien constituer une infraction pénale. Rokhaya Diallo et les membres de Lallab feraient bien d’y réfléchir… Je connais leur esquive selon laquelle le terme de « blanc » serait employé pour désigner une construction sociale, et non une réalité ethnique. L’argument est spécieux. Si c’était vrai, ce n’est pas le mot « blanc » qui aurait été choisi par les tenants de l’idéologie « décoloniale » ou « indigéniste », mais plutôt un terme porteur de connotations culturelles et/ou civilisationnelles, et non ethniques : « occidental » ou « judéo-chrétien », par exemple. Racialisme aux forts relents racistes, analysé et dénoncé entre autres par le sociologue Manuel Boucher, et par Gilles Clavreul, alors délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Rokhaya Diallo se veut militante antiraciste, mais ne comprend manifestement pas ce qu’est le racisme, comme je pense l’avoir démontré. Lallab prétend donner la parole aux femmes musulmanes, mais leur refuse toute conviction individuelle pour les enfermer dans une vision particulière de l’islam, selon laquelle la « femme musulmane » serait nécessairement pro-voile, et nécessairement étrangère au « féminisme blanc ». Dans les deux cas, les assignations identitaires sont aussi odieuses que caricaturales, négations en règle du libre-arbitre comme de cet indéfinissable « quelque chose » qui fait notre commune humanité, que Confucius appelait « ren »1,, et Plutarque « désir du Bien ».Soyons reconnaissants à Céline Pina de dénoncer l’imposture !

Céline Pina, elle, accepte le débat

Mais imaginons même qu’elle ait tort. Ses écrits ne sont pas des injures lancées à la cantonade, mais des critiques structurées et argumentées. De plus, et c’est fondamental, leur auteur est systématiquement ouverte au débat et désireuse d’entendre les arguments des parties adverses. Elle est de ceux qui reconnaîtront volontiers s’être trompés si on leur en apporte honnêtement la preuve, la vérité étant plus importante à ses yeux que son ego. Et rien que cela suffit à démontrer qu’il ne saurait être question de considérer ses textes comme de la diffamation : elle se prononce en toute bonne foi sur des sujets qu’elle a documentés au mieux de ses possibilités, analysés avec méthode et exposés dans le but on ne peut plus légitime d’alerter sur des manœuvres dangereuses pour le pacte républicain et la pérennité de notre pays.

Condamner Céline Pina, ce serait mettre en danger tous les lanceurs d’alerte, et encourager toutes ces idéologies qui se voudraient au-dessus de la critique, et qui sont donc justement celles qu’il faut critiquer en priorité. Ce serait un pas vers la mort du débat d’idées, qui n’est réel que s’il est libre : rappelons que l’on ne peut réfuter une idée que si ceux qui la défendent ont la possibilité de l’exprimer. Quelqu’un ne peut donc comprendre qu’il a tort que s’il a la possibilité de dire ce qu’il pense, et d’en discuter en toute franchise avec des personnes ayant des avis différents, sans crainte de la censure. Sans cette opportunité de rencontre, et même de franche empoignade intellectuelle, chacun ne peut que se renfermer sur ses certitudes, de plus en plus dogmatiques et de plus en plus caricaturales.

Adversaires contre ennemis

En ce moment même, certains tentent d’instrumentaliser le monstrueux attentat de Christchurch pour rétablir le délit de blasphème, ce qui revient d’ailleurs à cracher sur les tombes des victimes en essayant de livrer en bloc les musulmans aux islamistes.

Dans un tel contexte, condamner Céline Pina, ce serait poignarder dans le dos ceux qu’elle défend depuis des années, et ceux qui partagent l’essentiel de ses combats. La condamner, ce serait affaiblir les humanistes du monde arabo-musulman, comme Kamel Daoud, les véritables féministes, comme Anna MuzychukDenis Mukwege et des centaines d’Algériennes anonymes, les vrais antiracistes, comme Marceline Loridan Ivens, les tenants d’une gauche authentiquement républicaine, comme Zineb El Rhazoui, les défenseurs de la laïcité, dans la lignée d’Élisabeth Badinter ou aujourd’hui de Lydia Guirous.

Hélas ! Si Céline Pina voit ses adversaires intellectuels comme des adversaires, eux se comportent en ennemis, et n’ont manifestement pas la même éthique qu’elle. Difficile de croire que leurs plaintes soient motivées par un quelconque souci de vérité, mais bien plutôt par la volonté de faire taire une voix qui oppose des arguments efficaces à leurs idéologies malsaines.

« Ne craignez jamais de vous faire des ennemis… »

Sans doute n’espèrent-ils même pas vraiment gagner leurs procès. C’est une guerre d’usure et d’attrition, insidieuse, obscure, et qui ne se limite pas à la France. Une guerre déclarée par des idéologies gavées de subventions – mais se voulant hostiles à ceux-là même qui les leur payent – qui s’en prennent à des individus simplement soucieux de vérité, et souvent bénévoles : Céline Pina, elle, n’a qu’une cagnotte spontanée sur Leetchi pour l’aider. Sa dignité et son combat m’évoquent irrépressiblement trois grands hommes d’Etat, au sens le plus noble du terme. Clémenceau, non pour certaines décisions discutables face aux grèves et redevenues d’actualité, mais pour sa célèbre phrase : « Ne craignez jamais de vous faire des ennemis, si vous n’en avez pas, c’est que vous n’avez rien fait. » Churchill, qui lui aussi connut la solitude et le doute, et sût finalement trouver les soutiens nécessaires et la force de tenir bon. Et Périclès, figure tutélaire de toute démocratie, dont les paroles résonnent aujourd’hui avec une intense acuité : « Il n’y a pas de bonheur sans liberté, il n’y a pas de liberté sans courage. »

En 2016, Céline Pina a publié un livre – cri du cœur : Silence coupable, Islamistes : ils ne sont grands que parce que nos élites sont à genoux. Peu importe aujourd’hui que nous fassions ou non partie de ce que l’on appelle « élites ». Comme citoyens, comme hommes et comme femmes, nous devons maintenant faire un choix. Alors que cette femme courageuse est attaquée par des ennemis déclarés de l’humanisme républicain, nous pouvons nous agenouiller devant eux dans un silence coupable. Ou nous pouvons décider de nous tenir debout à ses côtés à elle, dans la dignité et la liberté. Pour la dignité et la liberté.

Causeur

Silence coupable

Price: EUR 18,90

4.5 étoiles sur 5(30 customer reviews)

27 used & new available from EUR 3,91

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Djihad judiciaire : Rokhaya Diallo et l’association islamiste Lallab attaquent Céline Pina parce qu’elle défend la laïcité

    1. alauda

      Rokhaya Diallo s’est idéologiquement associée au commando de cran qui a fait annuler la représentation de la pièce d’Eschyle, les Suppliantes, pour «racisme».

      La beaufitude n’est pas l’apanage exclusif de la « blanchité » dont elle nous rabat les oreilles de sa voix pointue sur tous les plateaux où on lui tend le micro.

    2. alauda

      J’ignorais que la légende de Io (Europe), piquée par un taon, était racontée par Eschyle dans cette pièce, que j’ai téléchargée en pdf depuis mon navigateur à remonter le temps.

    3. Cyrano

      Ce n’est hélas pas qu’à Pontoise qu’il existe des salons de coiffure — communautaires — Sur une artère huppée importante de ma ville j’ai récemment constaté qu’il y avait trois salons de coiffures dont les vitrines se trouvaient affublées se la mention HALLAL en arabe dans le texte. Comme disait si bien Moktar OULDADA : L’ancien gouvernement a mené le pays au bord du précipice avec le nouveau gouvernement nous allons faire un grand pas en avant.—

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *