toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les excuses de Justin Trudeau à la communauté juive


Les excuses de Justin Trudeau à la communauté juive

Mercredi 7 novembre, comme prévu, Justin Trudeau a choisi dans un long discours à la communauté juive de présenter au nom du Canada des excuses officielles pour avoir refusé en 1939 le droit d’accoster à Halifax au MS St-Louis avec à son bord 907 réfugiés Juifs allemands qui tentaient de fuir l’Holocauste. Pourtant le premier ministre de l’époque, Mackenzie King, n’ignorait pas que Cuba  et les États-Unis avaient déjà refoulé le paquebot, et que si le Canada, leur dernier espoir, en faisait autant, il condamnait ces malheureux à une mort certaine dans les camps de concentration. Rien ni personne ne réussit à convaincre le Premier ministre de leur ouvrir les portes du pays.  Ce qui devait arriver arriva : le navire fit route vers l’Europe, certains passagers y trouvèrent des refuges, mais 254 moururent dans les camps.

Comment interpréter le discours du PM ? Faut-il y voir un geste d’empathie envers les Juifs, et une condamnation de l’antisémitisme avec la volonté d’y mettre un terme? Ou bien sont-ce des mots, et rien que des mots comme le furent beaucoup de ses promesses ?

Certes le geste est louable, mais il n’y a pas pour la communauté juive de quoi pavoiser. En fait, il s’inscrit dans une série d’excuses officielles, accompagnées parfois d’indemnisations,  présentées à des groupes ou à des individus qui ont été victimes dans le passé des agissements de ses prédécesseurs. Si notre PM a permis au Canada d’être le premier pays du G7 à légaliser le cannabis, il est aussi sans doute le champion des excuses. Aucun chef d’État, si je ne m’abuse, ne peut lui ravir ce titre.

RAPPEL des faits les plus marquants

–  Mai 2016 – Excuses aux Indiens sikhs pour avoir refusé, en 1914, l’entrée au pays à un navire qui transportait 376 passagers indiens, en majorité des sikhs.

– Juillet 2017 – Excuses à Omar Khadr pour avoir été torturé pendant 10 ans à Guantanamo avec un versement de 10millions et demi de dollars.

–  Novembre 2017 – Excuses  aux anciens élèves des pensionnats indiens de Terre-Neuve-et-Labrador pour les avoir retirés de leurs familles. Et une compensation de 50 millions de dollars aux survivants. Il avait même invité le pape à lui emboiter le pas, mais il essuya un refus poli.

À noter : les médias se sont bien gardés de rappeler qu’en 2008, Stephen Harper avait présenté des excuses historiques aux anciens élèves des pensionnats indiens et à leurs familles.

– Novembre 2017- Excuses aux membres de la communauté LGBTQ2 pour « la persécution et les injustices » qu’ils ont subies. Un mémorial sera édifié à la mémoire des victimes et 3000 d’entre elles seront indemnisées, ce qui représente un total de plus de 100 millions de dollars.

Learn Hebrew online

– 3 novembre 2018 – Excuses à la communauté Tsilhqot’in pour la pendaison de six chefs il y a plus de 150 ans.

7 novembre 2018 – Excuses à la communauté juive pour avoir refusé au MS.St-Louis le droit d’accoster.

Quelle valeur faut-il accorder à toutes ces excuses?

Offrir des excuses, ce n’est certes pas chose facile, car c’est reconnaitre sa responsabilité et réparer ainsi une injustice. Mais présenter au nom du Canada des excuses pour des fautes commises par un PM qui n’est même plus de ce monde ne nous apparait pas comme un acte de bravoure, mais comme une tâche relativement facile. Qui plus est, ces excuses présentent pour Trudeau des avantages certains, entre autres elles lui permettent de se valoriser, de laisser entendre à travers son discours qu’il a, lui, le sens de l’éthique, des valeurs morales, qu’il est capable d’empathie et de compassion contrairement à Mackenzie King.

Or, il faut replacer tous les actes répréhensibles posés par le gouvernement dans le contexte de l’époque. Au début du siècle dernier et même jusqu’au début des années soixante-dix, l’église exerçait son emprise sur les Canadiens, elle présentait les Juifs comme les assassins du Christ, et elle contribuait ainsi à l’expansion de l’antisémitisme. Il faut aussi tenir compte du fait que le navire s’est d’abord vu refuser l’entrée à Cuba, mais aussi à d’autres pays et même aux États-Unis, et il se peut fort bien que le Canada se soit senti obligé de s’aligner sur les États-Unis. Qui donc a été choqué par la réponse de ce fonctionnaire parlant au nom du gouvernement à propos des immigrants juifs : « Aucun, c’est déjà trop. » (« None is too many »)?

Quant aux autochtones et aux homosexuels, les premiers étaient vus un peu comme des « sauvages », et les autres cachaient par tous les moyens leur orientation sexuelle pour éviter d’être mis au ban de l’église.

Il a fallu près d’un siècle pour que les mentalités changent et qu’elles soient plus tolérantes vis-à-vis des immigrants, des LGBT, des Juifs, bref pour qu’elles acceptent la différence. Alors je me pose la question : Qu’aurait fait Justin Trudeau s’il avait été en poste à l’époque?

Les excuses officielles offertes à la communauté juive

Les dernières d’une série d’excuses  Pourtant, lors d’une entrevue avec le New York Times, Trudeau avait parlé du manque de compassion du Canada en évoquant le refus de laisser accoster en 1914 le navire de sikhs et, en 1939, le MS.St-Louis. Il avait alors laissé entendre que  son gouvernement se pencherait sur cette question. Il ne tarda pas d’ailleurs à présenter des excuses aux sikhs, mais attendit près de deux ans pour parler du St-Louis.

Qui plus est, je pense que, contrairement aux autres excuses, il ne l’a pas fait de sa propre initiative. Je dirai même, pour parler familièrement, qu’il s’est fait tirer l’oreille pour y consentir. En effet, en 2016, lors de  l’inauguration du Musée de l’holocauste on lui reprocha de n’avoir pas fait allusion au St-Louis. S’il s’était agi  d’un simple oubli de sa part, il n’aurait pas tardé à le corriger.

Puis en 2107, le député libéral Antony Housefather lui suggéra de présenter des excuses pour le renvoi du St-Louis : « J’espère qu’un jour, avait-il dit, un gouvernement canadien s’excusera pour ce qui s’est passé avec le MS St. Louis ».

Alors, pourquoi le PM a-t-il tardé à nous offrir ses excuses? Une seule explication : les élections approchent, il faut regagner les votes de la communauté juive qui a été à plusieurs reprises déçue par son comportement, que ce soit vis-à-vis d’Israël ou vis-à-vis des Juifs. Le PM s’est sans doute souvenu que le député libéral avait mis toute son énergie à convaincre la communauté juive de voter pour lui, « le plus pro-israélien de tous les PM ». Alors, Justin Trudeau a peut-être jugé qu’il a de nouveau besoin de l’aide de ce député pour les prochaines élections, et qu’il serait bon de répondre à sa demande en présentant des excuses pour le MS. St-Louis. Par conséquent, le PM  n’a fait que renvoyer l’ascenseur à Antony Housefather.

L’antisémitisme aujourd’hui au Canada  Bien sûr, l’antisémitisme a été  au cœur de son discours. Il nous a même rappelé – comme si nous l’ignorions ! – la montée du nazisme en Allemagne. Il est, semble-t-il, parfaitement conscient que les actes antisémites ont considérablement augmenté au Canada alors que les Juifs croyaient y être à l’abri. Difficile de passer ce fait sous silence quand on sait que      l’organisation B’nai Brith Canada a enregistré plus de 1700 incidents antisémites en 2016, et que Statistique affirme que « la population juive était la cible la plus fréquente des crimes motivés par la religion en 2017 ».

Notre PM s’est-il exprimé à propos des actes haineux qui ont été recensés? Faut-il lui rappeler  que ne rien faire c’est acquiescer?

Alors, maintenant qu’il nous a servi le laïus habituel pour parler de l’antisémitisme, que va-t-il faire? « Nous nous engageons à défendre la communauté juive ici et dans le monde » a-t-il déclaré, puis il a ajouté « Les Canadiens s’engagent à les défendre maintenant et pour toujours ».

Une telle réponse n’est guère satisfaisante. Avec des mots, rien que des mots, Justin Trudeau n’impressionne plus personne. Des excuses qui ne sont pas suivies d’actes, de gestes concrets et /ou de lois sont sans valeur. Va-t-il interdire dans les mosquées les prêches contre les Juifs? Ou bien au nom de la liberté d’opinion les imams pourront-ils continuer à distiller la haine dans le cœur des fidèles et, partant, à encourager les actes antijuifs? Va-t-il sanctionner les appels à adhérer au mouvement BDS, en particulier dans les campus? Va-t-il sanctionner les auteurs des actes antisémites? Et va-t-il enfin admettre que l’antisionisme n’est qu’un euphémisme synonyme d’antisémitisme?

Que le PM commence donc par éviter de condamner systématiquement l’État juif car, quand Israël est attaqué, c’est nous Juifs qui sommes attaqués. Le PM n’a-t-il pas sa part de responsabilité dans la montée de l’antisémitisme quand il ne rate pas une occasion de condamner Israël et de blanchir l’organisation terroriste qu’est le Hamas? En demandant une enquête internationale au motif que l’État juif a fait un usage disproportionné de la force à la frontière avec Gaza, il incite à l’antisionisme, c’est-à-dire à l’antisémitisme c’est-à-dire à l’antijudaïsme.

Quant à nous assurer que le Canada se portera à la défense des Juifs partout dans le monde, nous lui répondons qu’il n’aura pas à s’en donner la peine car, si les Juifs sont attaqués, où que ce soit dans le monde, ils peuvent être assurés qu’aujourd’hui, grâce à Israël, ils seront défendus. PLUS JAMAIS, LES JUIFS NE SERONT SEULS ET SANS DÉFENSE !

Conclusion De toute évidence, Trudeau maitrise l’art de se confondre en excuses pour des fautes qu’il n’a pas commises, pour des actes répréhensibles posés par ses prédécesseurs, surtout à l’égard des étrangers. Mais qu’en est-il de ses torts, de ses bévues, de ses agissements? En assume-t-il sa responsabilité?

S’il lui est arrivé à quelques reprises alors qu’il n’était pas PM de présenter des excuses, il nous semble bien que ce soit rarement le cas aujourd’hui. À titre d’exemple, je rappellerai son comportement à l’égard d’une Québécoise qui lui a posé une question à propos des 146 millions de dollars pris dans les poches des contribuables pour recevoir les réfugiés syriens.  Il s’est littéralement emporté, a tenu des propos inadmissibles de la part d’un PM, et  l’a traitée de raciste. Sans doute – et on la comprendrait- ne lui a-t-elle toujours  pas pardonné de l’avoir humiliée en public et de ne pas avoir ensuite présenté des excuses. Pourtant, quand il a été accusé par une journaliste d’inconduite sexuelle,  il a su présenter des excuses et se faire pardonner. C’est qu’une telle accusation cassait son image de féministe!

Conclusion Grâce à ce long discours emphatique, le PM se sera sans doute assuré que nombre de Juifs voteront pour lui lors des prochaines élections. S’il doit gagner un second mandat, il oubliera bien vite que les Juifs y ont contribué dans une certaine mesure et,  obnubilé par son désir de redonner au Canada sa place au Conseil de sécurité de l’ONU, il se souviendra essentiellement des recommandations de la communauté musulmane et il ne ménagera pas l’État juif.

© Dora Marrache pour Europe-Israël

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Les excuses de Justin Trudeau à la communauté juive

    1. LeClairvoyant

      Je me suis toujours demandé pourquoi, les juifs et tout le monde savait en 39 que les juifs allaient au génocide par les nazis. Et qu’en 45, quand ils découvrent les camps, les fours et les chambres à gaz, font semblent de s’étonner, et sans s’excuser ont tous dit. « On ne savait pas »

    2. esther

      LA FAUSSE POMMADE DANS LE SEUL BUT DE FLATTER, CELA NE MARCHE PAS SUR LES JUIFS CANADIENS ET D’AILLEURS.
      Mesquins calculs électoraux : il y a des élections fédérales au Canada en 2019 et dans la défense et dans la protection des Juifs et de l’Etat Juif, les Conservateurs canadiens font 10000 FOIS MIEUX que les Libéraux et leur représentant actuel, ce dhimmi de Justin Trudeau.

    3. esther

      Cet article aborde le sujet douloureux de l’antijudaïsme des Canadiens jusque dans les années 70 et c’est le nerf de a guerre jusqu’en 2018.
      L’antijudaïsme a déterminé, détermine et déterminera TOUJOURS l’antisémitisme et je regrette que beaucoup parmi les juifs l’oublient : c’est lui qui est à la naissance du PREMIER soi-disant complot juif contre le Christ; c’est lui qui le propage en affirmant que les Juifs ont manigancé pour tuer le fils du Dieu des chrétiens (dans cette optique, tuer un Dieu devient plus abominable que de tuer un enfant), c’est lui qui le maintient pendant près de deux millénaire et c’est lui qui le transforme enfin en antisémitisme qui fait naître alors un autre genre de complot, non plus celui d’avoir soi-disant mis à mort le maître du Monde (à savoir Jésus) mais de contrôler le Monde (j’ai toujours trouvé qu’il y avait une grande ressemblance entre ces deux thèses complotistes et que l’un découle directement de l’autre) : ce deuxième complot est détaillé dans « Le Protocole des Sages de Sion. », un faux russe de 1901 qui a été exporté ensuite dans le monde européen puis, dans le monde musulman et enfin dans le tiers monde.
      Un des problèmes majeurs de ces théories infâmes est que Dieu, étant éternel, il n’a pas de fin pour les croyants et que donc; ces infamies n’ont pas de fin non plus et demeure encore aujourd’hui. Dès lors, je ne m’intéresse pas du tout à Noël dans son caractère religieux à cause de cette abomination envers les Juifs. Cela me gonfle grave ce tralala autour de cette fête tant au niveau commercial (avec un consumérisme à tout va) qu’au niveau religieux : Hanoucca est bien plus sincère et bien plus intime et est basé sur des faits
      religieux cohérents (pas comme un Jésus qui n’est pas né un 25 décembre).

    4. o.icaros

      Pourquoi fait-il ces excuses, main-te-nant, alors qu’on commémore la fin de la première guerre mondiale et que les faits incriminés se rapportent à la deuxième guerre? Trop absurde pour être honnête.
      Aujourd’hui les politiques n’ont plus aucun sens du temps historique. Ils le font coïncider, l’instrumentalisent (le complexe de Jésus?), avec leur propre temps politique.

    5. Cyrano

      Ce type est comme une cornemuse — plein de vent —
      On le connais pro-palos, comme c’est pratique une veste réversible ?
      J’espère que les juifs au Canada ne seront pas amnésiques au moment de voter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *