toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Kahina Bahloul, première femme imam de France, veut ouvrir une mosquée « inclusive » et propose un islam libéral « Nous accueillerons les femmes non voilées et les homosexuels » (Vidéo)


Kahina Bahloul, première femme imam de France, veut ouvrir une mosquée « inclusive » et propose un islam libéral « Nous accueillerons les femmes non voilées et les homosexuels » (Vidéo)

Kahina Bahloul, chercheuse en études islamiques françaises et fondatrice du groupe « Parle-moi d’islam », a été interviewée sur France 24 le 8 février 2019. Kahina Bahloul dirigera des prières dans la première mosquée parisienne mixte. Elle a déclaré que la mosquée allait permettre l’entrée aux femmes sans hijab, étant convaincue que « la coercition n’a pas sa place dans l’islam ».

Elle a ajouté que les homosexuels seraient également les bienvenus, l’orientation sexuelle des fidèles étant une affaire privée. Elle a appelé à une « réévaluation de l’histoire », affirmant qu’il était temps que les femmes musulmanes aient leur mot à dire dans les interprétations religieuses.

Depuis qu’elle a annoncé, début janvier, vouloir ouvrir une mosquée « inclusive » à Paris où hommes et femmes prieraient côte à côte, son téléphone ne cesse de sonner. « L’initiative que je porte, avec Faker Korchane, provoque beaucoup de réactions. Soutiens et questions pleuvent. L’attente est visiblement très grande », note Kahina Bahloul. Entre un rendez-vous avec un reporter italien du Corriere della Serra et une interview au journal brésilien d’O GloboLe Point a rencontré la jeune femme. Si celle-ci se réjouit de l’intérêt suscité par son projet, elle assure que l’objectif de sa démarche n’était pas de « faire sensation ».

Juriste de formation, cette Franco-Algérienne de 39 ans, née à Paris mais qui a grandi en Kabylie, rêvait depuis plusieurs années de trouver un endroit où elle pourrait pratiquer l’islam que lui a transmis son père : « Un islam empreint d’humanisme et de progressisme, une religion où le dogme n’étouffe pas la réflexion, où la tradition peut se conjuguer avec la modernité », explique-t-elle. Ne se sentant pas en adéquation avec ce qui se pratique dans les mosquées actuelles, surtout celles qui se réclament du salafisme, la jeune femme a décidé d’ouvrir son propre lieu de culte. « Ma décision a résulté du fait que je ne parvenais pas à trouver un lieu qui réponde à mes attentes », explique-t-elle.

Mosquée libérale

Son projet de mosquée baptisé « Fatima » vise à accueillir « dignement » les femmes, poursuit-elle. « Il est temps que les femmes musulmanes se fassent entendre et que l’islam leur fasse la place qu’elles méritent. Le Coran a trop longtemps été lu avec des lunettes d’homme. Les textes peuvent être interrogés autrement », expose-t-elle. Au lendemain des attentats, de janvier 2015, Kahina Bahloul avait créé le site « Parle-moi d’islam ». Une chaîne YouTube, qui propose des cycles de conférences online, destinée à offrir un autre visage à l’héritage culturel et religieux légué par le prophète Mahomet. « Le succès de ces vidéos m’a encouragé à aller plus loin », énonce Kahina Bahloul. L’écho rencontré par l’appel lancé le 3 janvier dernier la conforte dans l’idée qu’une mosquée libérale répondrait aux aspirations de nombreux musulmans français.

Accoler le qualificatif « libéral » à côté du mot « islam » ne va pas de soi. Il fait même bondir certains musulmans. L’expression, calquée sur celle de « judaïsme libéral », dont la figure la plus médiatique est la femme-rabbin Delphine Horvilleur, désigne simplement un mouvement religieux réformateur envisageant le dogme sous le prisme de la modernité. « Notre mosquée proposera une approche historico-critique des enseignements du Prophète. Ce qui ne veut pas dire que nous rejetons cet héritage, mais que nous souhaitons au contraire l’envisager de manière contemporaine », précise Faker Korchane, 40 ans, qui porte, lui aussi, ce projet. Ce professeur de philosophie, Français d’origine tunisienne, regrette que l’on oppose trop souvent « Esprit des Lumières » et religion. « De nombreux exégètes ont pourtant examiné les textes dans une perspective moderne. Aujourd’hui, leur pensée n’est exposée qu’à l’université. Notre souhait est que leurs enseignements soit aussi disponibles dans une mosquée », expose ce jeune père de famille, par ailleurs fondateur de l’Association pour la renaissance de l’islam mutazilite (ARIM). Le mutazilisme est une école théologique musulmane rationaliste, apparue dès le VIIIe siècle de l’ère chrétienne qui aborde le Coran dans une double approche de réflexion (le fikr) et de discernement (le furqân).

Genèse du projet

Kahina Bahloul, que n’a jamais quitté la foi mais que rebutait, à l’adolescence, une lecture trop normative des textes, a redécouvert l’islam au moment de la mort de son père, en lisant notamment le poète d’origine syrienne Khaled Roumo. « Bien que j’ai étudié la religion quand j’étais enfant, je n’avais pas pris la mesure de l’apport que la spiritualité peut constituer pour les individus avant cette grande épreuve qu’a été la disparition de mon père », émet-elle. Ce décès a constitué, dans sa vie, un tournant. Au point de bouleverser son existence.

Il y a quatre ans, elle quitte le secteur des assurances où elle travaillait depuis 12 ans et décide de reprendre des études d’islamologie à l’École pratique des hautes études. Kahina Bahloul s’investit alors dans diverses associations cultuelles de sensibilité soufie. « La mystique occupe désormais une place très importante dans ma vie », explique la jeune femme, dont le père entrepreneur n’était pas particulièrement versé dans la religion. Sa mère (d’origine juive par sa mère et catholique par son père) se revendiquait comme athée. Kahina Bahloul s’engage, parallèlement, très activement dans le dialogue interreligieux avec la femme rabbin Pauline Bebe et le père Antoine Guggenheim, ancien directeur du pôle de recherche du Collège des Bernardins.

Après avoir créé des ateliers dédiés à l’enseignement de l’histoire des prophètes au sein de l’association Alawya, à Drancy, elle participe à la fondation de l’association La Maison de la paix à Paris, avec la femme imam norvégienne Annika Skattum, au sein de laquelle l’Irakienne Fawzia Al-Rawi, vivant aujourd’hui en Autriche, dispense des enseignements d’inspiration soufie. « L’expérience a tourné court puisque la Maison de la paix a dû fermer ses portes au bout d’un an, faute de financement (en 2017). Mais il est clair que cette première expérience a été déterminante dans mon itinéraire », émet-elle.

Learn Hebrew online

Le délicat sujet de l’imamat féminin

Pour l’islamologue, l’accès des femmes au statut d’imam ne pose aucun problème d’ordre théologique. « Il est acquis, depuis le XIIe siècle, et les écrits d’Ibn Arabi que rien n’interdit à une femme de diriger la prière », note-t-elle. « Il faut juste déconstruire près d’un millénaire de discours sexiste, car même si les textes ne l’interdisent pas, les croyants restent parfois heurtés par l’idée qu’une femme soit en chaire », glisse Faker Korchane. « La société où s’est forgé l’islam que nous connaissons était très patriarcale, mais nous pouvons soulever cette chape de plomb », veut croire Kahina Bahloul, qui cite de nombreux pays étrangers où des femmes prêchent dans des mosquées.

« En dehors de France, les femmes s’emparent de la question de la transmission de la tradition, dirigent la prière et cela ne pose aucun problème », relève Kahina Bahloul citant la Danoise Sherin Khankan, reçue l’année dernière à l’Élysée, ou encore Amina Wadud, professeure d’études islamiques de l’université du Commonwealth de Virginie et imam depuis 2005. Il n’empêche. Même si l’imam de Bordeaux Tareq Oubrou a publiquement exprimé que l’imamat féminin n’était pas interdit par le Prophète, aucun représentant officiel de l’islam de France n’a encore pris position officiellement en faveur de Kahina Bahloul, qui se réjouit que d’autres projets de mosquées « libérales » aient fleuri depuis l’annonce de son projet.

Les réactions outrées de certains, exprimées sur les réseaux sociaux, qui moquent le projet de mosquée Fatima comme une sorte de centre de « yoga spirituel » ou les attaques et menaces reçues ne font pas peur à Kahina Bahloul. Cette dernière pense que son refus de porter le voile en dehors de la mosquée est peut-être la cause de cette « hostilité », provenant de la frange la plus conservatrice de la communauté musulmane. « S’ils pensent que cela me fera changer d’avis, ils se trompent. C’est peut-être lié à mon prénom, qui renvoie à une reine berbère inflexible, mais je ne cède pas aux pressions (l’autorité de la reine Dihya, surnommée Kahina en arabe, s’étendit au VIIe siècle sur toute la Numidie : du Maghreb en Égypte, NDLR) », sourit la jeune femme. « Kahina est extraordinairement forte », confirme Faker Korchane.

p style= »text-align: center; »>

Source

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “Kahina Bahloul, première femme imam de France, veut ouvrir une mosquée « inclusive » et propose un islam libéral « Nous accueillerons les femmes non voilées et les homosexuels » (Vidéo)

    1. Salmon

      C une ouverture d esprit que je félicite
      Faire rentrer les femmes non voilées et les homo C une grande avancée

      Mais le pb c’est votre livre le coran
      La colonne vertébrale de ce livre C la haine du juif chrétiens homo pédophilie etc
      Ce n est pas possible des textes pareil

    2. Anssiv Ossniv

      Cette femme est incroyable de mauvaise foi et en connaissance de cause.
      Si Islam elle a étudié elle doit savoir la place de la femme dans l’islam,réduite à une matrice pour agrandir le plus fortement possible le nombre de la Oumma.
      Dans le coran aucun nom de femme n’est citée hormis celui de Marie qui est l’exemption qui confirme la règle. Les femme dans le coran sont appelé soit du nom de leur époux ou de leur père …..Alors qu’est ce qu’elle radote?Moi je pense plutôt qu’elle veut créer une secte à contre courant de l’islam,une sorte de syncrétisme hybride,le problème cela ne fait que perpétuer cette religion satanique encore un peu plus alors que le devoir c’est d’enseigner le vrai visage de cette religion pour que le plus grand nombre en sortent et fassent des disciples toujours plus nombreux et ainsi vaincre ce chancre de régression et de malheur interplanétaire.

    3. Habibi

      L’islam est une création d’origine infra-humaine, cad en langage religieux d’origine démoniaque, et toute les fourberies et pseudo-réformes modernistes
      n’y changeront rien.

    4. liberté

      elle et gentlle mais ses toujour adam et eve de merde
      vous me bander avec vos trois religion d’adam et eve la religion europeene sa nexiste pas la verité d’une sorte de dieux ses l’univers platon socrate et surtout pythagore avec les accousmaticien vous menerons vers la voie du vrai dieux nous sommes a l’intereur de dieux (lnivers) et il et a l’interieur de nous ( les bacterie du systeme immunitaire il ne suffit pas d’avoir des yeux pour voire la conscience mouton satanique d’adam et eve tous des deviant du vrai chemin plus ses simple plus ses la verité aller vous faire foutre adam et eve

    5. yacotito

      Esperons qu’elle cessera de travestir l’histoire et de répandre la haine contrairement a ce qui se fait chez ses collegues masculins

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *