toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Gilets jaunes : une brochette d’antisémites notoires et de fans de Dieudonné et de Faurisson sur les Champs Elysées


Gilets jaunes : une brochette d’antisémites notoires et de fans de Dieudonné et de Faurisson sur les Champs Elysées

Si les casseurs, qui ont entachés le mouvement citoyen des gilets jaunes, viennent massivement de l’extrême gauche et des Black Blocks, on a pu voir sur les Champs Elysées une brochette d’antisémites notoires et de fans de Dieudonné et du négationniste Faurisson.

Des gilets jaunes, un drapeau tricolore graffé du A cerclé des anarchistes, avec en sous-titre : « pouvoir achat ». Une photo d’un des nombreux barrages des gilets jaune en France, samedi, publiée sur Facebook, qui a de quoi déboussoler tout ceux qui à gauche prennent avec des pincettes un mouvement qui échappe aux formes habituelles des luttes sociales.

Certains, comme Jean-Pierre Anselme, veulent y voir « un mouvement d’ampleur, qui mobilise une large fraction des classes populaires les plus meurtries par les politiques gouvernementales néolibérales », dont les tentatives de récupération de la part de leaders nationalistes « n’atteste en rien de sa prétendue “nature” d’extrême droite ».

Black Block

L’extrême droite antisémite en embuscade

Les « vedettes » du milieu ont bien pris soin de faire un selfies avec des gilets jaunes, comme Dieudonné, Alexandre Gabriac et bien d’autres.

Dieudonné et Alexandre Gabriac

Gabriac et Dieudonné avaient sorti les gilets jaunes

Des fans du négationniste Faurisson sur les Champs Elysées

À Paris, un petit groupe s’était constitué dès 7 heures du matin sur le rond point des Champs Élysées, histoire d’être les premiers pour tenter de “bloquer” la célèbre avenue. Une vidéo de près d’une heure, réalisée par un certain Victor Diaz de Vivar, a circulé sur les réseaux sociaux : elle montre le groupe dirigé par  un certain Fred, entouré en rouge sur les photos ci-dessous, ainsi que son copain Kevin, filmé à plusieurs reprises en gros plan…

Des fans de Faurisson - Source Facebook

Des fans de Faurisson – Source Facebook

Or, dans cette petite équipe, on retrouve une belle brochette d’antisémites parmi les plus radicaux.

Frédéric Jamet, à gauche en train de diriger des “gilets jaunes” dans Paris

Frédéric Jamet, à gauche en train de diriger des “gilets jaunes” dans Paris

On peut ainsi reconnaitre sans peine sur la vidéo Frédéric Jamet. Entré dans la police en 1987, il sévit à la direction des renseignements généraux de la préfecture de police, tout en étant militant à l’Œuvre française (OF). Si on en croit le fondateur de l’OF, Pierre Sidos, dans une interview donnée à Hervé Ryssen, Jamet “corrigeait les rapports sur le plan français (correction, mise en forme) et plutôt que de mettre les documents dans le broyeur, il nous les fournissait.”

En 1991, il rejoint la 12ème section de la direction, chargée du traitement de l’immigration clandestine. Or, à cette époque, Jamet faisait partie des militants de l’OF qui faisaient de l’entrisme au Front national. Dans le parti de Jean-Marie Le Pen, Jamet rejoint le syndicat Front national-Police : il est même le rédacteur en chef du bulletin du syndicat frontiste.

Toujours proche de l’Œuvre française, Jamet était venu, en 2012, lors des élections universitaires à Assas, soutenir ses petits camarades du GUD [12]. Si on en croit le journaliste Frédéric Haziza (ou plus précisément ses amis policiers) dans son livre Vol au-dessus d’un nid de fachos,  Jamet aurait également participé au financement du Crabe-Tambour, le bar du gudard Logan Djian ; Hervé Ryssen, dont il sera question plus loin dans l’article, est également de l’aventure. Enfin, le 29 septembre de la même année, il était présent au rassemblement des jeunesses nationalistes devant Notre-Dame, dont le site antifasciste REFLEXes avait à l’époque fait un compte rendu circonstancié.  Là encore, Hervé Ryssen est présent.

Frédéric Jamet avec l’antisémite Hervé Ryssen,

On est encore moins surpris d’avoir vu samedi dernier, aux côtés de Jamet, gilet jaune sur le dos, d’autres citoyens tout aussi « remarquables », en tout cas pour leur antisémitisme :

Learn Hebrew online

Hervé Lalin, dit Ryssen, un ancien militant du FN, responsable du groupuscule nationaliste-révolutionnaire Unité Radicale en Ile-de-France au début des années 2000, s’est fait connaitre par l’organisation de l’agression du père Berger à la Basilique Saint-Denis le 15 septembre 2003 en raison de son soutien aux sans-papiers.

C’est ensuite sous son nom de plume Hervé Ryssen qu’on le retrouve, publiant divers ouvrages tous plus antisémites les uns que les autres, dans lesquels il prétend analyser le « discours mondialiste juif » en faisant la part belle à la psychologie de bazar. Régulièrement invité à s’exprimer dans l’hebdomadaire pétainiste Rivarol, le bonhomme s’est rapproché assez logiquement de l’Œuvre française, jusqu’à sa dissolution. Ryssen, dans une vidéo aujourd’hui supprimée, se revendiquait lui-même “antisémite et raciste“.

Sur la photo, un ami de Ryssen, connu sous le pseudo John Balder, qui considère sur les réseaux sociaux le négationniste Faurisson comme « un héros de la Résistance face à la dictature juive ».  Balder était d’ailleurs présent à sa dernière conférence en Angleterre la veille de sa mort, en compagnie de Pierre Dortiguier, Maria Poumier (deux soutiens connus des négationnistes) et Vincent Reynouard, catho intégriste et négationniste convaincu, ainsi que, bien entendu, quelques élu du Britsh National Party (BNP).

John Balder (A), Robert Faurisson (B), Maria Poumier (C) et Pierre Dortiguier (D)

– Kevin Licata, une sorte de “Vincent Lapierre” aux petits pieds, animateur d’une chaine Youtube, “Chroniques de rue”, sur laquelle il a interviewé des personnalités connues pour leur “amour” de la communauté juive, comme le suprémaciste noir Kemi Seba, l’imposteur Alain Soral, le néonazi Daniel Conversano ou le directeur de Rivarol Jérôme Bourdon.

Tout ce petit monde se connait bien, et se retrouve aux différentes sauteries organisées par l’extrême droite radicale, comme par exemple à la “fête du pays réel” de l’organisation catholique intégriste Civitas : on notera au passage que la militante de Résistance helvétique qui les accompagne, Vanessa Inzaghi, est elle aussi une fan de Faurisson, qu’elle a rencontré à plusieurs reprises.

De gauche à droite : John Balder, la suisse Vanessa Inzaghi de Résistance helvétique, Hervé Ryssen et Kevin Licata.

De gauche à droite : John Balder, la suisse Vanessa Inzaghi de Résistance helvétique, Hervé Ryssen et Kevin Licata.

Vanessa Inzaghi et son ami Faurisson.

Sur la photo également, Jean Lamour, discret militant de l’ex-Œuvre française, au sein de laquelle il se chargeait de l’anti-antifascisme virtuel : il aurait même cherché, mais en vain, à identifier les animateurs de la Horde… Désolé Jeannot, tu ne sais pas qui on est, mais toi on te connait !

Derrière la caméra, pour filmer ses copains, on trouve Victor Diaz de Vivar, alias Victor Lenta : passé par le Bloc Identitaire de Toulouse au début des années 2010, et logiquement s’engageant dans l’Oustal [24] le local des Identitaires sur cette ville à cette époque, Lanta rejoint durant l’été 2012 le Lys Noir de Rodolphe Crevelle [25]. En septembre 2012, sans même avertir personne et laissant une ardoise à l’Oustal, Victor quitte le Bloc et prend la tête des Jeunesses Nationalistes [26].

Victor Lanta protégeant ses militants lors d’une action des Jeunesses nationalistes en 2013.

Victor Lanta protégeant ses militants lors d’une action des Jeunesses nationalistes en 2013.

En 2014, il lance le mouvement “Unité Continentale”, qui voulait regrouper des volontaires français pour combattre aux cotés des pro-Poutine dans le Donbass. Il part donc en Ukraine et au bout de 3 mois ils ne sont qu’une petite dizaine dont 3-4 français.

On avait récemment parlé de lui à propos d’une conférence sur la Russie où il était intervenant sous le pseudo de Victor Alfonso [29], et à laquelle était également invité Djordje Kuzmanovic, le conseiller pro-Poutine de Mélenchon.

Quand les antisémites tentent de récupérer le mouvement citoyen

On imagine bien que les quelques dizaines de “gilets jaunes” qui suivaient les sinistres personnages ci-dessus samedi dernier ne partagent pas forcément leur antisémitisme, ni même ont la moindre idée de qui ils étaient. Et c’est bien le problème : car quand on ne sait pas vraiment où on va, on risque bien de suivre n’importe qui, et la petite expérience activiste de certains des militants cités pourraient bien suffire à en faire des leaders…

Alors que les “gilets jaunes” se sont donnés rendez-vous à Paris le week-end prochain, Jamet et ses amis ont d’ors et déjà annoncé qu’ils seront de la partie : maintenant que leur parcours politique est connu, espérons davantage de discernement parmi celles et ceux qui voudront exprimer leur “ras-le-bol” le week-end prochain.

Source

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Gilets jaunes : une brochette d’antisémites notoires et de fans de Dieudonné et de Faurisson sur les Champs Elysées

    1. esther

      Ce sont des vermines et des rats antisémites de droite ET de gauche qui veulent mettre le bordel donc, qui s’imposent (dans le but de faire leur Com) comme des puces et des cafards qu’ils sont, dans toutes sortes de manifestations comme des cafards et des puces peuvent s’imposer dans des maisons, par ailleurs, bien entretenues : c’est certain et primordial qu’il faut les en éjecter à coups de Baygon, cependant, il est hasardeux de réduire 300000 personnes à une dizaine de merde anti-juive.
      Dans ces gilets jaunes, il y a des retraités qui vivent avec 500 euros par mois, des chômeurs en fin de droit, des mamans seules avec un travail à mi-temps au SMIC pour élever deux ou trois enfants, des Smicards avec un loyer de 600 euros, etc…et ces gens-là ne peuvent supporter une augmentation du prix du carburant de 2 ou de 6 centimes d’euros.
      Je suis juive pro-israëlienne mais je n’ai jamais, jamais oublié mon passé de petite fille miséreuse et d’adolescente pauvre et je serai toujours à côté des classes populaires et moyennes. Ces gilets jaunes, dans leur grande majorité, ne connaissent pas ces étrons antisémites, par contre, l’Etat français connait très très bien qui ils sont depuis des décennies et les laisse agir comme bon leur semble, donc c’est l’Etat français qui EST BIEN PLUS COUPABLE QUE LE PEUPLE. Cet Etat ne fait rien et laisse circuler ces ordures librement et se greffer dans toutes sortes de manifestations puis accuse le peuple du fait même que ces bêtes immondes soient présentes : l’Etat qui, lui, a tout pouvoir et qui n’empêche rien depuis 50 ans, se fout vraiment des français.

    2. Maurice

      Esther, merci pour ce rappel !

      Quant à ces ordures, ils finiront comme ils ont vécus !

      Et le terme « merde » n’est que trop honorifique pour les désigner !!

    3. Bentata

      Votre commentaire Esther est bien meilleur et plus pertinent que la Prétendue analyse de l’auteur de cet article qui ne vise en réalité qu’a Discréditer le mouvement des GJ et à soutenir les voyous qui nous gouvernent .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *