toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Paris : Essia, la « déséquilibrée », suspectée de l’incendie criminel qui a coûté la vie à 10 personnes, avait déjà mis le feu à une boutique du quartier


Paris : Essia, la « déséquilibrée », suspectée de l’incendie criminel qui a coûté la vie à 10 personnes, avait déjà mis le feu à une boutique du quartier

Lucien Sadoun est propriétaire du magasin de prêt-à-porter Garfield, rue d’Auteuil, située à deux pas de la rue Erlanger où un violent incendie a fait 10 morts dans la nuit de lundi à mardi. Il y a deux ans, sa boutique avait été prise pour cible par Essia B. […] La suspecte a été admise à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police, sa garde à vue a été levée.

« Nous la connaissions bien. Elle était une de nos clientes. Il y a deux ans, elle a mis le feu à trois endroits de la boutique pour détourner l’attention de notre personnel et voler dans la caisse. L’une des vendeuses l’a prise en flagrant délit et elle a pris la fuite. Nous avons réussi à éteindre les foyers et nous avons fait un signalement à la police et déposé plainte », raconte Lucien Sadoun. « Cette scène a beaucoup choqué mes collaborateurs. Nous n’avons subi que des dégâts matériels. Ce n’est rien par rapport à la dizaine de morts qu’a entraîné son geste dans la nuit de lundi », soupire le patron, qui connaissait aussi une des victimes. Il est en colère. […]

Le Parisien

Tous les médias vous en parlent ce mardi 5 février 2019 : c’est un « fait divers » tragique, presque une pseudo-fatalité, qui serait responsable de la mort de dix parisiens dans un incendie criminel, suite à l’attitude irresponsable d’une pauvre femme dénommée Essia…

Anne Hidalgo, M.Castaner et l’ensemble des représentants de nos pouvoirs publics pleurent à chaudes larmes devant ce sinistre survenant dans un quartier « bourgeois » de la capitale, le seizième arrondissement, rue Erlanger. On pourrait presque croire que c’est la fatalité qui aurait frappé les innocentes victimes, de braves citoyens qui travaillaient le jour et dormaient la nuit sans rien demander à personne. Et pourtant…

Une lecture attentive des divers articles ainsi que la mise en activité de l’esprit critique de notre cervelle nous amènent à nous interroger sur certains points étonnants, ces petits détails qui auraient « chiffonnés » le lieutenant Columbo. Ainsi, Essia, dont personne ne précise l’origine familiale et culturelle, venait de sortir d’un long séjour à l’hôpital St Anne, haut lieu de la psychiatrie lourde parisienne, réservé à des patients dangereux. Elle a été libérée sans suivi. Première question : Comment s’est-elle retrouvée logée dans un immeuble « select » (ou un HLM de standing le cas échéant) ? Qui l’a placé à cet endroit ? Qui a pris en charge son loyer et ses factures énergétiques ?Que faisait-elle de ses journées ?

Ensuite, on apprend que d’innombrables plaintes pour tapage la visaient, que des voisins hurlaient « il y en a qui travaillent demain », que certains ont prévenu la police qui a estimé que le cas n’était pas urgent… On notera une fois de plus le côté très zen des gardiens de la paix parisiens, à l’image de leurs réactions quand un soir de novembre 2015 des passants les appelaient près du Bataclan pour signaler le comportement louche des passagers d’une voiture garée à proximité de la boite de nuit. Le tapage nocturne étant un sport courant dans les grandes villes françaises, peu réprimés (de modestes amendes de 68 euros quand un individu transforme son logement en discothèque, au mépris de la tranquilité de ses voisins) et les conflits de voisinage fréquents, nos forces de police se contentent de canaliser les trafics de drogues et de verbaliser les bagnoles mal garées pour rentrer de l’argent dans les caisses publiques. La protection républicaine des braves citoyens, ce n’est pas la priorité.

On attend avec impatience de savoir qui a logé Essia au beau milieu des braves gens, au mépris de leur sécurité et de leur bien-être. Notez le « mépris », car ce n’est pas dans le 5ème arrondissement des bobos électeurs du PS et de LREM, pourtant militants du « vivre-ensemble » et de la « diversité » (chez les autres, il est vrai) que notre furie a été placé. C’est chez les bobos conservateurs, cathos et anti-migrants de l’ouest parisien, histoire de leur apprendre à rencontrer les « autres ». On a vu le résultat !

Essia, qui a survécu au carnage, ne sera pas jugée car irresponsable de ses actes. Ce sont ceux qui logent les fous chez leurs concitoyens qui doivent l’être. Espérons que notre justice sera aussi ferme avec les (ir)responsables publics qu’avec les gilets jaunes casseurs et vandales…

Encore une chose : Que personne n’ose dire que le cas d’Essia est un dérapage. Votre narrateur, qui a vécu dans un HLM parisien, peut en témoigner. Un toxicomane, prostitué du Bois de Boulogne, avait été logé dans notre groupe d’immeuble. Un jour, il a tenté de se suicider en ouvrant le gaz de son appartement : c’est un vrai miracle si tout n’a pas sauté ! Le type n’a même pas été déplacé… Autre cas de figure, une autre prostituée avec quatre gosses de quatre pères différents qui a retourné toute la cage d’escalier par son bazar et ses inciviltés. Elle fut expulsée car elle ne payait pas son assurance habitation. Tiens, au fait, qui était l’assureur d’Essia ?

A croire que pour obtenir un logement social à Paris de nos jours il faut être déséquilibré(e), prostitué(e), trafiquant de drogue ou bandit de droit commun. Dehors, les braves gens intégrés qui bossent et qui sont éduqués !

Il ne faut pas se leurrer : cet énième fait divers n’en est pas un, c’est un fait politique, témoin de l’inversion des valeurs, de l’hypocrisie, la négligence et l’abrutissement d’une partie de nos élites. Un système où chacun se refile les problèmes, sans assumer ni faire acte de courage. Le « vivre-ensemble » n’est qu’un baratin pour esquiver le refus de protéger les innocents et d’enfermer, ou d’expulser, les « autres ». Dix parisiens l’ont payé de leur vie, paix à leur âme, en espérant que chacun en tire les conclusions qui s’imposent…

Agora

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Paris : Essia, la « déséquilibrée », suspectée de l’incendie criminel qui a coûté la vie à 10 personnes, avait déjà mis le feu à une boutique du quartier

    1. esther

      Mes pensées vont aux victimes et à leurs familles : mourir brûlé vif à 16 ans ou à 23 ans, c’est juste trop injuste.

      En décembre 2004, je travaillais encore en tant qu’infirmière de nuit dans le sud-ouest de la France et le drame horrible de l’infirmière décapitée et de l’aide-soignante poignardée à de multiples reprises à l’hôpital psychiatrique de Pau par Romain Dupuy avait profondément traumatisé toutes les équipes soignantes de cette région et en particulier celles qui travaillaient de nuit. Bien évidemment, cet assassin a bénéficié de l’abolition du discernement, parce que jugé irresponsable de ses actes, plutôt crimes, moi, je dis, ce qui fait qu’il n’a jamais été jugé; j’ai bien peur que cette meurtrière en bénéficie aussi. Le mari pompier de l’aide-soignante assassinée, qui était père d’une petite fille de cinq ans, avait dit : « Comment je dirai à notre fille que celui qui a assassiné sa mère ne sera jamais jugé ? »

      Cette furie incendiaire aurait dû rester hospitalisée à Sainte-Anne depuis l’incendie dans le magasin de prêt-à-porter lors duquel le personnel aurait pu mourir, c’est tout mais il y a aussi un laxisme psychiatrique en France et aussi un manque de lits. J’ai travaillé six mois dans cette spécialité : je retrouvais huit jours après des patients atteints de crises aiguës de paranoïa, de schizophrénie, de délires mystiques se baladant en ville et ils vous abordaient et vous demandaient votre adresse; il y avait même quelques « déséquilibrés » versant dans la pédocriminalité. Le personnel avait juste trop peur mais les psys disaient toujours que ces malades étaient en capacité de s’assumer. Moi, j’ai arrêté de travailler dans cette spécialité : je n’avais pas envie de voir un de ces fêlés débarquer à mon domicile et de celle de ma petite fille s’il avait réussi à dégoter mon adresse.

    2. alauda

      Logement social dans un quartier parisien où le prix moyen du mètre carré est supérieur à 10 000€… Le nom de famille circule sur Twitter. Son compte FB clôturé évitera que le quidam se penche sur ce cas psychiatrique.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    241 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap