toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Matteo Salvini, en visite officielle en Israël, accuse l’UE de parti-pris anti-israéliens


Matteo Salvini, en visite officielle en Israël, accuse l’UE de parti-pris anti-israéliens

Matteo Salvini entame une visite en Israël, ce mardi 11 décembre. Un séjour de deux jours au cours duquel le vice-Premier ministre italien, également ministre de l’Intérieur et chef du parti d’extrême droite la Ligue, sera reçu par le Premier ministre Benyamin Netanyahu. 

Le ministre israélien de l’Intérieur Matteo Salvini, en visite en Israël, a dénoncé mardi la position “déséquilibrée” de l’Union européenne, qu’il juge trop critique à l’égard de l’Etat hébreu, sur le conflit israélo-palestinien.

M. Salvini est arrivé mardi en Israël pour une visite éclair de 24 heures lors de laquelle il doit notamment rencontrer le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

“L’Union européenne ces dernières années a été absolument déséquilibrée (…) dans sa gestion du conflit du Proche-Orient, condamnant et sanctionnant Israël toutes les 15 minutes”, a-t-il dit lors d’un point de presse.

Qualifiant Israël de “rempart de sécurité pour les valeurs européennes et occidentales dans la région”, il a estimé que “quiconque veut la paix soutient Israël“.

Interrogé sur l’absence de rencontre prévue avec des dirigeants palestiniens, M. Salvini a répondu qu’il le ferait lors d’une “prochaine visite” car son emploi du temps était trop chargé cette fois-ci.

En visite dans l’Etat hébreu pour une visite officielle de deux jours, M. Salvini s’est rendu à la frontière nord avec le Liban, alors que l’armée israélienne a découvert ce mardi un troisième tunnel creusé par le mouvement terroriste Hezbollah.

“Qui veut la paix doit soutenir le droit à l’existence d’Israël. Je viens d’aller à la frontière nord avec le Liban, où les terroristes islamistes du Hezbollah creusent des tunnels et lancent des missiles pour attaquer le rempart de la démocratie dans cette région”, a-t-il posté sur les réseaux sociaux.

Le ministre italien souhaite “lutter contre le terrorisme islamique et rétablir la paix et la stabilité”, et renforcer la collaboration et l’amitié entre le peuple italien et le peuple israélien.

Learn Hebrew online

La visite en Israël du ministre italien et chef de la Ligue (droite nationaliste) a suscité une polémique, notamment au sein de la gauche israélienne.

Celle-ci accuse M. Netanyahou de laisser certains dirigeants étrangers se servir d’Israël pour réfuter les allégations d’antisémitisme pesant contre eux ou leurs partis, et de favoriser leur discours radical, entre autres contre l’islam.

M. Salvini a balayé les critiques, rappelant qu’il s’agit de sa “quatrième” visite en Israël, sans préciser si ces visites avaient toutes eu lieu depuis sa prise de fonction ou si elles lui étaient antérieures.

“Notre gouvernement combattra toutes les formes de violence antisémite, quelle que soit la manière dont elles se manifestent”, a-t-il affirmé.

Plus tôt ce mardi, Matteo Salvini avait annoncé sa venue sur les réseaux sociaux.

“Salutations depuis Tel Aviv, mes amis. Dans mon hélicoptère, prêt à survoler Israël et à visiter les tunnels construit par les extrémistes islamistes dans le nord du pays. #SalviniIsraele”, a indiqué le patron de l’extrême droite italienne, faisant référence aux constructions souterraines du Hezbollah, récemment découvertes à la frontière israélo-libanaise.


Le bureau de Reuven Rivlin a indiqué que ce dernier ne pourrait pas recevoir le ministre de l’Intérieur italien en raison d’un “emploi du temps serré”.

Cependant, dans une récente interview accordée à la chaîne CNN, le président israélien a indiqué que les mouvements néo-fascistes ne devaient pas être autorisés en Israël, alors que Matteo Salvini est à la tête de la Ligue, un parti politique italien réputé d’extrême droite.

Si le ministre de l’Intérieur a déjà indiqué – après une visite dans l’Etat hébreu en 2016 – qu’il était “un ami et un frère d’Israël” éprouvant “une grande estime et un profond respect pour la force de résilience [de ce pays] qui vit dans une région aussi difficile”, le président israélien a lui estimé que l’on ne pouvait pas souhaiter un rapprochement avec l’Etat hébreu tout en étant néo-fasciste.

“Le néo-fascisme est totalement opposé à l’esprit, aux principes et aux valeurs sur lesquels l’Etat d’Israël a été fondé”, a indiqué Reuven Rivlin dans son entretient donné à la chaîne américaine.

Lors de sa courte visite, Matteo Salvini rencontrera mardi soir le ministre israélien de la Sécurité intérieure, Guilad Erdan, à l’hôtel King David de Jérusalem.

Dans la ville sainte, le ministre italien de l’Intérieur doit également visiter le pittoresque marché Mahané Yehuda, la synagogue italienne et le mémorial de la Shoah, Yad Vashem.

La capitale israélienne pourrait aussi être au cœur des discussions de Matteo Salvini lors de ce déplacement : courant novembre, un membre de la Ligue avait confié au quotidien Israel HaYom que le vice-ministre italien des Affaires étrangères, Giulio Piqui, avait indiqué que son pays envisageait d’ouvrir un bureau de représentation des affaires culturelles à Jérusalem, formule qui devient le substitut européen à un transfert d’ambassade, interdit par le couple Macron-Merkel

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Matteo Salvini, en visite officielle en Israël, accuse l’UE de parti-pris anti-israéliens

    1. Daniel

      Comment peut-on qualifié de néo-fasciste quelqu’un qui soutien totalement Israel et qui rend visite au Yad vashem???? Et on déroule le tapis rouge aux pires ennemis des Juifs! Il y a des non-sens qui me dépassent!

    2. Pinhas

      Si on retournait en arrière on trouverai que le général de Gaule était d’extrême droite .
      Il suffit qu’un chef d’état en ai dans le pantalon pour qu’on le taxe d’extrémiste et de dingue .
      Salvini , Trump sont de la trempe des Héros .

      On en assez des mollassons et des collabos .

    3. Esther

      Israel maintient des relations avec l’Europe se qui signal qu’ils sont d’accord avec eux! Un non sense de declaration sachant qu’israel autorise des milliers de ngo a travailler ce qui tend a penser que le visiteur italien est manipule par l’autorite d ‘Israel pour changer les faits! Une sorte de propagande a visee domestique sachant pertinement que seul les media israeliens reprendront ses propos.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *