toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Malgré l’engagement de Macron, le gouvernement refuse le débat sur l’immigration alors que 80% des Français n’en veulent plus…


Malgré l’engagement de Macron, le gouvernement refuse le débat sur l’immigration alors que 80% des Français n’en veulent plus…

Rétropédalage grand format au sommet de la macronie : alors que le président de la République avait annoncé que l’immigration serait au menu du grand débat qu’il souhaite organiser, elle en a été retirée, bien que figurant déjà sur des tracts LREM.

Le 10 décembre, Emmanuel Macron affirmait devant plus de 20 millions de téléspectateurs vouloir, à l’occasion d’un «grand débat local», mettre «d’accord la Nation avec elle-même sur ce qu’est son identité profonde, que nous abordions la question de l’immigration».

Lire aussi : Sondage : Huit Français sur dix considèrent que le pays ne doit pas accueillir d’étrangers supplémentaires

«Il nous faut l’affronter», appuyait-il encore. Dans le même discours, le chef de l’Etat pointait «le malaise face aux changements de notre société, à une laïcité bousculée et devant des modes de vie qui créent des barrières, de la distance», annonçant par là même que cette question ferait partie des cinq thèmes retenus.

Quelles sont les attentes et les inquiétudes des Français relatives à l’immigration, dans un contexte de mondialisation et de laïcité parfois bousculée ?

Mais, trois jours plus tard, Matignon a annoncé que le grand débat local prévu du 15 décembre au 1er mars ne comprendrait finalement que quatre points – la transition écologique, la fiscalité, les services publics et le débat démocratique – Edouard Philippe précisant devant l’Assemblée nationale que la problématique de l’immigration serait intégrée à celle sur le débat démocratique. Il confirmait également que la réforme constitutionnelle, dont l’examen devait débuter en janvier, était reportée après la fin du grand débat local de trois mois décidé face au mouvement des Gilets jaunes.

Le tract LREM sur le sujet avait déjà été imprimé 

Pourtant, le compte-rendu du Conseil des ministres envoyé la veille par la présidence de la République présentait bien l’immigration comme l’un des thèmes que l’exécutif souhaitait aborder lors de la discussion nationale chapeautée par la Commission nationale du débat public, présidée par l’ancienne ministre des sports de Nicolas Sarkozy, Chantal Jouanno. «Quelles sont les attentes et les inquiétudes des Français relatives à l’immigration, dans un contexte de mondialisation et de laïcité parfois bousculée ?», demandait le texte.

Comment le Premier Ministre peut-il supprimer l’immigration du débat national alors que le président de la République s’est engagé solennellement devant les Français à en débattre ?

L’immigration sera bien à l’ordre du jour, mais pas sous la forme d’un thème distinct comme cela était donc envisagé initialement. Après l’adresse à la nation du locataire de l’Elysée, certains s’étaient en effet émus que cette thématique ait été retenu par Emmanuel Macron, à l’image du leader de la CFDT, Laurent Berger, car ne figurant pas, selon eux, dans les revendications des Gilets jaunes. «La CFDT s’oppose à ce que « immigration et identité profonde », pourtant sans lien avec la crise actuelle, fasse partie des cinq thèmes de discussion. C’est incompréhensible et dangereux alors que l’enjeu est clairement la justice sociale ! », tweetait-il ainsi le 12 décembre.

Le premier secrétaire du parti socialiste, Olivier Faure, a lui tancé «quelque chose de rassis dans cette façon de faire de la politique» lors de son discours sur la motion de censure déposée par la gauche et voté par le Rassemblement national (RN). «Vous vous êtes présentés comme un rempart contre le chaos mais c’est vous aujourd’hui qui lui ouvrez les portes», a-t-il encore fustigé.

Des députés La République en marche, comme Aurélien Tâché et Matthieu Orphelin, y ont également vu une «maladresse», une question «qui n’a pas sa place». Mais comble de l’ironie et symptôme de ce couac macronien, Europe 1 a révélé ce 13 décembre que LREM avait d’ores et déjà édité la première mouture d’un tract reprenant les principales annonces d’Emmanuel Macron, mentionnant bien une «réflexion collective sur l’identité nationale»… avant de la modifier.

«Censure», «hypocrisie», «cynisme»…

Dans la foulée de ce rétropédalage, Marine Le Pen n’a pas tardé à réagir, dénonçant une «censure». «Comment le Premier Ministre peut-il supprimer l’immigration du débat national alors que le président de la République s’est engagé solennellement devant les Français à en débattre ?», s’est-elle également interrogée.

Le chef de l’Etat «se moque des Français», a commenté le député RN Gilbert Collard tandis que Nicolas Dupont-Aignan a confié : «Cette hypocrisie, ce double langage, ce cinéma, je ne le supporte plus.» Julien Aubert, député Les Républicains, a quant à lui déploré l’«incroyable cynisme d’Emmanuel Macron».

Learn Hebrew online

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 15 thoughts on “Malgré l’engagement de Macron, le gouvernement refuse le débat sur l’immigration alors que 80% des Français n’en veulent plus…

    1. Salmon

      Macron se cache derrière le 1er ministre
      Macron est véritablement le pantin de l 🇪🇺 ET de Merkel au sujet de l immigration
      Des gilets jaunes etc…

      Petition sur le net

      NON À L IMMIGRATION MASSIVE
      NON AU PACTE DE MARRAKECH

      LE 19/12/2018que ce sera signé
      Dites NON

    2. Robert Davis

      Une fois de plus ce gouvernement le’ pire de tous ceux de la 5ème refuse de voir le problème de l’islamisation de la France qu’il conduit à la destruction totale du pays.pour ce faire rien de mieux que de ne pas en débattre ni jamais prononcer le mot d’islamisation. Ce sujet est le plus important et macron et son PM sont 2 couards, cupides et corrompus prêts à tout pour ne pas l’aborder. Après moi le déluge semble être leur devise.

    3. Robert Davis

      Je suis d’accord avecmon mini micron se cache derrière le PM, impossible de trouver sur tout le continent un personnage plus lâche que lui.J’espère que les GJ lui regleront son compte.

    4. alauda

      Jusqu’en 1795, la France métropolitaine était le pays le plus peuplé d’Europe. Elle ne devient guère pays d’immigration que sous le Second Empire, car la moitié de la population qui vit encore de la terre ne se bouscule pas pour faire tourner la machine industrielle et coloniale.

      Deux guerres mondiales plus tard, le noyau dur de la nation enracinée s’est réduit à peau de chagrin, le jeu des chaises musicales est devenu possible pour ceux qui tiennent les manettes. On profite alors de la reconstruction pour augmenter le territoire des villes, afin d’accueillir migrants et regroupements familiaux, censés « faire le travail que les natifs ne veulent plus faire ». C’est le début du patchwork multiculturaliste, de la société de consommation et de la grande distribution qui conduiront bientôt au chômage de masse incrusté, enkysté depuis trois à quatre décennies maintenant.

      La production, les usines, presque tout a fichu le camp dans les pays à la main d’œuvre moins chère. Années 90… L’appauvrissement commence à se sentir physiquement, dans la rue. Puis l’endettement, spirale sans fin, d’un état qui vivant au-dessus de ses moyens a fini par oublier la pédale de frein.

    5. alauda

      Le Pacte (ou du moins le projet de 41 pages, daté du 30 juillet 2018) contient l’expression « la problématique femmes-hommes » répétée à 20 reprises. Cet adjectif substantivé pose problème dès l’origine à la gent féminine.

      Si la Déclaration universelle de 1789 s’était d’emblée déclarée en faveur des Droits de l’Humain et pas seulement des Hommes, avec toutes les restrictions qu’un Napoléon a factuellement opposé à l’autre moitié, la résonance « problématique » du Pacte à l’endroit des relations « femmes-hommes » semblerait moins ambiguë, douteuse, équivoque, louche, voire suspecte.

      L’objectif 16 du Pacte entend « a) Promouvoir le respect mutuel des cultures, des traditions et des coutumes entre les communautés d’accueil et les migrants ». Voili, voilou le lièvre, et jusqu’où sera-t-on censé respecter certaines traditions problématiques ? Sans faire de l’ethnologie profonde auprès des différentes cultures que l’on est amené à côtoyer, on peut avoir à bon droit quelques animadversions envers tel ou tel aspect d’une culture autre.

      Le respect ne s’impose pas par un pacte imposé. Là ça va coincer.

    6. Malcolm Ode

      80% contre l’immigration sauvage signifie 20% de migrants sauvages en France, soit environ 14 millions d’électeurs acquis aux traitres à la Nation… la gauche délétère.

      Le plan fonctionne toujours très bien et Marakech lui donne de l’élan.

    7. alauda

      La grève du zèle pourrait être plus efficace sur le long terme qu’une pétition.

      Et ça passe par une enquête rigoureuse sur le prêchi-prêcha dont on est abreuvé à longueur de journée : identifier les voix, le contenu du discours, les relais médiatiques des prescripteurs de la nouvelle doxa. Puis faire le tri.

      Edgar Morin, par exemple, n’est pas ma tasse de thé.

    8. Robert Davis

      En un mot ce pacte veut officialiser la politique multiculturelle de la gauche qui consiste à laisser avancer l’islam chez nous pendant que l’islam ne cède rien chez lui. On partage seulement ce qui n’appartient pas à l’islam! En plus on démoralise les adeptes des autres religions: Big deal!

    9. Robert Davis

      Comment fait-on pour signer cette Pétition anti pacte de Marrakech que cette m. de micron s’est empressé de signer?

    10. Marie Eve

      Moi il y a un peu longtemps, lorsque j’ai vu des bidonvilles en France, j’ai compris que ça n’allait pas bien du tout en France.
      Et malheur cela continue. Ces gouvernements ont leurs Palais dans ce sud qui se vide de ses chômeurs, délinquants et autres qui n’ont pas été touché par le développement humain.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *