toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Affaire Finkielkraut : quand l’islamisme prend possession de la France


Affaire Finkielkraut : quand l’islamisme prend possession de la France

“La France, elle est à nous !” Cette phrase prononcée par l’agresseur d’Alain Finkielkraut, loin d’être marginale, est à la fois la justification de l’acte antisémite et la marque de notre impuissance face à la menace d’appropriation territoriale islamiste, explique l’analyste politique Frédéric Saint Clair. 

« La France, elle est à nous ! » Paroles prononcées, et même répétées à plusieurs reprises, par l’auteur de l’agression verbale d’Alain Finkielkraut, un musulman proche des mouvances radicales. « La France, elle est à nous ! » Parole que certains voudraient minimiser, occulter, ou seulement analyser en marge de l’agression antisémite. Or, elle en est le moteur, le cœur palpitant. Elle est sa justification. C’est parce que cet individu reconnaît aujourd’hui la France comme une terre d’islam qu’il estime légitime d’en revendiquer la propriété, et donc qu’il pense avoir le droit d’en exclure qui bon lui semble, à commencer par les juifs.

La classe politique n’a pas tardé à s’indigner face à l’acte antisémite, mais elle a presque unanimement passé sous silence cette petite phrase. Elle s’est indignée de la partie visible de la menace, mais a négligé son fondement. Et par cette négligence, la classe politique, une fois de plus, devra se résoudre à l’impuissance. Elle se contentera de défiler dans les rues de Paris et de produire de beaux discours. Certains vont plus loin, et dénoncent la nature islamiste de cet antisémitisme. C’est une étape importante, mais ce n’est qu’une première étape qui reste largement insuffisante. Pourquoi ? Car elle revient à ne considérer, là encore, la perversion islamiste qu’à l’aune de l’agression antisémite.

Si Alain Finkielkraut avait été chassé comme il l’a été, mais sans qu’un « sale juif », un « sale sioniste », ait été proféré, s’il avait été agressé verbalement par un : « On va te virer, la France, elle est à nous ! », il y a fort à parier que l’agression n’aurait pas pris le même tour, elle n’aurait pas été condamnée de la même manière, certains y aurait vu, peut-être, la revendication légitime du peuple face aux élites, la revendication légitime d’une minorité face à une pensée « neo-réac ». Un tel acte aurait probablement été justifié assez largement politiquement et médiatiquement. Cette agression aurait cependant consisté en la même prise de position islamiste en faveur d’une possession du territoire français, et donc d’une exclusion d’une partie de sa population et d’une soumission de l’autre partie.

Ce n’est pas une phrase discriminatoire 

Au regard du droit, cette phrase, « La France, elle est à nous ! », n’est pas incriminable, car elle ne diffame personne, ne vise personne en particulier, n’attente pas aux droits de l’individu. Et il est tout à fait normal qu’il en soit ainsi, car pénaliser de tels propos n’aurait aucun sens. En revanche, parce que le champ du politique excède celui du juridique, parce que les menaces qui pèsent sur les nations sont loin de toutes trouver une réponse dans les codes volumineux qui composent notre droit, il appartient au politique de s’emparer de cette phrase, et de prendre la pleine mesure de sa signification.

Si demain, cet individu était condamné – et gageons qu’il le sera – le juge condamnera l’acte antisémite d’une peine de prison, très probablement, et d’une amende. L’idéologie salafiste cependant, sera intouchée. L’expression antisémite même de cette idéologie ne sera pas amoindrie par cette décision judiciaire. Elle aura très certainement l’effet inverse, et justifiera une nouvelle flambée d’actes antisémites. Pourquoi ? A cause, justement, de cette phrase : « La France, elle est à nous ! » Ce titre de propriété idéologique autorise une large fraction des musulmans de France à déjuger les institutions, et notamment l’institution judiciaire, à disqualifier leurs condamnations de manière générale, et celle-ci en particulier puisque, de leur point de vue, elle revient à prendre parti pour un juif contre un musulman. Puisque, selon eux, la France leur appartient, il faut que la jurisprudence qui s’y applique émane de la loi coranique. Toute autre règlement, s’il ne leur est pas favorable, est d’office délégitimé. Et rien dans nos codes juridiques n’est aujourd’hui à même de renverser cette idéologie, de la contraindre, de la contenir ni de ramener les consciences de ces individus à la raison républicaine. Notre système juridique et judiciaire est impuissant face à l’idéologie culturelle et politique islamiques en pleine expansion dans notre pays.

L’étude conduite par L’Institut Montaigne en 2016 sous la houlette de Hakim El Karoui évaluait la fraction des musulmans en sécession avec les lois de la Républiques (catégories 5 & 6), c’est-à-dire considérant que la charia passe avant les lois républicaines, à 28%. En l’absence de statistiques ethniques, il est impossible de savoir avec précision à quel nombre se réfère ce pourcentage, mais, en se fiant simplement aux études du Pew Research Center, nous savons que cela avoisine les deux millions d’individus. Estimation basse, comme tout le monde le sait, mais suffisamment significative pour prendre la mesure de la crise dans laquelle cette petite phrase : « La France, elle est à nous ! », nous plonge collectivement.

Le pouvoir judiciaire est impuissant face à cela, le pouvoir politique également, car la société civile est une zone de neutralité politique.

Si notre droit, tel qu’il existe aujourd’hui, peut, dans le meilleur des cas, condamner un individu tout en demeurant impuissant à endiguer la menace idéologique que cet individu incarne, alors c’est que les fondements même de ce droit sont à repenser. La guerre d’appropriation qui se joue dans nos rues, résumée par cette phrase : « La France, elle est à nous ! », est une guerre culturelle. Sa violence est principalement, mais non exclusivement, symbolique, et consiste à instrumentaliser tous les codes de la vie en société – vêtement, langage, musique, mœurs, etc. – à des fins islamiques. Le pouvoir judiciaire est impuissant face à cela, le pouvoir politique également, car la société civile est une zone de neutralité politique. Non seulement aucun droit existant ne peut contraindre cet espace de liberté, mais le pouvoir politique n’est plus autorisé à produire un droit qui soit contraignant, sous peine d’être disqualifié par les autorités supérieures, telles que le Conseil d’Etat, le Conseil Constitutionnel ou la CEDH. Les fondements de notre droit, ce fameux « socle des libertés fondamentales » auquel nous sommes tant attachés, autorise, et même encourage, cette appropriation territoriale islamique sous couvert de revendication religieuse. Ce socle est même le garant de la reproduction à l’avenir, et de la multiplication, de ces actes antisémites, non parce qu’il encourage l’acte antisémite lui-même, mais parce qu’il interdit, pour des raisons juridico-morales, que l’on arrache la racine qui leur donne naissance.

La partition culturelle de la France est entamée depuis plus de trente ans, sous le regard mi ahuri mi complaisant de nombreux responsables politiques locaux et nationaux. Les français attachés à leur culture et à leurs traditions vivent désormais en repli dans certains quartiers des grandes agglomérations. Les revendications de cette partition se portent aujourd’hui dans les principales artères bobo de la Capitale contre les références culturelles françaises qui s’opposent à la diffusion de cette culture étrangère importée. Alain Finkielkraut en a été un exemple samedi dernier, mais il n’est pas le seul. Zineb El Rhazoui en est un autre. Eric Zemmour un troisième. On pourrait ajouter Céline Pina, Robert Redeker, David Thomson, Laurent Obertone, Pascal Bruckner, etc. Et il y en a encore d’autres, de tous bords politiques. Et ils ne sont pas juifs. Il n’y aura donc pas d’acte antisémite contre eux, mais la même phrase : « La France, elle est à nous ! » continuera de s’appliquer pour les exclure du champ visuel, voire du pays, au nom de cette guerre culturelle que nos représentants politiques refusent de prendre en compte. Et la liste ne fera que s’allonger avec le temps. Il n’y aura pas de répit, simplement une massification des revendications à mesure que la masse des individus entrants sur le sol français viendra abonder les catégories les plus radicales et imposera son mode de vie sur des parts de plus en plus larges du territoire. Les français sont inquiets. Et ils ont raison de l’être.

Valeurs actuelles

Learn Hebrew online

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Affaire Finkielkraut : quand l’islamisme prend possession de la France

    1. Robert Davis

      Je suis entièrement d’accord avec l’auteur : cette phrase est à la base de la chute de la France qui ne peut lui opposer qu’un tout petit président tremblant,intrigant, menteur, cherchant à minimiser la vraie menace qui pèse sur la France soit par intérêt personnel politique soit par peur et incapacité à faire front. macron n’est pas un président mais un marmiton qui se cache sous la table du chef cuisinier et sous des…dossiers, du papier, des petits problèmes insignifiants comme lui. On a besoin d’un Charles Martel, ces crétins d’électeurs beaufs nous ont fourgué un marmiton!

    2. Robert Davis

      Le discours de macron n’était pas mauvais mais il n’y a pas grand chose de nouveau à part le fait qu’il « souhaite »(?) assimiler l’antisionisme à l’antisémitisme ce qui serait quand même un petit pas dans la bonne direction puisque c’est quand même cela qui empêche les juges de condamner sérieusement. Cependant avec 10 millions d’arabes en France, je crains que aucune mesure même sérieuse ne puisse empêcher les arabes de faire ce qu’ils veulent dans ce pays. La vraie et seule solution est l’expulsion de la très grand majorité des arabes et de leur couper les allocs pour qu’ils ne continuent pas à se multiplier comme des lapins sur le dos du contribuable et de l’économie de ce pays. Sinon on est dans le mythe de Sisiphe en pire, un Sisiphe sur le point de succomber!

    3. Circonstances exténuantes

      Qui est l’auteur de cet article? Je n’ai pas l’intention d’aller sur valeurs actuelles bien que je n’aie rien contre a priori.

    4. alauda

      @Circonstances exténuantes,

      Comme je me suis posée la même question, voici ma note en bas de page :

      Frédéric Saint Clair, mathématicien et économiste de formation, analyste en stratégie et en communication politique, auteur de livres récents aux éditions Salvator : La droite face à l’Islam (2018) La refondation de la droite (2016).

      A partir de son nom dans le moteur de recherche, d’autres articles sont publiés dans d’autres journaux (Le Figaro, les Echos).

    5. Asher Cohen

      Si ces islamistes affirment que « la France est à eux » c’est parce que des politicaillons les en ont assurés. L’agression antisémite de samedi dernier contre Finkielkraut est un acte monté par des politiciens pour diaboliser le mouvement des GJ qui, jusqu’à preuve du contraire, n’a dans sa globalité aucune revendication antisémite affichée. Enfin en refusant de pénaliser l’antisionisme à la différence de l’islamophobie, le gouvernement rappelle l’abrogation du Décret-Loi Marchandeau du 27 août 1940. Actuellement en France on pratique manifestement un antisémitisme d’Etat de plus en plus proche du pétainisme puisque certains demandent d’  »interner les Juifs au goulag ». N’hésitez-pas à démontrer le contraire.

    6. alauda

      Je suis en train de survoler le rapport 2017 de la CNCDH sur la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie.

      Page 15 et svts, La CNCDH n’est pas favorable à la transposition en France de la définition de l’antisémitisme, telle qu’elle est formulée dans la résolution du Parlement européen adoptée le 1er juin 2017. Première raison : boîte de Pandore « encourageant d’autres groupes victimes de racisme à revendiquer à leur tour pareille reconnaissance ».

      Page 88. On entre dans le vif du sujet : « Pierre-André Taguieff a été le premier en France à théoriser la montée d’une « nouvelle judéophobie », terme à ses yeux plus précis que celui d’antisémitisme, car elle viserait uniquement les juifs ». Elle s’appuierait « sur l’antisionisme, avec l’amalgame polémique entre «Juifs», «Israéliens» et «sionistes». Cet antisionisme serait porté à la fois par les islamistes radicaux et la gauche tiers-mondiste. Et du coup il serait en train de passer de l’extrême droite à l’extrême gauche de l’échiquier politique. »

      Aiguille relevée dans la botte de foin page 150, sur le même thème : « il est à noter que la thèse selon laquelle se développerait un « nouvel antisémitisme » structuré autour de la critique d’Israël et du sionisme est régulièrement évoquée dans la sphère politique et médiatique. Il serait porté par les islamistes radicaux et une gauche tiers-mondiste, et aurait une dimension territoriale forte puisqu’il serait particulièrement actif dans certaines communes de la banlieue parisienne.
      En l’absence d’éléments statistiques et scientifiques suffisamment robustes pour étayer ce phénomène, la prudence est de mise jusqu’à ce que des études sérieuses viennent soit le confirmer, soit l’infirmer, soit le nuancer. »

      Problème : si le phénomène n’est pas étudié avec tout le sérieux scientifique requis, on peut encore attendre longtemps les conclusions de la CNCDH.

    7. alauda

      La « convergence idéologique », qui reste en travers de la gorge, fustigée par Alain Finkielkraut sur Europe 1. Un régal. Le choix du mot juste, pour une saine colère.

      « Ignoble ? », reprend sous une forme faussement naïve Sonia Mabrouk.

      Ignoble, oui. Combien de morts en effet compte le terrorisme de la Manif pour tous ? En dehors de deux mots mal fagotés « parent 1 / parent 2 », aucun.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *