toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le groupe Visegrad témoigne « son amitié » à Israël


Le groupe Visegrad témoigne « son amitié » à Israël

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou a reçu mardi à Jérusalem les Premiers ministres hongrois, slovaque et tchèque mais leur collègue polonais –quatrième membre du « groupe de Visegrad »– se signalait par son absence, lui qui devait initialement participer à cette première réunion du « V4 » hors d’Europe, annulée lundi en raison d’une querelle avec la Pologne sur son rôle dans la Shoah et sur l’antisémitisme.

Le sommet a été remplacé par des discussions bilatérales et un déjeuner partagé entre les quatre chefs de gouvernement présents.

Aux côtés du Premier ministre slovaque Peter Pellegrini, M. Netanyahou n’a rien laissé percevoir des remous des derniers jours, parlant de nouvelles technologies automobiles et d’innovation.

De son côté, M. Pellegrini a annoncé que la Slovaquie « ouvrira très bientôt à Jérusalem un nouveau centre culturel, d’information et d’innovation », et a également convié M. Netanyahou à se rendre à Bratislava, rappelant « l’amitié et le partenariat grandissants » entre Israël et la Slovaquie.

Le Premier ministre tchèque Andrej Babiš, s’est dit lui « très heureux d’avoir eu une discussion très concrète et « impatient de poursuivre notre coopération et de vous (Netanyahou) accueillir personnellement à Prague cette année ».

Amos Ben-Gershom/GPO

Le Premier ministre tchèque, Andrej Babiš et Benyamin Netanyahou à Jérusalem, le 19 février 2019 

En marge de cette réunion, le ministre hongrois des Affaires étrangères a salué les relations étroites entre son pays et Israël, déplorant la récente querelle avec la Pologne..

Péter Szijjártó, a affirmé que la Hongrie considérait Israël comme « un ami et un allié puissant » pour lequel son pays espère « une attention plus juste » sur la scène internationale.

M. Szijjártó a également loué le partenariat entre les deux nations, qui « se sont toutes deux opposées » au Pacte mondial pour les migrations signé en décembre dernier, destiné à renforcer la coopération internationale pour une « migration sûre ».

Interrogé par i24NEWS sur la crise qui secoue depuis jeudi les relations entre Israël et la Pologne, M. Szijjártó a préféré ne pas se prononcer, estimant seulement qu' »il est regrettable que de si bons amis de [Hongrie] se trouvent dans cette situation. Nous espérons une résolution du malentendu au plus vite”.

La dispute entre Israël et la Pologne a commencé jeudi en marge d’un sommet international sur le Moyen-Orient à Varsovie, avec des propos de M. Netanyahou rapportés par la presse, mais jamais corroborés officiellement, sur l’implication de Polonais dans l’extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale et sur l’antisémitisme en Pologne.

Varsovie a alors décidé d’envoyer au sommet à Jérusalem son ministre des Affaires étrangères au lieu de son Premier ministre Mateusz Morawiecki. L’affaire semblait pouvoir en rester là, jusqu’à la sortie tonitruante, dimanche, du ministre des Affaires étrangères israélien, nommé le jour même.

De nombreux Polonais ont « collaboré avec les Nazis et, comme l’a dit (l’ancien Premier ministre israélien) Yitzhak Shamir, +les Polonais tètent l’antisémitisme avec le lait de leur mère+ », a déclaré Israël Katz à la chaîne i24NEWS.

Déclarations « racistes et inacceptables », a réagi le Premier ministre polonais. A la demande polonaise, le sommet du V4 a été « repoussé » jusqu’à la deuxième moitié de l’année, a dit la Slovaquie qui préside actuellement le groupe.

Pour l’heure, Varsovie a fait savoir qu’elle attendait toujours des excuses du gouvernement israélien.

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Le groupe Visegrad témoigne « son amitié » à Israël

    1. andre

      Teter l’antisemitisme avec le lait de sa mere: expression malheureuse de Bensoussan a Paris, de Katz a Jerusalem. La faute de Katz est vraiment regrettable.

    2. zanaroff

      Cher Pologne. Tourne toi vers l’avenir désormais. Et sache que en venant en Israël et en reconnaissant humblement cette période sombre de l’histoire, tu seras délivrée. Participe aussi à la grande réconciliation. Ceux qui bénissent Israël seront bénis, ne rate pas le train divin. Cours cherchez les bénédictions divines, elles sont nombreuses. Cette reconnaissance et cette amitié avec Israël ne s’effacera jamais du coeur de Dieu. La fin des temps verra la révélation des fils de la lumière, contre les fils des ténèbres. Les temps sont courts, et il faut se tenir prêt pour le retour du Grand Roi que tu vénéres et que tu chéris tant, chère Pologne. YESHOUA.

    3. Dany

      La Pologne n’a à aucun moment collaboré avec les Nazis. La Pologne n’était pas Nazi.

      Si la pologne c’est faite prendre par les Nazis c’est a cause de la France et l’Angleterre qui ont été assez stupide de ne pas envoyer des troupes pour les aidez a se défendre, et qui n’a pas respecté leurs accords avec la Pologne.

      De plus durant cette sombre période, les polonais continué d’aider les juifs et à monter des resistances.

      Pourquoi !? Pour qu’on les jette dans les bras de L’URSS.

      Donc il n’y a aucune vérité dans ces propos…

    4. Sarah Vigoret

      L’Allemagne, la France, l’Espagne la Russie ont connu et reconnu des périodes antisémites notables dans leur histoire. La Pologne très catholique serait-elle blanche comme neige? Les bas reliefs de la cathédrale de Varsovie et les documents de la Shoah ne suffisent-ils pas? Ce n’est pas une loi du parlement polonais qui pourra effacer des réalités si concrètes, à moins de vouloir faire l’autruche.

    5. Salmon

      Dany
      La Pologne n à pas collaboree avec les nazis ?
      La plupart des camps étaient en Pologne
      Il y a eu le ghetto de Varsovie
      Les différentes tuerie par balle tuant des millions de juifs
      Je ne suis pas une historienne mais même dans les différents documentaires la Pologne était pas en reste au niveau collaboration

    6. Cyrano

      Pour avoir accompagné des scolaires aux visites de camps d’extermination en Pologne et avoir rencontré et discuter avec des polonais francophones sincères je peux vous certifier que les signes de l’antisémitisme polonais n’est pas éradiqué; il est même visible dans certains endroits, seulement il faut ouvrir les yeux pour le voir et non pas écouter le discours officiel.
      Souvenez vous de la polémique de l’annexion du camps d’Auschwitz par le couvent mitoyen du temps de Lech Walesa; il a fallu l’intervention du Pape Jean Paulsky à l’époque pour annuler la procédure. Que dire de l’autorisation des permis de construire à coté du camp de Birkenau et du grand Barnum tout au tour pour faire rentrer les devises de tous les touristes qui vont dans les hôtels et au restos voisins. Pour la petite histoire au lendemain du discours de Sharon au camp de Birkenau devant plus de trois mille personnes venues de presque tous les pays avec leurs drapeaux, le lendemain dans la presse polonaise en première page les photos ne montraient que des drapeaux polonais, pas un seul israélien, ni d’autres nations présentes;
      c’est pas curieux ? Quelle amnésie !
      Chacun la mise à jour de sa conscience—

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *