toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Privatisation de l’aéroport de Toulouse par Macron : l’actionnaire chinois veut déjà revendre ses parts plus cher, après avoir puisé dans les caisses de l’aéroport


Privatisation de l’aéroport de Toulouse par Macron : l’actionnaire chinois veut déjà revendre ses parts plus cher, après avoir puisé dans les caisses de l’aéroport

Le feuilleton de la privatisation controversée de l’aéroport de Toulouse, supervisée par Emmanuel Macron, tourne à la tragédie. Le consortium chinois détenteur de 49% des parts veut déjà les revendre, 192 millions plus cher que le prix d’achat.

Encore un fiasco dans la privatisation de l’aéroport de Toulouse, après la cession controversée de 49,9% de ses parts en 2015 à Casil Europe, un groupe créé par un consortium chinois. Après seulement quatre ans d’exploitation, le géant asiatique a mandaté la banque Lazard pour revendre ses parts près de deux cents millions d’euros plus cher que le prix d’acquisition, 308 millions d’euros. La privatisation de l’aéroport avait été encouragée à l’époque par Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie.

L’actionnaire chinois justifie sa plus-value par l’augmentation du trafic de l’aéroport toulousain, passé de 7,6 à 9,6 millions de passagers entre 2015 et 2018. Or cette croissance s’explique notamment par le développement des vols low-cost (qui représentent 42% du trafic), alors que l’implantation d’EasyJet, de Ryan Air ou de Volotea, avait été négociée avant l’arrivée des Chinois.

Plus-value massive et siphonage de dividendes

Outre cette future transaction juteuse, Casil Europe a versé plus de 40 millions d’euros de dividendes à ses actionnaires en quatre ans, dont 16,5 puisés dans les réserves de l’aéroport toulousain. Pour cela, ils avaient été accusés en novembre 2018 par Valérie Rabault, députée socialiste et rapporteur spécial d’un rapport parlementaire sur les participations financières de l’Etat, de «vider les caisses» de l’aéroport.

Casil Europe a motivé la revente par le fait que l’Etat français n’a pas exercé son option de cession de ses 10,01% de parts restantes, qui aurait pu permettre au consortium de devenir actionnaire majoritaire. L’Etat a dû reculer à la demande des collectivités locales et de la Chambre de commerce et d’industrie de Toulouse, réticent à un tel scénario. La Cour des comptes elle-même avait critiqué l’opération de cession et la gestion de Casil Europe en octobre 2018.

Les déconvenues d’une privatisation d’aéroport

La décision de Casil Europe pourrait bien desservir les intérêts français, puisque des groupes nationaux pourraient souhaiter reprendre les parts, et ainsi faire les frais de cette plus-value. En 2014, Aéroports de Paris et Vinci Airports étaient candidats au rachat. En 2018, la Banque populaire occitane associée à Natixis et à la Caisse d’épargne Midi-Pyrénées avaient signalé leur intérêt en cas de revente.

L’annonce de la revente a ulcéré les détracteurs de l’aéroport, qui militaient depuis le début contre cette privatisation controversée d’un aéroport prometteur.

Plusieurs responsables politiques ont exprimé leur colère à l’annonce de cette revente prématurée. Guillaume Cros, vice-président d’Europe écologie-Les Verts (EELV) explique que les élus écologistes avaient «toujours défendu la maîtrise publique de cet équipement stratégique majeur».

Julien Leonardelli, conseiller régional d’Occitanie et délégué Rassemblement national (RN), a lui aussi exprimé son indignation. «L’actionnaire chinois de l’aéroport […] peut sans doute adresser un grand merci au président Macron, sans qui un tel scandale d’Etat n’aurait pas été possible», a-t-il blâmé

Un revendeur chinois plus que critiquable

En 2015, l’Etat français avait cédé 49,9% des parts de l’aéroport de Toulouse-Blagnac pour 308 millions d’euros à Casil Europe. Les deux rapports produits sur la vente de l’aéroport de Toulouse, dont un émanant de la Cour des comptes en 2018, avaient relevé plusieurs points litigieux. Premièrement, l’acheteur chinois n’avait pas d’expérience de gestion aéroportuaire, ce qui a pourtant été exigé dans le cadre de rachats d’aéroports ultérieurs.

Le manque d’investissement du groupe chinois, qui avait promis monts et merveilles pour le développement de l’aéroport, a aussi été épinglé. «Un programme d’investissement de plus de 850 millions d’euros sera conduit sur la durée de la concession», avait ainsi vanté, à l’époque, la commission des participations et des transferts de l’Etat.

Or le directeur de l’aéroport Mike Poon avait estimé le montant de ces investissements à la fin 2017 à 89,5 millions d’euros seulement. L’ouverture d’une ligne directe Zhenghzou-Toulouse avait aussi été annoncée : encore une promesse non tenue. Plus troublant encore, le rapport de la Cour des compte avait révélé des failles dans la procédure d’appel d’offres. Il déplorait le «manque de transparence financière» de Casil Europe, cet acquéreur qui selon elle «[soulevait] les inquiétudes». Casil Europe était en effet constitué pour moitié d’un fonds d’investissement hongkongais domicilié… dans les îles Vierges. Les trois sociétés intermédiaires créées pour le rachat étaient en outre domiciliées aux îles Caïman ou au Luxembourg. Elles avaient été priées par l’Agence des participations de l’Etat (APE), chargée de la vente, de se reloger, pour éviter un «risque réputationnel», à Hong Kong.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Privatisation de l’aéroport de Toulouse par Macron : l’actionnaire chinois veut déjà revendre ses parts plus cher, après avoir puisé dans les caisses de l’aéroport

    1. la juive zélée

      « Emmanuel Macron interpellé par un maire sur la chanson « Marionnettiste »
      partagez » tu regrettes hein,ha,voyage voyage…
      «  »Le président de la République doit changer » : la mise en garde de Laurent Wauquiez à Emmanuel Macron »
      Exact ,en effet !
      au fait c’est son programme et les 8 gj sont ses consanguins de singes,c’est son cirque…
      puis,changer,en même temps,la Terre Entière le déteste,The World hahaha.

    2. la juive zélée

      « Val-de-Marne : 4 voitures de la police municipale incendiées à Villejuif »
      la ville où il y a le plus de pro macrons…
      « Pas-de-Calais : le maire d’Hesdin en garde à vue pour détournement de fonds »
      et au fait,ces peu nombreux singes on les retrouve dans tous les partis incrustés comme la saleté…et c’est macron qui leur a dit,comme il leur a dit de faire la manif gj,et il leur a facilité les médias,les caméras.
      « Grève illimitée, manifs nocturnes : comment les « gilets jaunes » veulent relancer la mobilisation »
      et illimité c’est le Commerce,débat illimité,les débats illimités ont conduit au Brexit…
      «  »Éric Drouet est une menace pour la République ! » Johnny Blanc »
      macron est le meneur.
      la roue de la fortune lol,c’est pas pour vous,rien à voir avec les élections,bandes de BDS,au sens sous entendu,quand on vote on met tout dans une seule urne et pas deux!!!
      « Chez les Gilets jaunes, la liste aux européennes ne plaît pas à tout le monde »
      il n’y aura rien d’inchangé et pas de nouvelle constitution comme maxime nicolles a demandé,ils ont cru qu’ils allaient imposer macron comme despote,le pauvre face au monde,en Gros dessin en 2017 et en 2019,ridiculisé…
      il n’y aura rien,ok,pas de listes,et les partis resteront comme ils sont,pas de soulèvements,mais si vous voulez faire un coup d’Etat faites.
      les gens des partis politiques ont fait de longues études de Droit contrairement à macron ok,ils sont intelligents et ça va rester stable!!!

    3. la juive zélée

      rien ne sera changé,ce sera inchangé…
      un plaisir de participer,mon travail peut me rattraper dessus et me limiter les participations…

    4. Patrick Wahle

      D’ici qu’on découvre des comptes offshores dans les îles Vierges au nom de l’ancien ministre…(ou sous un pseudo bien évidemment).

    5. Robert Davis

      La seule chose de bien qu’ont les crétins vaniteux,opportunistes et manipulateurs c’est que tout ce qu’ils font et voué à l’échec… on le payerait bien à ne rien faire, surtout rien de chez rien mais le problème est qu’ils sont dynamiques! Rien dans la tête mais beaucoup dans les pieds!

    6. alauda

      Le contribuable, lui, est imposé sur les plus-values de cessions de valeurs à 30%. Ce qui n’est pas le cas, je présume, des joueurs de go sur le casino mondial.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    217 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap