toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Panique pour les européennes : le mondialiste Soros redoute la victoire des « populistes » et que l’UE ne «suive le chemin de l’Union soviétique»


Panique pour les européennes : le mondialiste Soros redoute la victoire des « populistes » et que l’UE ne «suive le chemin de l’Union soviétique»

A quelques semaines des élections, le milliardaire mondialiste gauchiste George Soros a appelé les européistes à «se réveiller» face aux populistes, sans quoi l’UE suivrait «le chemin de l’Union soviétique». Une inquiétude partagée par l’ECFR qui envisage la fin du bloc.

Le milliardaire George Soros ne cache pas son inquiétude à l’approche des élections européennes. Pro-européen convaincu, le philanthrope américano-hongrois appelle, dans un éditorial publié le 11 février par Project Syndicate, (une ONG diffusant des analyses sur des problématiques internationales), les peuples d’Europe à se «réveiller avant qu’il ne soit trop tard» pour faire face à la montée du populisme. «Sinon, l’Union européenne suivra le chemin de l’Union soviétique en 1991», prédit le milliardaire qui souligne avoir été témoin de nombreuses périodes de «déséquilibre radical» dans sa vie. Il estime que la période actuelle ne fait pas exception.

«Ni nos dirigeants ni les citoyens ordinaires ne semblent comprendre que nous vivons un moment révolutionnaire, que l’éventail des possibilités est très vaste et que le résultat final est donc très incertain», s’alarme encore le financier, qui déplore que les forces anti-européennes disposent selon lui d’un «avantage» lors des prochaines élections.

«Cela s’explique par plusieurs facteurs, notamment […] l’impossibilité pratique de modifier les traités et le manque d’instruments juridiques permettant de discipliner les Etats membres qui violent les principes sur lesquels l’Union européenne a été fondée», soutient ainsi George Soros, qui regrette que l’EU ne dispose pas «des capacités suffisantes pour faire respecter les obligations des Etats membres».

Mais cette situation trouve aussi racine dans les structures «désuètes» des partis qui empêchent, selon le milliardaire, la volonté populaire de «trouver l’expression appropriée», et qui mèneraient donc d’après lui à la montée des mouvements populistes. Pour base de son constat, George Soros s’appuie sur les exemples de l’Allemagne, de l’Italie ou encore du Royaume-Uni, à travers son vote en faveur du Brexit. «En ce qui concerne les alliances transeuropéennes, la situation est encore pire», juge en outre George Soros en s’attaquant frontalement au Parti populaire européen (PPE) qui accueille en son sein Fidesz, la formation du Premier ministre hongrois Viktor Orban, un de ses ennemis idéologiques personnels.

L’ECFR tout aussi alarmiste

Le fondateur de l’Open Society n’est pas le seul à s’inquiéter de voir disparaître aux oubliettes de l’histoire sa vision du projet européen. L’European Council on Foreign Relations (ECFR), cousin (pro-)européen du think tank américain CFR, a publié un rapport très pessimiste pour l’avenir du Vieux continent, dans l’éventualité où les eurosceptiques de gauche comme de droite parviendraient à obtenir au moins un tiers des sièges du Parlement, comme le prévoient certains sondages. Financé par divers organismes, dont l’Open Society Foundation du même George Soros ou encore la fondation Rockefeller Brothers Fund, l’ECFR s’alarme en effet que les partis eurosceptiques de toute l’Europe soient déterminés à «paralyser» le bloc.

«Leur capacité à paralyser la prise de décision au centre de l’UE désamorcerait l’argument des pro-européens selon lequel le projet est imparfait mais réformable. A ce stade, le temps de l’UE serait compté», prévient le rapport en des termes on ne peut plus explicites. Décrites dans un vocabulaire guerrier – «bataille d’idées», «lutte» et ainsi de suite – les élections de mai sont envisagées comme un véritable combat. Seule éclaircies dans ce tableau bien sombre, l’ECFR souligne que le Parlement européen n’est «qu’un des organes directeurs de l’Union européenne et, à bien des égards, le moins puissant d’entre eux».

Pour autant, le think tank appelle ses lecteurs à ne pas sous-estimer l’importance de ces élections, qui pourraient «avoir un coût très élevé pour les internationalistes libéraux». L’ECFR estime qu’un taux de participation élevé est essentiel pour faire reculer les eurosceptiques, et le groupe de réflexion va jusqu’à distiller ses conseils à ses lecteurs, pour qu’ils encouragent les gens à se rendre aux urnes.

En ligne de mire… Moscou ?

S’il assure que la position strictement «défensive» n’est plus un ressort suffisant, l’ECFR la fait pourtant jouer à plein. En dehors d’appuyer sur le désir présumé des eurosceptiques de «démanteler l’état de droit», de perturber l’établissement de réglementations environnementales unifiées et de mener rien de moins qu’une attaque globale contre les «valeurs européennes», les «anti-européens» sont, en plus, accusés d’être proches de la Russie. De là à penser que Moscou fera preuve d’ingérence dans les élections pour les aider, il n’y a qu’un pas… que n’hésite pas à franchir l’ECFR.

«Etant donné l’ingérence de la Russie lors des récentes élections nationales en Europe et la tension dans les relations entre l’UE et la Russie résultant des hostilités dans la mer d’Azov, il est fort probable que Moscou tentera de manipuler le vote», est-il écrit dans le rapport de l’ECFR, qui omet bien entendu de préciser qu’aucune preuve de cette supposée volonté d’ingérence n’a jamais été donnée.

Dans son éditorial, le milliardaire George Soros livre ses conseils pour «protéger l’Europe de ses ennemis, tant intérieurs qu’extérieurs». «La première étape consiste à reconnaître l’ampleur de la menace qu’ils représentent. La seconde consiste à réveiller la majorité pro-européenne endormie et à la mobiliser pour défendre les valeurs sur lesquelles l’UE a été fondée. Sinon, le rêve d’une Europe unie pourrait devenir le cauchemar du XXIe siècle», prophétise le financier.

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Panique pour les européennes : le mondialiste Soros redoute la victoire des « populistes » et que l’UE ne «suive le chemin de l’Union soviétique»

    1. Robert Davis

      Pour une fois je suis d’accord avec cette crapule de soros:l’ue est foutue, elle va se désintégrer aux élections européennes et naturellement c’est très très bien ainsi et le seul moyen de sauver l’Europe, la démocratie et sa population d’origine. Même en France la gauche sera balayée.

    2. alauda

      C’est le début d’Alzheimer ! La comparaison URSS / UE est vraiment gratinée aux petits oignons.

      Qu’est-ce qui a entrainé la fin l’URSS ? La faillite de la dictature imposée par le Parti communiste. La Perestroïka, la liberté expression, l’ouverture économique, prônée par des dirigeants plus coopératifs avec l’occident, ont achevé le bolchevisme qui, né en 1917, n’a même pas tenu un siècle.
      Vu du côté du monde libre, la chute de l’URSS a plutôt été vue comme une révolution positive.

      A quoi fait référence Soros quand il dit que « les dirigeants actuels rappellent le politburo lors de l’effondrement de l’Union soviétique – continuant de publier des ukazes comme s’ils étaient toujours d’actualité » ? A quels dirigeants pense-t-il précisément ?

      L’ukase le plus signifiant de ces dernières années, ce fut tout de même la décision unilatérale de l’Allemagne d’ouvrir ses portes à une immigration massive extraeuropéenne, pour satisfaire les exigences du patronat allemand, puis sa volonté d’imposer des quotas aux autres pays. Depuis, elle semble avoir mis de l’eau dans son vin pour des soucis de voisinage commercial notamment.

      Avec le recul d’un demi siècle sur l’immigration extra-européenne, le constat que partagent aussi des naturalisés bien intégrés, c’est qu’on croise des gens de plus en plus bizarres dans certains quartiers. Les progressistes immigrationnistes qui nous ramènent dans un moyen-âge de cour des miracles auront du mal à persuader les laissés pour compte natifs des progrès
      ou des avantages à accepter n’importe qui dans notre environnement immédiat, au nom d’un altruisme devenu fou.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap