toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le Canada présente ses excuses au Peuple Juif qui se sont trop longtemps fait attendre


Le Canada présente ses excuses au Peuple Juif qui se sont trop longtemps fait attendre

TORONTO — Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a présenté ce mercredi 7 novembre 2018, des excuses officielles au Parlement pour le refus du Canada d’accueillir en 1939 des centaines de Juifs allemands qui cherchaient à fuir le régime nazi. Contraints de retourner en Europe, 254 d’entre eux ont trouvé la mort dans des camps de concentration nazis.

Le 15 mai 1939, à quelques mois du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le paquebot « Saint-Louis » avait quitté l’Allemagne avec près de 1 000 passagers, dont 937 Allemands juifs cherchant à échapper à la persécution. Ces gens qui étaient à bord de ce navire de croisière, le Saint-Louis, avaient fui l’Allemagne nazie. Les Cubains, les Américains et les Canadiens ont refusé l’asile à ces réfugiés.

L’un des passagers, Sol Messinger, n’avait que 6 ans lors du voyage. Il en garde un désolant souvenir, se rappelant la tentative de suicide de l’un des passagers qui était désespéré.

Première escale du navire, Cuba leur avait refusé l’asile. Même chose aux Etats-Unis, puis au Canada, en raison d’une politique d’immigration discriminatoire en vigueur à l’époque.

 

Des Passagers juif à bord du Saint-Louis en 1939. Plus de 250 morts par la suite dans des camps d’extermination nazis 

Le Canada ne comptait alors que 11 millions d’habitants, dont seulement 160 000 de confession juive, a rappelé M. Trudeau. « Pourtant, c’était encore trop pour un bon nombre de Canadiens, y compris pour Frederick Charles Blair, qui était alors responsable de l’immigration au gouvernement », a-t-il déclaré dans un discours à la Chambre des communes.

Le paquebot était finalement retourné vers l’Europe, accostant dans le port belge d’Anvers, d’où ses passagers avaient fini par se disperser, certains en Belgique, d’autres en France, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni. Deux-cent-cinquante-quatre d’entre eux ont péri durant la Shoah.

« Bien que des décennies se soient écoulées depuis que nous avons tourné le dos aux réfugiés juifs, le temps n’a aucunement absous le Canada de sa culpabilité ou allégé le poids de sa honte », a poursuivi M. Trudeau.

« Aujourd’hui, je me lève en cette Chambre pour présenter des excuses qui se sont trop longtemps fait attendre aux réfugiés juifs que le Canada a refusés ».

Learn Hebrew online

Auparavant, le dirigeant canadien a accueilli dans son bureau au Parlement l’une des dernières survivantes de ce voyage tragique, Ana Maria Gordon, en défendant la nécessité de poursuivre le combat contre l’antisémitisme.

« Les Juifs sont la cible de 17 % des crimes haineux commis au Canada, un pourcentage nettement plus élevé que celui des autres groupes », a-t-il souligné.

« La discrimination et la violence contre les Juifs, au Canada et ailleurs dans le monde, se poursuivent à un rythme alarmant. Ces maux diaboliques n’ont malheureusement pas pris fin avec la Seconde guerre mondiale » a ajouté le premier ministre Canadien.

Une discrimination généralisée contre les juifs à l’époque de Mackenzie King, un admirateur des nazis 

Mackenzie King, ce premier ministre du Parti Libéral du Canada, est l’homme politique qui a le plus longtemps occupé le poste de Premier ministre dans l’histoire du Commonwealth. Il était premier ministre du Canada de 1921 à 1926, de 1926 à 1930 et de 1935 à 1948.

A cette époque il existe une discrimination généralisée contre les juifs et la politique d’immigration du pays est influencée par un point de vue antisémite.

Ce dirigeant canadien  était impressionné par Adolf Hitler lorsque les deux font connaissance à Berlin, en Allemagne, le 29 juin 1937.  Il note dans son journal intime que Hitler « est un homme qui aime véritablement son prochain » (voir le journal intime de King, 29 juin 1937). Il jugeait Hitler être un homme raisonnable qui avait soin de son prochain, travaillant à améliorer son pays.

Bien qu’ils discutent de divers sujets, le dirigeant canadien ne mentionne jamais la politique anti-juive du Parti nazi pendant la réunion.

Il confia à son journal intime qu’il croyait que « Hitler pourrait bien un jour être vu comme un des sauveurs du monde » et déclara à une délégation juive que la nuit de Cristal pourrait bien être une bénédiction.

Mackenzie King  avait rencontré aussi Hermann Göring, dirigeant de premier plan du parti national-socialiste et du gouvernement du Troisième Reich.

Au moment de cette rencontre en juin 1937, la situation devenait de plus en plus intenable pour les populations juives d’Europe. Le gouvernement fédéral Canadien refusa d’admettre de nombreux immigrants juifs. Il revint à un fonctionnaire de l’État canadien d’exprimer la position du gouvernement en répondant, à la question de savoir combien d’immigrants juifs pourraient entrer au Canada : « Aucun, c’est déjà trop. » (« None is too many »).

Cette réponse servit de titre à un livre d’histoire qui dénonçait la politique d’immigration canadienne antisémite durant les années de Mackenzie King.

L’antisémitisme larvé de cette époque au Canada est visible dans l’épisode du paquebot St. Louis. Le navire, qui transportait 937 juifs qui fuyaient les persécutions en Europe, ne vit aucun de ses passagers admis au Canada.

Mackenzie King refusa d’entendre les représentations de 44 personnalités canadiennes connues, incluant des professeurs, des éditeurs et des hommes d’affaires qui plaidèrent en leur faveur.

Un monument pour des réfugiés juifs refusés en 1939

Un monument a été inauguré en 2010 à Halifax pour se souvenir de 937 réfugiés juifs dont le bateau est retourné en Europe en 1939 après le refus du Canada de les accueillir. La création du monument a été financée par un programme national au coût de 475 000 $.

Le monument, Wheel of Conscience de l’architecte Daniel Libeskind, avait été installé au Quai 21 du Musée canadien de l’immigration. Il veut également rappeler la mémoire de tous les Juifs qui se sont vu refuser l’entrée au Canada et souligner que le pays n’a pas toujours été une terre d’accueil.

Il est important pour son gouvernement de reconnaître ce moment de l’histoire canadienne, tout en rappelant qu’après la guerre, le Canada a accueilli des dizaines de milliers de réfugiés juifs arrivant d’Europe.

Le Canada a joué un rôle indispensable dans la bataille de l’Atlantique et a fourni des effectifs à la campagne de l’Europe de l’Ouest au-delà de ce qui pouvait être attendu d’une petite nation qui ne comptait que 11 millions d’habitants à l’époque.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *