toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Théorie du genre et écriture inclusive ont pris le pouvoir au CNRS: Un chercheurs dénonce la dérive idéologique au CNRS


Théorie du genre et écriture inclusive ont pris le pouvoir au CNRS: Un chercheurs dénonce la dérive idéologique au CNRS

Chercheur en biotechnologie au CNRS, Marcel Kuntz juge que la théorie du genre tient désormais le haut du pavé au sein du prestigieux établissement. Or quand une théorie aussi fragile impose une «ligne officielle» qu’il est prudent de respecter si l’on veut la paix, il y a de quoi être inquiet pour l’esprit critique, souligne le scientifique.


Marcel Kuntz est biotechnologiste végétal et directeur de recherche au Laboratoire de physiologie cellulaire végétale du CNRS à Grenoble.


Le 26 octobre 2017, l’Académie française a adopté à l’unanimité une déclaration contre l’écriture dite «inclusive», qui explique que «la multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité» et que «la langue française se trouve désormais en péril mortel».

Une circulaire du Premier ministre avait aussi banni l’usage administratif de l’écriture inclusive, en tout cas de la «graphie» dénoncée par l’Académie française, en rappelant que «le masculin est une forme neutre qu’il convient d’utiliser pour les termes susceptibles de s’appliquer aussi bien aux femmes qu’aux hommes», tout en demandant de recourir à des formules telles que «le candidat ou la candidate» ce qui permettrait «de ne marquer de préférence de genre».

« On peut s’étonner de trouver dans des documents officiels de la recherche publique, du CNRS par exemple, des monstruosités grammaticales. »

Dans un tel contexte, on peut s’étonner de trouver aujourd’hui dans des documents officiels de la recherche publique, du CNRS par exemple, des monstruosités grammaticales telles que «technicien.ne.s, ingénieur.e.s et chercheur.e.s». Essayons d’en analyser les raisons.

L’objectif affiché de l’écriture inclusive est d’imposer une égalité des «représentations» entre les femmes et les hommes. En réalité, il s’agit d’un champ de bataille idéologique, où resurgit la dialectique marxiste des rapports exploiteurs/exploités, oppresseurs/opprimés, revisitée par l’idéologie postmoderne – où la société est vue comme une juxtaposition de communautés, la plupart rangées en catégories victimaires (dont les femmes).

De ce fait, l’introduction de l’écriture inclusive, en supprimant le neutre, prend le risque de communautariser les deux sexes, et d’aboutir non à une égale représentation, mais d’inciter les «victimes» à se vivre comme telles, et à faire endosser aux mâles (hétérosexuels) le statut de bourreau.

En France, la différence salariale demeure une insupportable discrimination contre les femmes. Mais cela ne concerne pas les institutions scientifiques où s’applique la grille indiciaire des fonctionnaires.

A titre personnel et après trente années de carrière, je n’ai pas pu identifier d’exemple de discrimination à l’embauche contre une femme qui voudrait s’engager dans une carrière scientifique. Ni pour une promotion. La raison est que ce milieu est culturellement tourné vers la prise en compte de la «production scientifique», et non pas vers d’autres critères (sexuels, ethniques, etc.). S’il y a des exceptions, qu’elles soient mises en lumière. Il peut y avoir, bien sûr, comme dans tous les milieux, des harcèlements inacceptables. Et même s’ils sont rares, il faut y remédier. Mais, disons-le clairement, rien ne justifie de laisser croire qu’il existe une inégalité professionnelle délibérée au sein d’organisme de recherche comme le CNRS.

L’existence d’une «Mission pour la place des femmes au CNRS» mérite un examen critique.

Dans ce contexte, l’existence d’une «Mission pour la place des femmes au CNRS» mérite un examen critique. Même si on peut en douter, admettons que son objectif d’«agir pour l’égalité professionnelle au sein du CNRS» puisse avoir une utilité. Cette Mission n’en reste pas moins influencée par l’idéologie du genre, impulsée par des sciences humaines et sociales, thuriféraires du postmodernisme. Parmi les «déconstructions» du postmodernisme (Les Lumières, la science, la vérité, la nation, la transmission) figure aussi l’altérité des sexes. Et pour ces idéologues, s’il n’y a pas une parité absolue dans telles ou telles disciplines scientifiques, ou dans tels ou tels postes, cela ne peut être dû qu’à des «discriminations» ou à des «stéréotypes genrés» inculqués par la société.

Ainsi, pour revenir à l’écriture inclusive, son usage est porté par ce mythe constructiviste: l’être humain est à l’origine une page blanche et chacun pourra noircir sa page comme il l’entend (y compris choisir son genre) pourvu qu’il ne soit pas formaté par un héritage civilisationnel. Il s’agit en réalité d’un rêve despotique, peut-être doux, de bobos bien-pensants, mais une forme de despotisme quand même, portée par des inquisiteurs qui veulent nettoyer la grammaire et le langage et éliminer tout comportement non-politiquement correct.

Il est contestable que le CNRS soutienne, dans sa communication institutionnelle, des constructions idéologiques comme celles qui appellent à « en finir avec la fabrique des garçons » (sic).

Les discriminations sur la base du sexe existent encore en France (précisons néanmoins qu’elles sont beaucoup moins vives dans les pays occidentaux que dans certaines autres parties du monde…). Il ne s’agit donc pas de nier l’utilité d’études sur leurs causes. Ce qui est contestable est que le CNRS soutienne dans sa communication institutionnelle des constructions idéologiques comme celles qui appellent à «en finir avec la fabrique des garçons» (sic). De même est-il bien raisonnable d’alléguer de but en blanc dans un éditorial que «la vision androcentrique de la société a pu influencer les approches expérimentales et biaiser les interprétations scientifiques»?

Une vision politisée dénonçant comme «réactionnaire antigenre» toute critique à l’encontre de la «théorie du genre» (en fait il s’agit d’une idéologie du genre) doit-elle avoir sa place dans la communication institutionnelle du CNRS? L’esprit critique faisant partie intégrante de la démarche scientifique, de telles réactions ne peuvent que confirmer que, en la matière, le pouvoir a été pris au CNRS par des tenants d’une approche non scientifique de problèmes par ailleurs bien réels.

A l’heure où les choix politiques et budgétaires sont difficiles, la science a-t-elle intérêt à obéir aux injonctions des minorités agissantes, au risque de se couper d’une autre partie de la société ?

Le Figaro

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Théorie du genre et écriture inclusive ont pris le pouvoir au CNRS: Un chercheurs dénonce la dérive idéologique au CNRS

    1. alauda

      L’écriture baveuse dégoûte sur le tissu de la langue ses points crachés.
      L’écriture pointeuse délivre sur chaque paragraphe ses trous poinçonnés.
      L’écriture empoisonneuse explose d’impatience ses graines de balsaminé,
      envahissantes emmerdeuses salissant les rames de papier photocopié.

      Grêlée, vérolée, boutonneuse, elle porte les stigmates de ses infections
      avec l’affectation d’une boiteuse qui prendrait sa canne pour une marque
      de distinction.

    2. sara

      La spécialité de l’auteur n’a rien à voir avec les études sur le genre : il n’a AUCUNE autorité pour en parler. Il n’est pas non plus linguiste : il parle de choses auxquelles il ne connait RIEN.
      Article commençant mal : « le masculin est une forme neutre » : Quelle perle ! L’auteur ne sait pas ce qu’est le genre ; il n’est donc pas qualifié pour en parler.

      « Théorie du genre » : cette expression est une invention de l’extrême-droite française et des cathos intégristes. Depuis 50 ans aux USA, il y a des études sur le genre (gender studies) ; malgré leurs progrès il n’existe toujours pas de théorie du genre et il n’y en aura probablement jamais.

      « Idéologie du genre » : c’est nouveau et c’est encore pire. C’et du dénigrement et de la haine contre ceux qui travaillent dans ce domaine. C’est plutôt l’article qui imbibé d’idéologie ; exemple : « où resurgit la dialectique marxiste » .
      « y compris choisir son genre » : pure invention ; on ne peut pars choisir son genre. Il s’impose à vous de manière irrésistible.

      Dommage que Europe-Israël ai repris « ça ».

    3. alauda

      Notes de bas de page :

      1. Une circulaire est un acte administratif par lequel une autorité administrative s’adresse aux services placés sous son autorité hiérarchique, voire aux administrés, pour leur indiquer ce qu’est, à son sens, l’état du droit et comment il doit être mis en œuvre. (cours de droit .net)

      2. L’Académie française a commencé la rédaction de la 9ème édition de son Dictionnaire en 1986.
      « « La confection d’un dictionnaire, surtout quand il doit être de référence pour des centaines de millions d’usagers d’une langue de par le monde, est une marche de longue haleine, où chaque pas rencontre une embûche, une rigole, un caillou. » Maurice Druon

      3. Masculin (sens 2, grammatical)
      « le genre masculin […] fait fonction de neutre, et il est dit non marqué ou extensif. (dictionnaire-academie .fr)

    4. Aleth

      Sara : Si chacun ne pouvait parler que de son domaine particulier de compétence, toute conversation serait abolie. C’est justement la richesse des échanges et l’intrusion d’étrangers dans d’autres domaines que le leur qui permet à la recherche de faire des progrès. Toute entreprise de recherche avisée embauche des personnes éloignées de son domaine, parce qu’elle sait qu’elle va bénéficier d’un regard et d’idées neufs (neufs : le masculin, qui peut être neutre, l’emporte sur le féminin. Y voir une atteinte à des prérogatives sexuelles est stupide et montre le degré de bêtise où est tombée essentiellement la gauche). Quand on voit où les « spécialistes » du « genre » essaient d’entraîner l’humanité, on est heureux que les gens qui ont encore une raison saine dénoncent cette mascarade.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    73 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap