toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

 Des anti-juifs marocains retirent, au Liban, un Prix féminin aux mains d’une poétesse, jugée pro-Israël 


 Des anti-juifs marocains retirent, au Liban, un Prix féminin aux mains d’une poétesse, jugée pro-Israël 

L’antisémitisme arabe ne frappe pas que les juifs, mais aussi les intellectuels musulmans  qui ont des positions positives envers Israël. Les détracteurs de l’Etat juif peuvent interdire un chanteur en Tunisie de se produire en Israël, ou une poétesse marocaine de recevoir un Prix au Liban car elle est jugée pro-Israël.

La poétesse et écrivaine marocaine Bouchraïl Echchaoui est la nouvelle victime de cet antisémitisme de nouveau genre. Le Conseil arabe du développement pour la femme et les affaires a annoncé qu’il retirait un prix honorifique attribué le 10 mars  2019 à cette jeune poète et écrivaine marocaine. Celle-ci a fait l’objet d’une large campagne des militants anti-israéliens au Maroc et au Liban.

Une mobilisation au Maroc et au Liban

Le lobby palestinien à Rabat a réagi rapidement pour obtenir le retrait du Prix arabe 2019 de la femme aux mains de la marocaine Bouchraïl Echchaoui , pour son soutien à Israël

Dans un premier communiqué, rendu public en début de semaine, l’Observatoire marocain contre la normalisation a dénoncé l’attribution de ce prix à la poète marocaine. «Une opération suspecte pour rendre hommage à une agent de la normalisation ayant déjà rencontré, au cœur de la Knesset, l’armée, les services de renseignement et les ministres sionistes», a déclaré l’observatoire anti-israélien.

Dans un communiqué, ce conseil basé à Beyrouth est revenu sur la polémique que ce prix a créée, que ce soit au Liban ou au Maroc. « Après la polémique sur le prix attribué à la Marocaine Bouchraïl Echchaoui (…), le conseil a décidé de lui retirer ce prix, adhérant ainsi à son affiliation nationale et arabe, et restant soucieux de sa réputation et de celle du reste des lauréates et de tous les participants à la cérémonie», explique-t-il dans un communiqué.

Dans son premier communiqué, largement relayé par des médias libanais proches du mouvement Hezbollah, l’observatoire a exhorté «les autorités gouvernementales libanaises à corriger cette grande erreur dans les positions du Liban, en expulsant tous les partisans et agents de l’entité sioniste. Cette femme connue pour ses liens et ses relations de normalisation ne représente pas les intellectuelles marocaines et ne doit pas être honorée au nom de la femme marocaine lors de la Journée mondiale des droits de la femme», conclut le communiqué.

Dans un deuxième communiqué, l’observatoire affirme avoir fourni des informations sur ce qu’il a déjà avancé mais critique au passage la réaction du Conseil arabe du développement pour la femme et les affaires. «Le fait d’avancer que le choix a été fait suite au vote des Marocains est une fausse information et une fuite en avant», fustige l’observatoire marocain, dénonçant aussi le «silence de l’intéressée après les révélations sur ses liens avec l’entité sioniste».

A l’étranger, l’attribution de ce prix à Bouchraïl Echchaoui a fait l’objet d’un communiqué de la «Campagne nationale de soutien à la Palestine et aux problèmes de la nation» au Liban. Des réactions qui ont fini par faire réagir le Conseil arabe de la femme.

Learn Hebrew online

Le Conseil arabe du développement pour la femme et les affaires a été obligé de s’excuser et de retirer cet honneur après la protestation de l’Observatoire marocain contre la normalisation.

Le Conseil  arabe de développement pour la femme et des affaires a déclaré, mardi  13 mars 2019,  dans un communiqué que « après la controverse sur le Prix attribuée à Bouchraïl Echchaoui , il a décidé de retirer le Prix d’honneur de cette femme, afin de préserver la réputation des femmes arabes et de toutes les participantes« .

La même source  a dit que » il n’était pas au courant de la visite de cette femme dans les Territoires palestiniens occupés, comme on dit, pour rencontrer les dirigeants de l’ennemi sioniste .  » assurant «ne pas avoir été au courant que l’intéressée avait visité les territoires palestiniens occupés et ses rencontres présumées avec des leaders de l’entité sioniste».

Le Conseil arabe a souligné que il est  «l’un des plus ardents défenseurs  sur les questions nationales et arabes, en particulier la question palestinienne, et les opposants les plus en vue de la normalisation avec l’entité sioniste brutale».

Chaque année, ce Conseil honore des femmes du monde arabe.  Le 10 mars 2019, ce Conseil a rendu hommage à plusieurs femmes du monde arabe, dont la poète marocaine, comme l’indique le Conseil sur son site. La vidéo de l’hommage a été partagée par Bouchraïl Echchaoui sur sa page Facebook.

Echchaoui s’est dite «surprise par la campagne de diffamation et de fausses accusations portées à son sujet».
Les médias pro-Hezbollah au Liban se sont mêlées de cette affaire pour diaboliser la jeune femme marocaine.

Les antisémites au Maroc estiment que Bouchraïl Echchaoui  n’aurait pas dû être honorer au Liban

L’Observatoire marocain contre la normalisation avec Israël avait condamné «une opération très suspecte, honorant l’une des symboles  de la normalisation avec les sionistes  qui s’est allée au cœur de la Knesset sioniste avec les dirigeants de l’armée sioniste, les services de renseignement et les ministres du gouvernement sioniste».

L’Observatoire marocain a appelé les instances gouvernementales libanaises à « remédier à cette grave et étrange crise des positions du Liban, de l’Etat et du peuple, en rejetant et en expulsant tous les partisans et agents de l’entité terroriste sioniste qui a perpétré des centaines de massacres contre le Liban« .

Bouchraïl Echchaoui avait reçu pourtant, dans son pays le Maroc, un certificat d’honneur de la part du Haut Représentant de  résistance, le 8 juin 2017, mais  un responsable  a été obligé de sortir aux médias et donner des explications.

Mustafa al-Kathiri, haut commissaire à la résistance et membre de l’armée de libération au Maroc, avait annoncé qu’il n’ est pas responsable de la situation.

Al-Kathiri avait expliqué que lors d’une cérémonie en son honneur organisée par le Centre méditerranéen pour la paix et le dialogue des civilisations: « Une femme, qui était dite poète, a été  introduite à une cérémonie et elle m’a demandé de lui remettre un certificat d’honneur ».

Alkatiri a annoncé qu’il rejetait cet honneur pour « une femme  sioniste qui entre par  fraude et il a présentée ses excuses  à la direction du public invité« .

En 2016, Bouchraïl Echchaoui  a eu un Prix en Espagne et 2017 un autre Prix au Caire. Elle s’est rendue à plusieurs en Egypte et un hommage lui aurait été rendu, fin 2018, par l’Organisation de la femme arabe au siège de la Ligue arabe au Caire.

Pour rappel, Bouchraïl Echchaoui avait été l’une des quarante Marocains à se rendre en Israël en janvier 2017 pour prendre part à la «Conférence de Matrouz», dont l’objectif était de raffermir les liens d’amitié entre son pays et Israël.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Souhail Ftouh pour Europe Israël

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “ Des anti-juifs marocains retirent, au Liban, un Prix féminin aux mains d’une poétesse, jugée pro-Israël 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *