toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les conducteurs palestiniens se réjouissent de la nouvelle route tandis que les critiques accusent Israël « d’apartheid »


Les conducteurs palestiniens se réjouissent de la nouvelle route tandis que les critiques accusent Israël « d’apartheid »

Ce que les critiques du projet omettent de mentionner, c’est que les automobilistes eux-mêmes, qu’ils soient Juifs ou Arabes, vantent la nouvelle route comme un facteur décisif dans la réduction de la congestion du trafic.

Une fois de plus, Israël s’est retrouvé sous les attaques des médias internationaux, des organisations non gouvernementales de gauche et de l’Autorité palestinienne, mais cette fois pour une autre raison: ils ont simultanément accusé l’État juif de mener une politique d’apartheid contre sa population arabe.

La tempête d’allégations a suivi l’ouverture d’un nouveau tronçon de route de cinq kilomètres à l’est de Jérusalem, qui comporte des voies séparées pour les citoyens israéliens et les non-citoyens, séparées par un mur de béton surmonté d’une clôture.

Les automobilistes et les responsables israéliens, cependant, louent la nouvelle route de l’est, la route 4370, qui contourne une entrée surchargée de Jérusalem, un échangeur qui allège déjà les embouteillages récurrents de la région.

Les dirigeants juifs et arabes ont participé à une cérémonie d’inauguration au début de ce mois début de la circulation sur la nouvelle route.

Rachel Greenspan, conseillère principale pour les affaires étrangères et les médias auprès du maire de Jérusalem, Moshe Lion, a déclaré à JNS que «cette route représente l’exact opposé de l’apartheid, en soulageant la congestion et la circulation pour les résidents arabes de la ville, en particulier ceux du camp de Shuafat et d’Issawiyya.»

Elle a ajouté que « cette route permettra aux résidents arabes et juifs de se déplacer plus efficacement dans la ville, améliorant ainsi le quotidien de tous.« 

« Nous ne regardons pas la politique »

Akram Abdel-Rachman, dirigeant à la retraite de la communauté arabe de Jérusalem et résidant dans le quartier sud de Sharafat, était l’un des participants à la cérémonie d’inauguration de la nouvelle route.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il avait soutenu la nouvelle route alors que d’autres personnes, y compris les dirigeants de l’Autorité palestinienne, la critiquaient, Abdel-Rachman a déclaré à JNS qu’il soutenait «tout projet facilitant la vie des habitants de la région. C’est une bénédiction.»

Il a expliqué:« Aujourd’hui, tant de familles ont plusieurs voitures et il y a tellement de circulation dans la région, quelle différence la religion fait-elle? »

Learn Hebrew online

Il a ajouté: «Nous ne sommes pas des politiciens; nous voulons juste le calme ici et la capacité de gagner sa vie. Nous ne regardons pas la politique; nous voulons juste des services comme tous les résidents ici.»

Lion, le ministre des Transports, Yisrael Katz, et le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, ont été rejoints par Abdel-Rachman et le  mukhtar , chef spirituel musulman de la ville voisine d’Anata, qui souhaitaient manifester tout particulièrement son approbation et son appréciation du projet.

En dépit du soutien apporté par les dirigeants arabes locaux à la nouvelle route, ce sont les images des nouvelles routes parallèles séparées par une barrière qui ont attiré l’ire des médias internationaux et d’autres partis qui cherchent à délégitimer la présence de l’État juif dans les provinces contestées de Judée et de Samarie.

D’autres y voient une simple prise de terre par Israël en Judée-Samarie.

Dans le quotidien de gauche Ha’aretz, Shaul Arieli, considéré comme l’un des principaux experts israéliens sur la démarcation de la future frontière israélo-palestinienne, a déclaré que la nouvelle route pourrait en fait alléger le temps de déplacement des Palestiniens, mais qu’Israël aurait un motif ultime pour le construire – à savoir «ouvrir la voie à la construction du quartier Mevasseret Adumim, également connu sous le nom de E1, qui devait créer un continuum de construction juive entre Ma’aleh Adumim et la capitale [de Jérusalem].»

En fin de compte, Arieli estime que le nouveau passage est un autre signe de la «politique du gouvernement Netanyahu visant à l’annexion» de certaines parties de la Judée-Samarie.

L’ouverture de la route 4370 marque l’achèvement de la phase initiale d’un important projet de transport dans le nord de Jérusalem – destiné à la fois aux Juifs et aux Arabes – qui a coûté environ 30 millions de Shekels (un peu plus de 8,1 millions de dollars).

Elnatan Scharia, porte-parole du Conseil Yesha des communautés juives de Judée-Samarie, a expliqué à JNS  que «les Arabes sous l’autorité palestinienne. ne peuvent pas entrer à Jérusalem [sans permis], alors au lieu de rester coincé dans les embouteillages aux points de contrôle en dehors de la ville, la nouvelle route de contournement [Western Spur] leur permet de se rendre plus facilement à des endroits comme Jéricho.»

Routes interdisant les automobilistes juifs

Il a souligné que malgré les informations erronées accusant Israël de construire des routes «réservées aux Juifs», les automobilistes juifs et arabes partageaient toutes les principales artères de la Judée-Samarie, communément appelée Cisjordanie.

Fait intéressant, bien que les Arabes puissent circuler librement en Judée-Samarie, les Juifs n’ont pas beaucoup de routes sur lesquelles ils peuvent circuler. En vertu de la loi israélienne, il est interdit aux Juifs d’entrer dans tout territoire désigné zone A ou sous le contrôle total de la sécurité et de l’administration de l’Autorité palestinienne. Il est illégal d’entrer car les Forces de Défense Israéliennes ne peuvent pas opérer librement dans ces zones, même si un Juif est en danger. De grandes pancartes rouges avertissant les citoyens israéliens de ne pas pénétrer dans ces zones ont pointillé les entrées des villes et villages contrôlés par l’Autorité palestinienne.

La division des terres en Judée-Samarie en zones de contrôle israélien et palestinien, appelées zones A, B et C, a fait suite à la signature des accords d’Oslo dans les années 1990.

Avant Oslo, les Israéliens étaient en mesure de circuler librement dans toute la Judée-Samarie, y compris dans les grandes villes arabes, comme Ramallah, à proximité. Dans le même temps, les Palestiniens pouvaient se déplacer librement dans tout Israël, des restrictions ayant été introduites pour des raisons de sécurité en 1989, peu après le début de la Première Intifada, et élargies après une vague de terreur meurtrière en 1993 peu après la signature d’Oslo.

À la suite des violences, Israël a construit une vaste série de routes qui contournent les villes palestiniennes. Bien que les routes permettent aux navetteurs juifs de voyager en toute sécurité, elles sont également utilisées par les conducteurs palestiniens qui cherchent à éviter les embouteillages dans le centre-ville.

Toutes les principales voies de circulation, y compris l’autoroute 60 – la principale autoroute nord-sud qui va du nord de la Samarie au sud de la Judée – sont ouvertes aux automobilistes israéliens et palestiniens.

Un «tuyau d’oxygène» pour toute la région

Pourtant, selon les partenaires du projet, notamment le ministère des Transports, la municipalité de Jérusalem et le conseil régional de Binyamin, il existe des raisons logiques de séparer le trafic israélien et palestinien.

Le ministre des Transports Katz a déclaré que «le pavage de la route constitue une étape importante pour relier les habitants de la région de Binyamin à Jérusalem et pour renforcer la région métropolitaine du Grand Jérusalem».

L’éperon occidental de la route, ouvert aux voitures immatriculées auprès de l’Autorité palestinienne, permet aux Arabes de contourner les villes palestiniennes situées au nord et au sud de Jérusalem sans devoir s’arrêter à un point de contrôle israélien. L’embranchement est du périphérique relie les communautés israéliennes situées au nord de Jérusalem à la ville elle-même via le point de contrôle situé dans le tunnel Naomi Shemer ou le French Hill Junction, tous deux situés du côté est de la ville.

La route offre donc aux conducteurs un autre moyen de pénétrer dans la ville en contournant le point de contrôle très fréquenté de Hizma, qui relie le quartier de Pisgat Zeev au reste de Jérusalem.

Pendant des années, le point de contrôle a été un goulot d’étranglement quotidien aux heures de pointe pour les Juifs et les Arabes cherchant à entrer dans la ville, ainsi que pour les Arabes qui n’ont pas accès à la ville mais qui doivent emprunter des voies de communication menant auparavant directement au point de contrôle.

Yisrael Gantz, président du conseil régional de Binyamin, a qualifié la nouvelle route de « rien de moins qu’un tuyau d’oxygène pour les habitants de Binyamin et de toute la région ».

Josh Hasten, JNS – © Traduction Europe Israël News

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Les conducteurs palestiniens se réjouissent de la nouvelle route tandis que les critiques accusent Israël « d’apartheid »

    1. la juive zélée

      et à droite il y en a qui se disent juifs alors qu’ils ont le même adn que ceux de gauche ptdr !

    2. maujo

      Si une partie la communauté internationale et les ONG critiquent cette route, c’est que c’est bon pour ISRAEL..

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *