toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Etats-Unis : deux leaders de la « Women’s March » contre Trump accusées d’antisémitisme


Etats-Unis : deux leaders de la « Women’s March » contre Trump accusées d’antisémitisme

A l’approche du deuxième anniversaire de la «Marche des femmes» anti-Trump, une polémique teintée d’antisémitisme éclabousse deux co-présidentes du mouvement aux Etats-Unis.

Le quotidien américain New York Times a consacré sa une du 24 décembre à un sujet polémique, longtemps resté confidentiel : l’antisémitisme présumé de certaines militantes historiques de la Women’s March (Marche des femmes), à l’origine de manifestations monstres aux Etats-Unis contre Donald Trump en 2017, qui ont inspiré des mobilisations anti-Trump un peu partout en Occident.

Objet de la controverse : les révélations du site d’informations juives Tablet le 10 décembre dernier. Des tensions seraient survenues dès novembre 2016 entre les meneuses du mouvement, lors de la première réunion new-yorkaise pour l’organisation de la Marche des femmes, juste après l’élection de Donald Trump.

Selon Tablet, deux des sept femmes présentes à cette réunion, Tamika Mallory et Carmen Perez, militantes respectivement noire et hispanique, auraient alors affirmé à une autre organisatrice, Vanessa Wruble, blanche et d’origine juive, que les juifs avaient une responsabilité particulière dans l’exploitation et l’esclavage des Noirs aux Etats-Unis. Une thèse soutenue par Louis Farrakhan, leader du mouvement Nation of Islam, qui tient régulièrement des propos antisémites.

La forte médiatisation de la Marche des femmes a un temps recouvert ces tensions. Mais au fil des mois, un certain nombre de femmes ont quitté la Women’s March – dont Tamika Mallory et Carmen Perez sont devenues co-présidentes – et créé une organisation parallèle, March On.

Lors des manifestations organisées un an plus tard, le 20 janvier 2018, qui avaient encore rassemblé plusieurs centaines de milliers de personnes à New York et Los Angeles, les deux organisations se côtoyaient dans les défilés, sans que les dissensions entre ces deux entités aient été rendues publiques.

Deux entités séparées

Mais les tensions ont été ravivées ces derniers mois, après que Tamika Mallory a participé à un évènement de Louis Farrakhan et attaqué sur les réseaux sociaux l’Anti-Defamation League, une des grandes organisations américaines de lutte contre l’antisémitisme.

Le mois dernier, Vanessa Wruble, devenue depuis directrice exécutive de March On, publiait un communiqué sur le site de son organisation, évoquant les «interrogations sur l’antisémitisme du mouvement Women’s March». Elle y présentait March On comme une association plus «décentralisée», et surtout, rejetant toute forme de discrimination, ainsi que «tout soutien à l’antisémitisme». Une allusion claire aux tensions intervenues avec la Women’s March.

Une pétition publiée en novembre appelant à la démission des quatre co-présidentes de l’organisation, Tamika Mallory, Carmen Perez, la militante américano-palestinienne Linda Sarsour et Bob Bland, a recueilli à ce jour plus de 8 300 signatures.

A l’approche du deuxième anniversaire de la Marche des femmes, les deux mouvements prévoient à nouveau, séparément, des défilés dans de nombreuses villes américaines le 19 janvier.

Learn Hebrew online

Sollicitées le 23 décembre par le New York Times, Tamika Mallory et Carmen Perez ont rejeté toute accusation d’antisémitisme, et affirmé que le départ de Vanessa Wruble n’était pas lié à ses origines juives.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Etats-Unis : deux leaders de la « Women’s March » contre Trump accusées d’antisémitisme

    1. la juive zélée

      elle n’est pas allée à l’école car le commerce du Triangle n’a rien à voir avec le Judaisme,et elle n’a qu’à se tourner vers les protestants suprématistes dont les Exégètes enseignent que Noé a jeté la malédiction sur sa communauté…canaen…
      en même temps,je ne vois pas l’intellectuel dans ce genre de marche…il y a des hommes qui souffrent d’harcèlement au travail,et eux aussi devraient balancer leur porcine…c’est aux hommes de faire mai 68 maintenant…personne ne respecte leur masculinité…donc ne défend pas cette femme,m’en moque pas mal…

    2. esther

      Le fait que ces soi-disant féministes noires, arabo, asio-musulmanes et hispaniques américaines antisémites restent entre elles n’est pas du tout pour me déplaire : participer à leurs marches est une faute quand on est juive.
      Dans ma famille, on ne fréquente que des juifs et des chrétiens sionistes blancs aimant l’Etat Juif car nous savons qu’il y a beaucoup d’anti-juifs parmi toutes ces minorités; si aux USA, les médias s’étalent sur l’antisémitisme des suprémacistes blancs, ils se taisent sur celui des minorités qui est tout aussi virulent et beaucoup plus important : le pourcentage des personnes antisémites y est beaucoup plus élevé et l’attachement à Israël INEXISTANT.

      PS : Sur la photo d’illustration, il y a un immense portrait avec une femme voilée. Plaider la cause des femmes et porter le voile, c’est franchement incohérent, anachronique et cynique : c’est comme aimer être une dinde au repas de Noël. C’est à cause de ce genre de photos qu’on comprend aisément qu’il n’y a rien de féministe dans cette marche et que c’est même le contraire qui y est prônée, c’est-à-dire l’oppression de la femme.

    3. esther

      Pour ces dindes incultes américaines, la traite européenne a concerné 11 millions d’africains, la traite arabe 17 millions. Les européens ne castraient pas les esclaves, les arabes, oui (à vif et de façon septique que nombre de jeunes garçons en mouraient et les bébés qui naissaient des viols des quelques esclaves femmes finissaient en infanticides) et c’est pour cette raison que l’on ne voit pas, dans les pays arabo-musulmans, des afro-arabes.
      Que ces cruches lisent « Le Génocide voilé » de Tidiane N’Daye, africain lui-même, qui parle de cette traite de manière documentée et argumentée.

    4. la juive zélée

      Aux Etats Unis il y a cette sorte de communautarisme,un peu comme les ambiances de la cité en France.
      Donc,dans le cadre de la dénonciation des actes lamentables des mâles,prôner la liberté de la femme,vaut mieux manifester en bas de la cité,devant la moské,dans le quartier ghuetto,aux USA,car au final,ce boss « occidental » est en général peu intéressé,surtout quand il est gay…
      La vraie manif est contre cet islamisme,les mœurs archaiques.
      Enfin,vu comment elles dérivent,parlent d’esclavage,une remarque,quand on s’habille comme une p**e,faux seins,perruque excessive,culotte fausses fesses,qu’on cultive les ragots,faut pas se plaindre de ce qui est récolté…au travail il y a des limites…Elle a vomit sa haine du judaisme,et se fera tourner dans sa zone une fois rentrée,voilà la réalité de ces gens…

    5. michel boissonneault

      les antifas , les black blocs , les socialistes , les communistes , les gauchistes , les pro-muzz , les démocrates et même la majorité des groupes féministes sont antisémite donc voir de la lutte et de la discrimination a l’interne ne me surprend pas

    6. Robert Davis

      Cette stupide négresse tallory de m. et bcp de nègres aux USA en veulent aux juifs simplement parce qu’ils n’ont pas été des esclaves comme eux. Cette marches femmes noires et arabes n’a rien à voir avec les femmes et tout à voir avec des antisémites et anti USA. Il faudrait les renvoyer tous et toutes en afouique, c’est leur pays d’origine et cela sauverait l’Amérique des blancs dont l’occident a plus besoin que des gauchistes et des islamo nazis qui veulent détruire le monde pour le remplacer par une planète des singes.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *