toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Allemagne: un nouveau parti d’extrême droite reprend comme emblème un symbole nazi


Allemagne: un nouveau parti d’extrême droite reprend comme emblème un symbole nazi

La scène politique allemande compte un nouveau venu. L’ADP, qui puise son inspiration dans le symbolisme nazi, a été fondé par André Poggenburg, l’une des figures les plus extrémistes du mouvement populiste Alternative für Deutschland.

Un bleuet a plongé l’Allemagne dans l’émoi. Cette fleur apparaît sur le logo d’un nouveau parti, l’ADP (Aufbruch deutscher Patrioten – Renouveau des patriotes allemands), fondé, vendredi 11 janvier, par André Poggenburg, une star déchue du mouvement populiste Alternative für Deutschland (AfD). Une manière d’inscrire cette nouvelle formation très à droite de la droite de l’échiquier politique allemand.

La référence florale n’a, en effet, pas échappé aux Allemands. Le bleuet a été le symbole de reconnaissance pour les nazis autrichiens dans les années 1930. L’ancien leader de l’extrême-droite autrichienne, Jörg Haider, s’était même fait épingler par la Cour constitutionnelle autrichienne en 1997 pour avoir porté un bleuet à sa veste lors d’une apparition à la télévision.

Sur la page Facebook du parti ADP

Sur la page Facebook du parti ADPLe nouveau parti AdP insiste lourdement sur la symbolique du bleuet, un fleur utilisée comme signe de reconnaissance par les nazis autrichiens dans les années 1930. Capture d’écran Facebook

Un radical parmi les radicaux

Le créateur de l’ADP est un habitué des provocations chargées de références historiques lourdes de sens. André Poggenburg, 43 ans, n’hésite jamais à glisser un “Heimat” (patrie) ou “Volk” (peuple) – deux mots très en vogue durant le IIIe Reich – dans ses discours ou tweets. Ainsi sur Twitter, il a tenu à souhaiter “aux citoyens de notre ‘communauté du peuple’, une année 2019 pacifique et patriotique”, le 31 décembre 2018, reprenant une notion intimement lié au national-socialisme.

Même au sein de l’AfD, pourtant abonné aux dérapages racistes, André Poggenburg faisait partie de la frange la plus radicale. Novice en politique, il s’occupait d’une petite entreprise de réparation et dépannage avant de rejoindre l’AfD en 2013, ce qui a contribué à le rendre indispensable au mouvement. Il incarnait, ainsi, cette image de parti du peuple que la formation aime à véhiculer malgré le fait que la plupart de ses cadres font partie de la classe aisée allemande, rappelle le quotidien Die Welt.

Et il a surtout été responsable de la première percée électorale significative de l’histoire de l’AfD. Propulsé à la tête du parti dans le Land de Saxe-Anhalt en 2014, il a obtenu deux ans plus tard 24,3 % des voix lors des élections régionales. Il était alors devenu une star du mouvement populiste, tout en incarnant aux yeux des médias les pires dérives extrémistes de l’AfD.

Sa propension aux dérapages et à la rhétorique anti-immigrés pleinement assumée ne faisait pas non plus l’unanimité à l’intérieur du parti. Plusieurs membres ont claqué la porte du mouvement, dénonçant ses prises de position trop outrancières, a raconté le quotidien Die Zeit en 2016. Ils ne lui ont, notamment, pas pardonné d’être apparu sur scène aux côtés du journaliste, théoricien du complot et militant d’extrême-droite revendiqué, Jürgen Elsässer, en 2015.

“Marchands de chameaux” et “vendeurs de cumin”

Mais le parti a longtemps toléré ses provocations. Jusqu’en mars 2018, lorsqu’André Poggenburg a prononcé un discours au cours duquel il s’était lancé dans une diatribe contre les Turcs, les qualifiant de “marchands de chameaux” et “vendeurs de cumin” qui trainent un “génocide d’1,5 million d’Arméniens au cul”. Pour la direction de l’AfD, cela a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. D’autant plus qu’André Poggenburg reprochait de plus en plus ouvertement à sa famille politique de mettre de l’eau dans son vin politique et de flirter avec l’idée de devenir une “CDU 2.0”. Il est alors prié de quitter la tête de l’AfD en Saxe-Anhalt.

Le divorce est consommé, mais il faudra près d’un an à celui qui se qualifie de “national-conservateur” pour plier bagages et fonder l’ADP. Pour Der Spiegel, cette dissidence est une aubaine politique pour l’AfD, car “elle va permettre au parti de prétendre qu’il se débarrasse de ses membres les plus extrémistes”. Surtout que dans cette quête d’une respectabilité politique, le parti populiste n’a pas grand-chose à craindre de cette nouvelle formation issue de sa cuisse droite, d’après le politologue Oskar Niedermayer. “Pour représenter un danger, il faudrait que toute l’aile radicale de l’AfD suive André Poggenburg, ce qui ne semble pas être le cas”, assure-t-il au quotidien Die Welt.

En l’absence d’autres défections, la création de l’ADP risque surtout de passer, aux yeux de l’opinion, pour une opération de com’ personnelle d’un politicien qui cherche à rebondir après avoir été mis au placard par son parti.

Learn Hebrew online

Source

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Allemagne: un nouveau parti d’extrême droite reprend comme emblème un symbole nazi

    1. la juive zélée

      oui un bleuet…
      « Le Bleuet de France est le symbole de la mémoire et de la solidarité, en France, envers les anciens combattants, les victimes de guerre, les veuves et les orphelins »
      « Dans le langage des fleurs, le bleuet symboliserait la délicatesse et la timidité et serait « le messager de tous les sentiments purs, naïfs ou délicats » »
      c’est pour ça que jupipi qio sait singer a copié:
      « arbore à nouveau le Bleuet à sa veste, lors des cérémonies du centenaire de l’armistice de 1918 sur l’avenue des Champs-Élysées. »
      Wikipédia.

    2. alauda

      Cette fleur comme emblème nationaliste remonte en Autriche au XIXème siècle, il est associé à Georg von Schönerer, dont les idées pangermanistes et antisémites ont été recyclées par les nazis. Ce personnage politique autrichien mort en 1921 est cité par Hitler. Si on ne remonte pas dans la chronologie, on ne comprend pas ce que le bleuet vient faire parmi la panoplie des symboles nazis.

      Quant au Bleuet de France, il est apparu aux Invalides en 1916. Il a un sens uniquement caritatif : « aidons ceux qui restent ». C’est l’équivalent de la Campagne du Coquelicot (en anglais Poppy Appeal) destinée à récolter des dons en GB.

      Faut arrêter de balancer des trucs sans queue ni tête.

    3. breuer

      faut interdire ce genre de parti!!! tous venant de l’ex rda!!! cadeau de ces russes eux également hyper racistes! par contre il a raison en parlant de la turquie qui traine entre autre le génocide arménien derrière elle et toujours aucunes excuses et pourtant ils en ont encore bien d’autres derrière eux du temps des ottomans et bien d’autres pays pareil

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *