toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Macron trahit sa promesse «On ne peut pas dire qu’il n’y aura plus de glyphosate dans trois ans» (Vidéo)


Macron trahit sa promesse «On ne peut pas dire qu’il n’y aura plus de glyphosate dans trois ans» (Vidéo)

Emmanuel Macron, contre toute attente, a annoncé que la France ne sortirait pas du glyphosate dans trois ans comme promis. Un manque d’ambition dénoncé par François Veillerette, directeur d’une association environnementale.

Emmanuel Macron, dans sa discussion avec les Français lors du Grand débat national à Bourg-de-Péage, dans la Drôme, le 24 janvier, a avoué qu’il n’envisageait pas la sortie du glyphosate d’ici trois ans. Il s’était pourtant engagé en 2017 à supprimer l’utilisation du composant présent dans le Round-up, un herbicide créé par le géant Monsanto, suspecté d’être cancérogène pour l’homme.

On ne peut pas dire qu’il n’y aura plus de glyphosate dans trois ans

«Le glyphosate, je suis pour qu’on en sorte, avec les bonnes alternatives. On ne peut pas dire qu’il n’y aura plus de glyphosate dans trois ans. Si je vous disais ça, c’est simple, je tue certaines filières», a-t-il affirmé devant les 250 personnes participant au débat.

Le président français s’est félicité d’avoir fait évoluer certains des défenseurs de ce pesticide. «Et de l’autre côté, il y en a qui ne voulaient pas bouger du tout. On a réussi à faire bouger beaucoup de gens». Il a en outre évoqué un «contrat de confiance» et promis d’aider «ceux qui bougent».

Si on n’annonce qu’on y arrivera pas, c’est l’abandon d’un objectif présidentiel

Cette sortie du président français a été corroborée par des propos du ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, le 25 janvier. «La sortie du glyphosate sera réalisée à 80% au 1er janvier 2021», a-t-il confirmé.

«Il faut impulser une dynamique. La recherche agronomique dit que c’est déjà possible à 90%. En deux ans, on peut réduire ces 10%. Si on annonce qu’on y arrivera pas, c’est l’abandon d’un objectif présidentiel», explique François Veillerette, directeur de l’association environnementale Générations futures.

Enième recul sur un dossier tourmenté rencontrant l’opposition des agriculteurs

Un propos présidentiel qui contraste avec celui de novembre 2017, au moment du renouvellement de l’autorisation de cet herbicide à la majorité qualifiée des Etats membres de l’Union européenne. Emmanuel Macron avait alors tweeté : «J’ai demandé au gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour que l’utilisation du glyphosate soit interdite en France dès que des alternatives auront été trouvées, et au plus tard dans 3 ans

En revanche, ces propos semblent plutôt alignés sur le refus, en septembre 2018, d’inscrire l’interdiction du glyphosate dans la loi agriculture et alimentation. Certains annonçaient déjà que cette reculade présageait d’atermoiements à venir dans un dossier réputé impopulaire chez les agriculteurs.

De nombreuses personnalités politiques ont réagi avec colère en apprenant ce nouveau recul du président. Le Premier secrétaire du Parti socialiste (PS) Olivier Faure a tweeté : «Macron annonce que la France ne tiendra pas son engagement.»

«On comprend mieux maintenant pourquoi il ne fallait pas inscrire dans la loi la sortie du glyphosate», observe Ugo Bernalicis, député la France insoumise (LFI).

L’eurodéputé écologiste Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) Yannick Jadot a fustigé l’«affligeante capacité à trahir avec aplomb» du président de la République.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Macron trahit sa promesse «On ne peut pas dire qu’il n’y aura plus de glyphosate dans trois ans» (Vidéo)

    1. alauda

      Dire « dès que des alternatives auront été trouvées » c’est de la real politic, s’engager sur un horizon « à trois ans », c’est mettre la charrue avant les bœufs. Même le chef d’orchestre ne peut aller plus vite que la musique.

    2. alauda

      J’aimerais voir, en rang d’oignon, quelques écologistes de salon munis d’une binette dans un champ de betteraves à démarier, ne serait-ce qu’une journée, comme c’était la pratique avant les années 70.

    3. Jacques B.

      @ alauda : ce que les écolos de salon ne disent pas – quoique – c’est que si tous les agriculteurs devaient abandonner les produits phytosanitaires et faire du bio, le rendement moyen des cultures serait divisé au moins par deux ; et que nous reviendrions, peu ou prou, à la situation d’avant-guerre, où l’agriculture française nourrissait péniblement 40 millions de gens – et encore, on était loin d’avoir autant de sols bétonnés et bitumés, à l’époque, donc on avait beaucoup plus de surface cultivable.
      Bien des écolos militants sont soit des inconscients, soit des enragés du malthusianisme.

    4. alauda

      @Jacques B.

      Sur ce coup-là, on est pleinement d’accord, encore que le rendement divisé par 50% me paraisse encore généreux pour le peu que j’en subodore.

      Un site pris au hasard (pleinchamp .com : pour le blé, la différence de rendement est facilement 60 % de moins en France.

    5. mia vossen

      Ceux qui parlent du glyphosate feraient bien d’étudier ce produit! Il est moins dangereux pour notre santé que le sel de cuisine… on en dit beaucoup de mal pour une raison « évidente »: il n’est plus sous protection d’un brevet et rapporte donc très peu, doit être remplacé par un autre… plus cher! Plus dangereux?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    150 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap