toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Macron ne veut pas la pénalisation de l’antisionisme contrairement à la demande d’une grande majorité des Juifs de France


Macron ne veut pas la pénalisation de l’antisionisme contrairement à la demande d’une grande majorité des Juifs de France

Une nouvelle fois Macron, comme se prédécesseurs n’a pas écouter les Juifs de France, certainement sur recommandation du Quai d’Orsay, dont la doctrine anti-israélienne est bien connue. Malgré la demande d’une grande majorité des Juifs de France, malgré un projet de loi d’une trentaine de député, Macron préfère ne rien faire face à l’antisémitisme islamo-gauchiste qui  s’étend dans nos banlieues..

Emmanuel Macron s’est prononcé mardi contre la pénalisation de l’antisionisme, avis partagé par le président de l’Assemblée nationale et des responsables de groupes, très réservés sur la proposition émise en ce sens par des députés.

« Je ne pense pas que pénaliser l’antisionisme soit une solution« , a déclaré le président de la République devant la presse, alors qu’une vague d’inscriptions, de slogans antisémites a été enregistrée depuis une semaine en France et que le philosophe Alain Finkielkraut a subi des insultes samedi de la part de « gilets jaunes ».

« Mais je confirme que ceux qui, aujourd’hui dans le discours, veulent la disparition d’Israël sont ceux qui veulent s’attaquer aux Juifs. Je pense néanmoins que lorsqu’on rentre dans le détail, la condamnation pénale de l’antisionisme pose d’autres problèmes« , a ajouté le chef de l’Etat.

Loading...

Macron est donc sourd aux Juifs de France qui réclament une loi assimilant l’antisionisme à l’antisémitisme. La pétition lancée dimanche a déjà atteint les 15 000 signatures.

Le président de l’Assemblée Richard Ferrand (LREM) a lui estimé que « l’arsenal législatif » était « tout à fait au point » pour lutter contre l’antisémitisme. Il a appelé sur BFMTV et RMC à une « réflexion très approfondie avant de faire des annonces intempestives« .

L’idée émane de députés membres du groupe d’études sur l’antisémitisme, présidé par Sylvain Maillard (LREM). « C’est une initiative personnelle » et « il faut en débattre entre nous », a estimé lors de la réunion du groupe majoritaire son patron Gilles Le Gendre, selon des propos rapportés.

« Le juge a déjà la possibilité de condamner au cas par cas un antisionisme qui s’apparenterait à de l’antisémitisme« , a estimé devant la presse Isabelle Florennes, porte-parole MoDem. Il serait toutefois « intéressant d’évaluer la loi Gayssot (de 1990) » pour « adapter l’arsenal ».

Le chef de file des députés LR Christian Jacob considère que la loi « condamne (déjà) aussi bien l’antisémitisme que l’antisionisme » et il n’y a pas « besoin d’un texte législatif supplémentaire ». Son groupe devrait en revanche proposer une résolution, sans valeur contraignante.

Pour Jean-Christophe Lagarde, président du groupe UDI-Agir, « c’est vrai qu’il y a une part de l’antisémitisme qui se cache derrière l’antisionisme ». « Mais l’antisionisme, c’est en réalité être contre une politique » et « c’est une opinion, pas un délit », a-t-il poursuivi, en « accord » avec le chef de l’Etat.

A gauche, le porte-parole des socialistes Boris Vallaud a jugé qu’un tel texte « ne serait pas la bonne réponse » en « cette période troublée ».

M. Maillard a réfuté lundi tout projet « de circonstance ». Son groupe d’études, qui compte une trentaine de membres de tous les groupes, doit se réunir mardi après-midi pour décider d’un éventuel véhicule, proposition de loi ou proposition de résolution (sans valeur contraignante).

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on “Macron ne veut pas la pénalisation de l’antisionisme contrairement à la demande d’une grande majorité des Juifs de France

    1. Salmon

      La pénalisation de l antisionisme n est pas une solution ?
      Peut être pour couvrir l antisémitisme de certains de votre gouvernement vous la classe politique ?
      Non MR macron la loi Gaisseau n est pas complète
      Il faut la loi sur l antisionisme

      PÉTITION SUR EUROPE ISRAËL

    2. Asher Cohen

      27 août 1940 : l’antisémitisme devient une liberté, une opinion comme une autre, et la loi entend la protéger. Le régime n’est en place que depuis à peine un mois, mais il choisit ses priorités : Nous sommes dans la première période de Vichy. Il n’existe plus de Parlement, et les lois l’œuvre du Maréchal Pétain qui, selon l’article 1 § 2 de l’acte constitutionnel n°2 du 11 juillet 1940, exerce le pouvoir législatif, en conseil des ministres. Avec l’abolition du décret-loi Marchandeau, la loi rend libre la tenue de propos racistes ou antisémites, et prononce une amnistie des poursuites.

      C’était la grande époque et toute ressemblance avec l’époque actuelle est bien entendu parfaitement fortuite. Je n’arrête pas selon certains bloggers de « dire des âneries » et de refaire la guerre 39-45, où mon papa, déchu de la nationalité française, combattait en uniforme Anglo-saxon contre la france alliée de l’Allemagne, dont le Président Roosevelt en avait fait annoncer l’Amgot à Alger en mai 1943. L’Avenir dira qui se sera trompé sur ce pays. Rahem!

    3. Asher Cohen

      27 août 1940 : l’antisémitisme devient une liberté, une opinion comme une autre, et la loi entend la protéger. Le régime n’est en place que depuis à peine un mois, mais il choisit ses priorités : Nous sommes dans la première période de Vichy. Il n’existe plus de Parlement, et les lois l’œuvre du Maréchal Pétain qui, selon l’article 1 § 2 de l’acte constitutionnel n°2 du 11 juillet 1940, exerce le pouvoir législatif, en conseil des ministres. avec l’abolition du décret-loi Marchandeau, la loi rend libre la tenue de propos racistes ou antisémites, et prononce une amnistie des poursuites. Avec ce texte des tous premiers temps, le régime signe son racisme et son antisémitisme. La propagande xénophobe peut prendre son envol : la liberté de la presse au service du racisme et de l’antisémitisme !

      C’était la grande époque et toute ressemblance avec l’époque actuelle n’est, bien sûr, que parfaitement fortuite. Certains sur Europe Israël me reprochent de « refaire la guerre 39-45 », mais l’Histoire n’est qu’un perpétuel recommencement. L’Avenir dira qui s’est trompé dans son évaluation de la Réalité.

    4. Burban

      C’est un problème de définition.
      Si l’Etat considere que que l’antisionisme est une forme d’antisémitisme alors nul besoin de changer la loi; l’antisionisme est alors en théorie deja condamnable.
      En revanche si l’ Etat pénalise l’antisionisme sur la base que l’antisionisme est condamnable mais sans systematiquement attaquer pour antisemitisme, alors l’Etat considere que antisionisme n’est pas nécessairement antisemitisme et les antisémites musulmans auront alors gagné que les francais pour beaucoup auraient le sentiment qu’on leur interdit une opinion politique « innocente » de toute considération raciste et antisémite.On risquerait alors le blabla habituel les juifs imposent leur politique exterieure , ils tiennent les France ect…
      Je comprends que l’on veuille distinguer les deux choses en cela que beaucoup de francais sont ignares sur le sujet d’ Israel et la région Palestine se croient pro palestinien contre les israeliens alors qu’en realite il sont sans le savoir pro Islam et anti judaisme, ils prennent parti religieusement sans la savoir.Je crains que cette histoire finisse très mal comprise.
      Les francais non croyants et non informés sur ce conflit ne feraient il pas mieux de ne pas prendre parti?

    5. Rahel

      pourquoi avoir creer le delit d islamophobie et pourquoi pas la penalisation de l anti sionisme, je rappelle l islamophobie ne tue pas, l anti sionisme, Si ! Pourquoi l iran et ses sbires, nous nomment le regime sioniste,qu on entend jusque dans les rues de Paris, nous n avons pas un etat ? et avec quelle facilite, un juif est insulte en France !

    6. Cyrano

      Il est entouré de bons conseils jouer sur les mots c’est plus pratique que de se mettre à dos ses électeurs D’JEUNS comme ils disent.
      Trouvez l’erreur—

    7. Robert Davis

      Tout dans la vie pose des problèmes, il faut faire le bon choix or micron est petit, pusillanime, peureux et incompétent en tout. Il choisit le petit dossier plutôt que son pays ou Israel ou l’Occident. Le quai des brumes! des petits radoteurs à 3 sous prétentieux comme tous les imbéciles, c’est eux qu’il choisit ce crétin prétentieux!!! C ‘est bien digne de lui.

    8. Robert Davis

      @ Asher Cohen : j’ai été un peu dur dans mon propos, votre père devait être un homme courageux et un démocrate, j’ai moi aussi perdu mon père à cette époque. Cependant la situation en 2019 est aux antipodes de celle des années 30 puisque on peut se défendre et même l’antisémitisme n’est plus toléré sauf sous sa forme anti Sioniste tout aussi lâche mais qui montre bien que les gouvernants respectent les juifs ce qui n’était pas le cas auparavent. Je reconnais qu’ils se moquent de nous en refusant de faire de l’ordre mais d’autres le feront et cette fois ils seront de notre côté. De toutes maqnières nous sommes mieux lotis que d’autres puisque nous avons Israel. No hard feelings.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *