toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’UE verse 10 fois plus d’aide humanitaire pour 4,8 millions de Palestiniens que pour 680 millions de personnes vivant dans 32 autres pays


L’UE verse 10 fois plus d’aide humanitaire pour 4,8 millions de Palestiniens que pour 680 millions de personnes vivant dans 32 autres pays

L’Union Européenne a consacré 36 millions d’euros pour aider 4,8 millions de Palestiniens, alors qu’elle n’a consacré que 490 millions d’euros pour 680 millions de personnes dans 32 autres pays beaucoup plus pauvres, soit 10 fois plus. 7,5 euros par Palestinien et 0,72 euros pour tous les autres….

Pourtant selon la Banque mondiale, il y a 732 millions de personnes qui vivent dans des pays à faible revenu. Les 4,8 millions de Palestiniens, en revanche, sont classés dans la «classe moyenne inférieure»

L’Unité européenne des opérations de protection civile et d’aide humanitaire (ECPHAO), l’organe humanitaire de la Commission européenne de l’Union européenne, est l’une des plus importantes sources de financement de l’aide au monde. Selon l’organisation, un milliard d’euros en moyenne ont été décaissés depuis 1992 dans 110 pays du monde, avec plus de 110 millions de bénéficiaires chaque année.

L’organisation énonce son mandat dans un langage clair et sans équivoque:

La neutralité signifie que l’aide humanitaire ne doit favoriser aucune des parties à un conflit armé ou à un autre conflit. L’impartialité signifie que l’aide humanitaire doit être fournie uniquement sur la base des besoins, sans discrimination. L’indépendance signifie l’autonomie des objectifs humanitaires par rapport aux objectifs politiques, économiques, militaires ou autres.

Lorsque l’ECPHAO fournit de l’aide, il transgresse ces trois principes.

Commençons par le principe d’impartialité: fournir une aide uniquement sur la base des besoins. Un  graphique  illustrant le budget 2019 de l’organisation montre que le Moyen-Orient est le principal bénéficiaire de l’aide humanitaire de l’Union européenne: près d’un milliard, soit un peu plus de 1,4 milliard d’euros (174 millions d’euros sont réservés aux coûts des réserves et à la bureaucratie).

La majeure partie des fonds sert à couvrir les coûts de l’assistance aux réfugiés syriens, suivis de fonds plus modestes en Iraq, au Yémen, en Palestine et en Afrique du Nord.

L’Afrique subsaharienne, en revanche, reçoit moins du tiers de ce montant.

Le problème avec de telles allocations est que la grande majorité des personnes vivant dans une pauvreté extrême réside en Afrique subsaharienne, en Inde et au Bangladesh, selon une  carte dressée par un groupe d’économistes concernés  basé à l’Université d’Oxford.

Ces pays ont le pourcentage le plus élevé de populations avec une consommation de ménage inférieure à 2 dollars par jour. Le Yémen est le seul pays au Moyen-Orient. Selon la carte et le principe d’impartialité, l’essentiel de l’aide de l’UE devrait être destiné à ces pays, qui ne reçoivent cependant qu’un faible pourcentage.

Learn Hebrew online

Pour avoir une idée précise de la réalité de «l’impartialité» d’ECPHAO, il suffit de comparer le montant reçu par les Palestiniens par rapport au montant reçu par les 20% les plus pauvres de la planète.

Selon la Banque mondiale, 732 millions de personnes vivent dans des pays à faible revenu. Les 4,8 millions de Palestiniens, en revanche, sont classés dans la «classe moyenne inférieure», c’est-à-dire dans le quintile au-dessus d’eux.

Pourtant, ces 4,8 millions de Palestiniens recevront 36 millions d’euros, tandis que 490 millions seront versés en faveur de 680 millions de personnes vivant dans 32 autres pays (à l’exclusion de la Syrie et du Yémen, qui sont financés séparément).

Les Palestiniens, qui sont en moyenne plus riches que ceux vivant dans les États les plus pauvres du monde, recevront ainsi plus de six euros par habitant, tandis que les populations des États les plus pauvres recevront environ 0,70 euro par habitant, soit moins d’un huitième de ce montant. .

Ignorer les véritables catastrophes humanitaires

Personne n’a expliqué pourquoi l’Éthiopie, dont le PIB par habitant était le tiers de celui de Gaza et le cinquième de celui de la Cisjordanie, devrait recevoir un huitième du montant de l’aide dont bénéficient les Palestiniens par habitant.

Cela est d’autant plus remarquable que l’ECPHAO a lui-même pris acte de la situation critique de l’Éthiopie, notamment du problème de grande ampleur que rencontrent les réfugiés en situation d’urgence et qui découle de la crise somalienne vieille de 37 ans.

La discrimination en faveur des Palestiniens s’étend même au Yémen, où un véritable désastre humanitaire existe. Selon l’UE, 79 millions d’euros ont été dépensés en moyenne chaque année depuis le début de la crise yéménite, contre 36 millions pour les Palestiniens. C’est un peu plus du double.

Il y a pourtant 4,8 millions de Palestiniens, alors que la population du Yémen est estimée à plus de 28 millions (dont 22,5 millions sont dans une situation désespérée, selon la Commission). Les Yéménites reçoivent donc moins de la moitié de ce que reçoivent les Palestiniens déjà plus riches.

La prétention de l’UE à la neutralité politique est encore moins défendable. Son favoritisme vis-à-vis des Palestiniens sur ce point est visible dès que l’on entre dans les termes de la fonction de recherche générale sur le site internet de la Commission.

Entrez “Palestine” et vous obtenez 20 737 résultats. Entrez «Éthiopie» et vous obtenez à peu près le même chiffre, malgré des différences énormes dans a) la taille de la population (100 millions contre moins de 5 millions), b) l’étendue géographique (l’Éthiopie fait cinquante fois la taille de la «Palestine») et c) degré de souffrance pure.

La crise syrienne, qui aurait entraîné la perte d’un demi-million de vies (bien que ce chiffre soit probablement exagéré), ne mérite pas plus de résultats que la Palestine – un peu plus de 27 000.

Le contenu du matériel disponible sur les Palestiniens est encore plus accablant. Les simples titres des rapports sont suffisants pour révéler leur parti pris évident. Considérez ces exemples: «Palestine: et si votre école était démolie demain?»  Accès refusé: un nouveau-né séparé de sa mère à Gaza et « Gaza: la vie parmi les ruines ».

Violation claire de la loi

L’un des foyers de ces informations est le sort tragique de 35 000 Bédouins auxquels l’UE assiste, souvent en violation flagrante de la loi, dans la zone C, la partie de la Cisjordanie sous contrôle exclusif d’Israël. Les centaines de milliers de Bédouins du Sinaï, cependant, même les autorités égyptiennes le reconnaissent, ne sont pas mentionnés, même si l’Égypte bénéficie de l’aide de l’UE. Il existe plus de 30 reportages sur la Palestine, contre deux en Égypte.

Le troisième critère – l’indépendance des considérations économiques, militaires et politiques – est contrecarré par le fait que les réfugiés syriens reçoivent au moins 10 fois plus que l’aide reçue par les Yéménites. Les réfugiés syriens en Syrie et dans les régions environnantes recevront 860 milliards d’euros en 2019.

Le Yémen, qui ne manque pas de réfugiés internes, devra partager 88 millions de personnes avec les Palestiniens et les Iraquiens. Pourtant, une lecture de leur situation relative, telle que décrite dans les fiches d’information de la Commission, suggère qu’au moins, un traitement égal est nécessaire pour faire face aux défis de la tragédie yéménite. Contrairement aux réfugiés yéménites, de nombreux réfugiés syriens ont trouvé refuge dans les États relativement développés que sont la Turquie, le Liban et la Jordanie.

Il est clair que l’approche de la Commission en matière d’allocation d’aide n’a rien à voir avec l’impartialité, les véritables besoins en matière de protection sociale ou les considérations humanitaires.

Cela a à voir avec des considérations politiques et économiques.

Pour parler franchement, l’UE est favorable aux allocations accordées aux réfugiés syriens par rapport aux réfugiés yéménites en raison de la probabilité plus élevée que les réfugiés syriens se frayent un chemin vers l’Europe.

Ironiquement, le plus grand danger que représentent les réfugiés syriens pour l’Europe provient en partie du fait que beaucoup de Syriens disposent des ressources économiques nécessaires pour tenter de rejoindre l’Europe, contrairement aux Yéménites frappés par la pauvreté. La route terrestre est également plus facile et moins chère. En effet, plus d’un million de réfugiés syriens se sont rendus en Europe depuis le début de la crise syrienne, raison pour laquelle l’Union européenne tient tant à enrayer le flux.

Les destinataires des largesses européennes qui suivent, en termes relatifs, sont les Palestiniens. L’immigration palestinienne endémique est certes une petite partie de l’explication, mais elle peut être attribuée principalement à l’hostilité de l’UE envers Israël, à ses revendications historiques légitimes et à ses besoins en matière de sécurité.

L’UE n’est ni impartiale ni neutre et ne parvient pas à maintenir ses décisions d’aide indépendantes des considérations économiques, politiques et militaires.

Hillel Frisch, Centre BESA

Le professeur Hillel Frisch est professeur d’études politiques et du Moyen-Orient à l’Université Bar-Ilan et associé de recherche principal au Centre d’études stratégiques Begin-Sadat.

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “L’UE verse 10 fois plus d’aide humanitaire pour 4,8 millions de Palestiniens que pour 680 millions de personnes vivant dans 32 autres pays

    1. Cyrano

      Tout est dit, hélas rien ne changera car les décisions européennes sont avant tout politiques donc anti-israélienne. Le double langage est de rigueur.
      Si les palos ont plus de pognon c’est qu’ils ont trouvé la solution: Pleurer plus fort que les autres, la preuve ça marche.

    2. Bella

      Les palestiniens/ islamistes st les armes anti juive de l Occident d ou cette générosité pour ces squatteurs terroristes….

      Les gilets jaunes st sacrifiés par l élite française pour offrir nos impôts aux terroristes arabes dits palestiniens (comme c est aussi le cas dans toute l Europe ….)

      Leur haine est plus forte que leur raison et sera la cause de leur propre disparition ….

      Les parasites de la France eux st ravis.

    3. HENRIETTE Irène

      C »es une honte que l’UE continue de verser des millions aux Palestiniens alors que leurs dirigeants empochent tout, mais vraiment tout. Je suis certaine que l’UC est au courant que les dirigeants de ila Palestine détournent les millions versés. Je sais que beaucoup de Palestiniens le savent mais doivent se taire car menacés…. Quand cela va-t-il cesser ces manigances honteuses….
      Décidément le monde pourri ne changera jamais. ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *