toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Deux tiers des Français souhaitent que les enfants de jihadistes français restent en Irak et en Syrie


Deux tiers des Français souhaitent que les enfants de jihadistes français restent en Irak et en Syrie

Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et « Le Figaro », 67% des personnes interrogées ne veulent pas voir les enfants de combattants revenir en France.

Près de sept Français sur dix (67%) souhaitent que les enfants de jihadistes français restent en Irak et en Syrie, révèle un sondage Odoxa – Dentsu consulting pour franceinfo et Le Figaro, dont le résultat est révélé jeudi 28 février.

Sondage Odoxa pour franceinfo.
Sondage Odoxa pour franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Cette opinion varie toutefois en fonction de l’orientation politique des personnes interrogées. Ainsi, 88% des sympathisants du Rassemblement national (RN), et 78% des sympathisants Les Républicains (LR) s’opposent à un retour en France de ces enfants. Cette tendance diminue à 63% pour les sympathisants La République en marche (LREM). A contrario, 58% des sympathisants socialistes et 50% de ceux de la France insoumise (LFI) souhaitent que les autorités françaises fassent le maximum pour le retour des enfants de jihadistes en France.

Un possible retour en France suscite l’inquiétude 

82% des Français interrogés approuvent la décision d’Emmanuel Macron et du gouvernement de laisser l’Irak juger les jihadistes français, y compris au risque de voir des peines de mort prononcées, nous apprend également cette enquête. En début de semaine, le président irakien Barham Saleh a annoncé qu’il voulait juger « selon la loi irakienne » les treize ressortissants français, soupçonnés d’être des combattants du groupe Etat islamique, qui ont été remis à l’Irak par les forces kurdes.

Sondage Odoxa pour franceinfo.
Sondage Odoxa pour franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Cet avis est partagé quelle que soit la tendance politique des personnes interrogées, puisque 72% des sympathisants socialistes, 89% de ceux de LREM, 90% des LR et 89% des sympathisants du RN approuvent cette décision. La tendance est moins marquée chez les sympathisants de LFI, dont 61% estiment que le gouvernement a raison.

L’inquiétude que suscite un possible retour en France des jihadistes français explique qu’une majorité des personnes interrogées approuve la décision de laisser les combattants aux mains de la justice irakienne. Ainsi, 89% des personnes interrogées se disent « inquiètes », dont 53% même « très inquiètes ». Seules 11% se disent « assez peu » ou « pas du tout » inquiètes.

Sondage Odoxa pour franceinfo.
Sondage Odoxa pour franceinfo. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

* Cette enquête a été réalisée par internet les 27 et 28 février auprès d’un échantillon représentatif de la population de 1.001 Français âgés de 18 ans et plus.

Source

 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Deux tiers des Français souhaitent que les enfants de jihadistes français restent en Irak et en Syrie

    1. Salmon

      Il faut les tués
      C pas comme ça qu ils font dans le coran ?
      Ça vous choqué pas dans le coran mais ce que j écris va vous choquer
      😁

    2. esther

      Près des trois quarts des enfants de djihadistes ont moins de 6 ans. De quoi sont-ils coupables ? DE RIEN. Je ne connais, pour ma part, que des enfants victimes de guerre et je suis scandalisée par le fait que 67 % des français soient contre le retour de ces enfants : en 1962, ma mère et moi avec des dizaines de pieds-noirs avions traversé la Méditerranée sur un rafiot pour débarquer à Marseille et entendre Gaston Defferre qui nous considérait comme des criminels (il y a deux ans, Macron parlait même de crimes contre l’humanité commis en Algérie par les colonisateurs) dire qu’il fallait nous jeter à la mer, nous fusiller, nous pendre; après toutes les souffrances vécues avec ma mère, la petite fille que j’étais alors s’était demandée quels crimes elle avait pu commettre et de quels crimes on l’accusait et elle n’a pas oublié : les enfants, je le répète, sont des victimes de guerre et rien que ça.L’infirmière puéricultrice que j’ai été plus tard et qui a suivi des enfants victimes de maltraitance, ce qui est le cas aussi pour ces enfants de djihadistes, se le demande aussi : je ne pourrai plus me regarder dans un miroir si j’estimais que des enfants sont coupables des crimes de leurs parents et des mauvais traitements qu’ils ont subis.

    3. Dullier

      En ce qui concerne les enfants il me semble qu’il faut tenir compte de l’âge de l’enfanf, de l’idéologie de la famille d’accueil et du non retour des parents.
      J’ai eu l’occasion d’entendre de la part des militants kurdes, irakiens et syriens que les terroristes devaient être jugés sur place par respect pour leurs frères et soeurs tués et/ou martyrisés par ces terroristes. Quant à leurs épouses elles doivent également être jugées sur place et quand je les entends dire qu’elles sont parties en Syrie pour un projet de société où elles pouvaient vivre et élever leurs enfants selon la charia et éviter ainsi toute contamination par des valeurs et moeurs occidentaux qu’elles rejettent viscèralement, je crois que la seule solution n’est certainement pas qu’elles reviennent vivre en Occident pour y vivre une frustration religieuse mais qu’elles soient donc jugées et qu’elles purgent leur peine sur place. A leur sortie de prison en tant que bonnes musulmanes elles pourront épouser un musulman comme elles en ont épousé un voire deux et y vivre selon la loi islamique. Si elles ont des enfants, qui ne parlent que l’arabe vu le rejet des langues occidentales, ceux-ci pendant la durée de l’emprisonnement de leur mère doivent être pris en charge (genre d’adoption) par des familles ou organisations musulmanes et ils seront dès lors comme le souhaite leur mère être élevés selon la loi islamique et en arabe. A la fin de leur peine elles pourront, en fonction du contexte du moment, éventuellement retrouver leurs enfants, reconstruire leur famille et peut-être par la suite agrandir la famille et toute la famille pourra ainsi vivre heureuse en terre d’Islam et y pratiquer leur fondamentalisme religieux tant souhaité …

    4. pauledesbaux

      d’accord avec Salmon c’est de la graine de tueurs comme leurs parents….les laisser là où ils sont avec leurs parents on ne sépare pas les enfants de leurs parents……

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *