toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Belloubet renonce à présider la remise de prix à deux ONG proches du mouvement antisémite BDS, mais le gouvernement maintient la remise des prix


Belloubet renonce à présider la remise de prix à deux ONG proches du mouvement antisémite BDS, mais le gouvernement maintient la remise des prix

La remise, par la France, du prix des droits de l’homme à deux ONG israélienne et palestinienne accusées d’appeler au boycott de l’Etat hébreu, d’être proche du mouvement antisémite BDS, et de soutenir le groupe terroriste Hamas a scandalisé les organisations juives. La ministre de la Justice a finalement renoncé à s’y rendre.

«Devant les pressions, le gouvernement français a cédé», écrit le journal pro-palestinien Le Monde ; la ministre de la justice Nicole Belloubet a finalement renoncé à présider, comme cela était prévu, la remise du prix des droits de l’homme, ce 10 décembre à Paris. Doté par le Premier ministre Edouard Philippe, le prix est décerné par la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH). L’une des récompenses de la soirée a été remise à deux ONG, l’une israélienne (B’Tselem) et l’autre palestinienne (Al-Haq), toutes deux soutenant le mouvement antisémite BDS et le groupe terroriste islamiste Hamas. C’est finalement François Croquette, ambassadeur français pour les droits de l’homme, qui a été envoyé pour remettre le prix.

Si la CNCDH annonçait la participation de la garde des Sceaux à la cérémonie, son entourage assure pour justifier son renoncement : «Son agenda ne le lui permettait pas, regardez ce qui se passe actuellement [en France].»

Mais, selon le journal pro-palestinien Le Monde, ce n’est qu’après «des jours orageux de négociations en coulisses» qu’il aurait été décidé qu’aucun membre du gouvernement ne serait envoyé à cette remise de prix. Et de préciser : «Ce revirement de Mme Belloubet a coïncidé avec une campagne de pressions exercées en Israël par des responsables de la droite, et en France, par les organisations juives. Jusqu’au dernier moment, elle a visé à empêcher la présence d’un représentant du gouvernement français.»

Loading...

L’identité des deux lauréats a soulevé de nombreuses critiques, l’ambassade d’Israël en France se disant «choquée» que le prix des droits de l’homme décerné par les autorités françaises puisse être remis à l’organisation palestinienne Al Haq «qui est liée à l’organisation terroriste FPLP, et qui prône ouvertement le boycott d’Israël». Plusieurs personnalités politiques en Israël avaient également fait entendre leur mécontentement.

En ce qui concerne la France, le député Meyer Habib (UDI), aurait joué un rôle important dans le revirement de Nicole Belloubet. Meyer Habib avait notamment accusé la France d’«attise[r] la haine et [d’encourager] la radicalisation antisioniste» avec la remise de ce prix.

Francis Kalifat, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), a pour sa part écrit à Nicole Belloubet, estimant que son renoncement ne pouvait «absolument pas répondre au problème que cela pose quant au respect de notre législation face au boycott [d’Israël, qui est interdit en France]».

 

Il accuse les deux organisations lauréates d’appeler au boycott d’Israël.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Belloubet renonce à présider la remise de prix à deux ONG proches du mouvement antisémite BDS, mais le gouvernement maintient la remise des prix

    1. Salmon

      @gedeon Belloubet ne veut pas y aller donc ne cautionne pas
      Par contre C le gouvernement et donc macron qui veut décerner ce prix à des antisémites

    2. Gédéon

      @Salmon

      J’ai bien compris mais son geste signifie plus :

      « je m’en lave les mains mais pour continuer de toucher ma paye de ministre et les avantages qui vont avec, je ne démissionne pas ! »

      que « je suis réellement contre cette infamie et je claque la porte »

    3. Zayith

      Gédéon, ce serait de la démission irresponsable. Si tout le monde faisait comme ça dans le gouvernement, Macron interchangerait les « frondeurs » jusqu’à obtenir une équipe de félons tous à sa solde. Heureusement qu’il y a encore un peu d’opposition. Toute cette problématique ne peut se résumer à mériter sa paie ou non, c’est bien plus grave que ça.
      Démissionner quand on n’est pas d’accord avec quelqu’un, c’est plutôt puéril et capricieux, révélateur d’une bonne dose d’orgueil et d’égocentrisme. Le courage politique, c’est de rester à son poste et du côté de la vérité (ou de ses valeurs personnelles) contre vents et marées, prêts toutefois à réexaminer ses croyances. Une certaine notion d’héroïsme, d’honneur, d’intégrité.
      Cela dit, je ne connais pas Mme Belloubet pour juger de ses qualités morales.

    4. alauda

      Combien coûte aux contribuables ce type de prix ?
      On pourrait parler là-encore du consentement forcé à l’impôt qui part dans des paniers percés .

    5. Gédéon

      @Zayith

      Entrer dans un gouvernement, c’est comme « entrer en religion ».
      Elle « passe son tour » pour cette fois-ci….

      Et vu l’état de la justice et des prisons , soit elle ne peut rien faire, soit elle est d’accord avec Philippe et Macron.

      Si, ici elle cède à la pression des associations, n’oublions pas sa position concernant les terroristes français qui sont relâchés et ceux qui sont encore en Syrie .

      « TERRORISME – La Garde des sceaux Nicole Belloubet a affirmé dimanche sur LCI que la France négocierait « au cas par cas » avec l’Irak ou la Syrie si l’un de ces Etats venait à condamner à mort un djihadiste français.

      Bonne soirée

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *