toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’opposition unanime soutient les Gilets jaunes : « Contrairement à ce que raconte Castaner, ils ne sont pas d’extrême droite. Grande hétérogénéité, beaucoup de femmes, de retraités, etc… »


L’opposition unanime soutient les Gilets jaunes : « Contrairement à ce que raconte Castaner, ils ne sont pas d’extrême droite. Grande hétérogénéité, beaucoup de femmes, de retraités, etc… »

Au sein de la classe politique, les réactions de soutien à la mobilisation nationale des Gilets jaunes se sont multipliées ce 24 novembre alors que Christophe Castaner a accusé les «séditieux» d’être à l’origine des violences sur les Champs-Elysées.

De nombreux membres des partis de l’opposition ont apporté, dans la matinée du 24 novembre, leur soutien à la mobilisation nationale des Gilets jaunes. A la mi-journée, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a déploré pour sa part déploré  les violences survenues sur les Champs Elysées, pointant du doigt des «séditieux» de l’ultradroite. Des accusations que ses adversaires politiques ont retournées en accusant l’exécutif d’être à l’origine des tensions.

Commentant les manifestations, le leader de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, a affirmé que «la France des insoumissions et des révolutions» était «de retour dans les rues». Il s’est en outre insurgé contre l’absence de réaction d’Emmanuel Macron face au mouvement de protestation, l’affublant même du titre de «monarque président des riches».

François Ruffin, qui s’est rendu  sur l’avenue des Champs-Elysées pour soutenir les manifestants, a également usé de la sémantique royale pour dénoncer la politique sociale du président de la République.

«Le gouvernement a joué la verticalité, contourné les syndicats, stigmatisé les élus, culpabilisé les Français, le résultat est consternant. Une rupture sociale et territoriale. Qand il n’y a plus de dialogue, c’est dans la rue que s’exprime la colère avec les risques de violences et dérapages», a regretté Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste (PS).

Participant également à la mobilisation parisienne, le député européen Emmanuel Morel, membre de l’Alternative pour un programme républicain, écologiste et socialiste, s’est insurgé contre les propos du ministre de l’Intérieur faisant état de la participation d’individus issus de l’ultradroite : «Je suis sur les Champs-Elysées. Contrairement à ce que raconte Christophe Castaner, les Gilets jaunes ne sont pas, majoritairement, des « séditieux d extrême droite ». Grande hétérogénéité, beaucoup de femmes, de retraités, etc… ne caricaturons pas ce mouvement !»

Lydia Guirous, porte-parole des Republicains a quant à elle fustigé le «mépris» et le «cynisme» du ministre de l’Intérieur qu’elle accuse d’amalgamer «la détresse, les revendications légitimes des Français qui ne s’en sortent plus et les excès de militants violents».

Même tonalité du côté de Nicolas Dupont-Aignan : le leader de Debout la France (DLF) a estimé que la majorité des Gilets jaunes souhaitaient protester sans violence contre leurs conditions de vie.

De son côté Marine Le Pen, qui avait déploré la décision du gouvernement de ne pas autoriser les Gilets jaunes à manifester sur les Champs-Elysées, a qualifié de «minable» et «malhonnête», les propos prononcés par Christophe Castaner s’agissant des violences survenues sur la plus célèbre avenue parisienne.

Enfin, le président de l’Union populaire républicaine (UPR), François Asselineau, a invité les Gilets jaunes «à aller chercher [Emmanuel] Macron en demandant à leur député et sénateur de lancer la procédure de destitution du président de la République par l’article 68 de la Constitution».

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “L’opposition unanime soutient les Gilets jaunes : « Contrairement à ce que raconte Castaner, ils ne sont pas d’extrême droite. Grande hétérogénéité, beaucoup de femmes, de retraités, etc… »

    1. rachel

      aujourd hui les masques tombent et le gouvernement continu de mentir ehontement, , si ils pouvaient deployer autant de crs dans le 93 que sur les champs, le menage serait vite fait bien fait, s en prendre a des honnetes gens a politique mais laissez faire la racaille, faut qu on m explique ? Au lieu de se mettre du cote du peuple qui veut que son bien etre et celui de la France, cela n a plus rien a voir avec la democratie ! ca voudrait dire que les elites, les riches ont besoin de ces « 900 euros  » par mois pour vivre eux meme, quand les fourmis se reveillent ! on se croirait dans une monarchie, l histoire se repete vraiment !

    2. Zanaroff

      Une révolution se fait dans l union de toutes les corporations et de tous les français. C est pas gagne. Vu l état de décomposition du pays. Aucune solidarité. Les SDF sont morts de froid dans l indifférence generalise. Ça se paye l égoïsme. On a les dirigeants qu on mérite. La révolution aurait du être faite depuis longtemps.

    3. esther

      C’est vrai, au moment de l’affaire Benalla, Macron voulait qu’on vienne absolument le chercher et maintenant que le peuple vient le chercher jusqu’à chez lui à l’Elysée, il ne veut plus venir alors qu’il a juste à traverser la rue (comme les chômeurs) pour rencontrer le peuple : c’est l’attitude d’un enfant gâté, d’un bambin pourri qui veut tel jouet puis ne le veut plus. Je vous le dis, depuis plus d’un an, que micron est un petit garçon en culottes courtes mal grandi, plutôt pas grandi du tout, immature parce que mis en cage, emprisonné quoi, par une amatrice de jeunes garçons (le terme exact est délinquante sexuelle) à l’âge de quinze ans.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    183 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap