toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Arabie saoudite : elle oublie son bébé à l’aéroport et contraint le pilote de l’appareil à faire demi-tour


Arabie saoudite : elle oublie son bébé à l’aéroport et contraint le pilote de l’appareil à faire demi-tour

Une passagère d’un vol saoudien à destination de la Malaisie a contraint le pilote de l’appareil à faire demi-tour, après s’être aperçue de l’oubli de son bébé au terminal de Djeddah.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire, dit l’adage. Un avion saoudien SV832 en partance pour la Malaisie a dû retourner en Arabie saoudite après qu’une passagère a réalisé qu’elle avait laissé son bébé dans le terminal.

Le Guardian qui rapporte l’affaire, raconte que le pilote, en route vers Kuala Lumpur (Malaisie), a fait la demande inhabituelle de retourner à l’aéroport de Djeddah (Arabie Saoudite) peu après le décollage de l’appareil, lorsque la passagère a dit au personnel de cabine qu’elle avait oublié son enfant.

L’avion autorisé à faire demi-tour

La séquence, devenue virale avec plus de 50.000 vues sur Youtube, dévoile la conversation singulière entre le pilote et les contrôleurs, qui font face à un problème inédit. « Ce vol demande à revenir », dit l’un d’eux à son collègue. « Une passagère a oublié son bébé dans la salle d’attente, la pauvre », précise t-il. On entend le pilote répéter à l’exploitant de la circulation aérienne : « Je vous l’ai dit, une passagère a laissé son bébé dans l’aérogare et elle refuse de poursuivre le vol. »

Après une courte pause, le vol a été autorisé à retourner au hub. « C’est totalement nouveau pour nous » ont ajouté les contrôleurs aériens. Il est rare que des avions fassent demi-tour ou se détournent de leur destination initiale pour autre chose que des raisons techniques ou de santé des passagers, précise le quotidien britannique.

Comme l’affirment plusieurs médias dont The Independent, bien que la mère ait pu retrouver son enfant, aucune autre information n’a été fournie sur les circonstances de l’événement, et les suites de l’affaire.

Source

Une vidéo montrant le pilote qui appelle le contrôle de la circulation aérienne révèle l’échange inhabituel entre lui et les exploitants, demandant la permission de retourner à l’aéroport King Abdulaziz. « Que Dieu soit avec nous. Pouvons-nous revenir ? » demande t-il.
Le scénario, qui semble être une première pour les contrôleurs de la circulation aérienne, a laissé le conducteur perplexe.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    224 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap