toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Des militants de la gauche antisémite menacent les membres de la LICRA-Tunisie


Des militants de la gauche antisémite menacent les membres de la LICRA-Tunisie

Aussitôt que La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) a ouvert son nouveau bureau à Tunis, ce samedi 10 novembre, que ses membres font déjà l’objet de menaces de la part des activistes extrémistes de la gauche tunisienne antisémite et des ONG anti-israéliennes.

Le site officiel de LICRA en France a été obligé de retirer l’annonce publiée en ligne de l’ouverture  du bureau regional à Tunis pour calmer les agitations et les hurlements des activistes de La Campagne tunisienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (TACBI) et L’Instance nationale de soutien à la résistance arabe, à la lutte contre la nominalisation et le sionisme (INSRA).

L’annonce de la LICRA a été supprimée sur instruction du président du bureau tunisien de la LICRA, Achref Sallami.

Loading...

L’INSRA a alors publié les noms de tous membres de LICRA Tunisie pour les stigmatisés sur la place publique.

Les activistes pro-palestiniens reprochent à la LICRA « son engagement sioniste et son soutien inconditionnel d’Israël, sous couvert de lutte contre l’antisémitisme . »  

Les activistes pour le boycott d’Israël en Tunisie, tous des panarabistes antisionistes, des nationalistes racistes judéophobes et des gauchistes stalinistes recyclés, voient dans le débarquement de la LICRA  dans leur pays  une menace potentielle et une implication sioniste.

LICRA est dotée d’un statut consultatif auprès des Nations Unies et d’un statut participatif auprès du Conseil de l’Europe. Elle est donc une organisation très respectée au niveau mondial et européen  qui sera capable donc de rapporter et documenter, à un niveau international très élevé,  toutes les violations des droites des minorités en Tunisie, surtout les discriminations systématiques contre les juifs locaux.

Les activistes antijuifs, nombreux en Tunisie notamment dans le rang des avocats et les syndicalistes de la TACBI ou la l’INSRA, pourraient être listés et classés  dans une liste noire du Parlement européen.

La LICRA,  qui a une grande  expertise en Europe dans la lutte contre l’antisémitisme, va fournir tout son savoir faire à LICRA-Tunisie, pour documenter dans  des rapports détaillés  sur tous les  phénomènes et incidents haineux contre les juifs en Tunisie liés aux activités de ces ONG anti-israéliennes.

Learn Hebrew online

Des rapports seront rédigés  annuellement  par madame Corinne Lahmi qui est membre d’honneur et  coordinatrice et fondatrice de la LICRA Tunisie. Ces rapports seront transmis ensuite au coordinateur de la Commission du Parlement européen, chargé de la lutte contre l’antisémitisme (en fonction depuis décembre 2015).

La LICRA fournira aussi des statistiques annuelles sur l’antisémitisme en Tunisie à  l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA).

Considérant que le nombre d’actes antisémites commis en Tunisie, qui a fortement augmenté ces dernières années, la LICRA va aider le gouvernement tunisien à prendre des mesures ciblées qui, une fois mises en place, contribueront à prévenir contre l’antisémitisme.

Loading...

Maitre Belhassen Ennouri, responsable de la commission juridique de LICRA Tunisie, s’occupera des mesures qui seront adoptées pour la lutte contre l’antisémitisme et les droits, le soutien et la protection des victimes.

LICRA estime que la prévention des attaques violentes et terroristes ciblant des membres de la communauté juive perpétrées ces dernières années dans plusieurs pays requiert une mobilisation mondial, surtout de la part des pays qui  se veulent démocratique et qui reçoivent en plus des fonds européens comme la Tunisie.

Vu aussi la responsabilité première  de la Tunisie pour la sécurité et la sûreté de tous les citoyens, et, partant, de sa  responsabilité première pour la surveillance et la prévention de la violence, y compris la violence antisémite, et pour la poursuite des auteurs, le gouvernement tunisien a accepté la demande européenne de l’ouverture du bureau regional de LICRA à Tunis.

LICRA considère que la lutte contre l’antisémitisme est une responsabilité de la société  tunisienne dans son ensemble.  Elle  va donc souligner  au gouvernement tunisien que les discours de haine et toutes les formes de violence à l’égard des citoyens juifs tunisiens sont incompatibles avec les valeurs de la nouvelle Constitution tunisienne et aussi les valeurs européennes.

Les Juifs tunisiens autorisés dorénavant à saisir la justice israélienne pour obtenir des réparations

Étant donné que la branche tunisienne de LICRA est incapable actuellement de demander des réparations au civil pour les victimes de l’antisémitisme devant les tribunaux tunisiens, les Juifs tunisiens auront la possibilité  dorénavant de se diriger vers la justice israélienne pour obtenir des réparations grâce à une nouvelle jurisprudence.

Dans le cadre d’un procès concernant un attentat terroriste datant des années 80, un juge du tribunal de district de Jérusalem a pris une décision sans précédent, autorisant tout Juif, quelle que soit sa nationalité, ayant été blessé parce qu’il était juif, de mener une action en justice pour obtenir des réparations devant un tribunal israélien.

Le juge Moshé Drori a validé cette décision, le 8 novembre 2018, suite à la plainte de deux juives américaines, ayant été retenues en otage par des terroristes de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) lors de l’assaut du navire de croisière italien « Achille Lauro », en 1985.

« Les membres de la nation juive sont régulièrement visés en raison de leur ascendance juive, et c’est pourquoi Israël doit œuvrer pour assurer leur sécurité« , a écrit le juge dans sa décision.

La décision du juge Drori est fondée notamment sur la nouvelle loi sur l’Etat-Nation adoptée en juillet dernier par le Parlement israélien.  Le juge a pris cette décision après la plainte de 2 juives américaines, otages sur le « Achille Lauro », en 1985.

Selon le juge, Israël en tant qu’État-nation du peuple juif, est responsable du bien-être de ses citoyens et des personnes d’origine juive touchées par le conflit israélo-palestinien et l’antisémitisme partout dans le monde.

L’action en responsabilité contre le navire Achille Lauro avait été déposée en 2000 au nom de ces deux femmes qui avaient été enlevées et retenues captives par des terroristes de l’OLP.  Le navire avait regagné Alexandrie et, après deux jours de négociations, les terroristes avaient accepté d’abandonner le navire et d’être transférés vers la Tunisie à bord d’un avion égyptien.

Mais les deux femmes juives sont décédées depuis et la réclamation a été présentée au nom de leur succession par l’organisation de defense des droits Shurat Hadin auprès du tribunal de Jérusalem.

« La décision de Drori prouve que même après 33 ans, l’Etat d’Israël a la responsabilité de traquer de ceux qui veulent s’en prendre à lui et qu’il traduira en justice les persécuteurs des Juifs dans le monde entier« , a déclaré l’avocat Nitsana Darshan-Leitner, fondateur de Shurat HaDin.

La gauche tunisienne responsable du regain de l’antisémitisme en Tunisie 

L’ouverture de la branche tunisienne de la LICRA coincide avec la date anniversaire des 9 et 10 novembre 1938, qui  marque le passage de la discrimination des juifs à leur persécution puis leur extermination par les nazis en Europe.

L’Europe  commémore cette semaine, 80 ans après, la « Nuit de cristal », ces pogroms, meurtres, arrestations et saccages annonciateurs de l’extermination des Juifs par la hiérarchie nazie en Allemagne. Plus de 1.400 lieux de culte ont incendiés dans toute l’Allemagne, des magasins tenus par des Juifs saccagés et pillés, au moins 91 personnes tuées et des milliers déportées entre le 10 et le 10 novembre 1938 (1).

Cette commémoration en Europe, intervient dans un contexte trouble aujourd’hui pour les juifs tunisiens. Il y a tout juste un an une tentative d’incendie de deux synagogues au sud de la Tunisie,  a eu à Djerba, celles du rabbin Abraham et du rabbin Beitsalel.

Le 10 janvier 2018, des cocktails Molotov auraient été lancés sur les bâtiments en question par des militants du Front Populaire, une coalition de gauche nationaliste anti-israélienne. Les auteurs de cet acte seraient venus en MOTO devant la synagogue et auraient lancé des cocktails Molotov, dans le but de déclencher un incendie.

D’après les enregistrements des caméras de surveillance, deux personnes sur une moto auraient jeté deux cocktails Molotov en direction du lieu de culte. La justice tunisienne les a libéré en espace de quelques jours sous la pression du Front populaire, un parti de gauche extrémiste et anti-israélien.

L’Association tunisienne de soutien aux minorités (ATSM) avait condamné cet incident considérant son aspect antisémite, et porteur de haine, et mettant en garde contre ce genre d’agissements ayant une connotation haineuse et discriminatoire, utilisant de surcroît la politique de la terreur.

Dans son communiqué, l’association avait appelé toutes les composantes de la société civile en Tunisie  ainsi que les partis politiques à condamner fermement ces violences qui menacent des citoyens tunisiens, juifs et chrétiens. Elle avait considéré également que l’utilisation de cocktails Molotov indique des intentions terroristes préméditées, estimant que les minorités religieuses ont grand besoin de protection et de soutien en Tunisie.

De nombreuses manifestations sont organisées chaque jour au nom des Palestiniens, par des extrémistes laïques de gauche ( pas des islamistes). La violence des slogans antisémites  dans ces manifestations sont une réalité infamante pour un pays qui se veut tolérant comme la Tunisie. «

Ce Dimanche, 11 novembre 2018, une nouvelle manifestation antisémite a été organisée  à la capitale Tunis par les militants extrémises de la gauche laïque contre la  nomination de René Trabelsi, un juif de Djerba, au gouvernement.

L’Instance nationale de soutien à la résistance arabe, à la lutte contre la nominalisation et le sionisme a annoncé une mobilisation générale pour empêcher la nomination de René Trabelsi au poste de ministre du tourisme et des industries traditionnelles au sein du nouveau gouvernement tunisien.

Une affiche de haine antisémite contre le futur ministre juif du tourisme, distribuée par les mouvements de Gauche Tunisienne.

Ici encore les  slogans apparaissent  de cette minorité d’extrémistes dont les références historiques et les opinions tournent le dos à l’histoire douloureuse de la Shoah, à la démocratie et aux valeurs de tolérance qui font la grandeur de tout pays. Cette manifestation a agrégé  dans la même haine antijuive et intégriste qui est renforcée par la composante radicale de l’antisémitisme arabe.

Aujourd’hui, nous voyons à nouveau la propagation des slogans antijuifs en Tunisie et la radicalisation des discours envers Israël. Une forme d’antisémitisme nouvelle cette fois encouragé par les activistes laïques de la gauche tunisienne.  L’inquiétude ne cesse donc de grandir au sein de la communauté juive tunisienne.

Aujourd’hui nous sommes frappé  par la ressemblance entre la situation actuelle en Tunisie avec ces discours radicaux des militants de la gauche et le repli arabo-nationaliste et celle des années 1930 en Allemagne avec les militants nazis.

Regardez comme en sept ans la situation a évolué en Tunisie. En novembre 2018, nous ne sommes pas au bord du précipice d’une Nuit de Cristal à la tunisienne, mais il est de notre devoir d’empêcher que de telles atrocités se produisent sur le sol de ce pays qui accueille encore 1238 juifs.

Les organisateurs   de cette haine antijuive, ayant semé le vent de la haine, ne pouvaient que récolter la tempête de la violence en fin de cortège. La LICRA-Tunis va œuvrer dans les prochaines années  pour que tous les coupables de ce déferlement de haine antisémite soient lourdement sanctionnés.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 (1) Le signal a été donné par Joseph Goebbels, ministre de la Propagande, et les destructions exécutées par des SS, SA, Jeunesses hitlériennes.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Des militants de la gauche antisémite menacent les membres de la LICRA-Tunisie

    1. Cyrano

      Un sage a dit :— Plus je connais les hommes, plus j’aime mes chiens —
      Et moi je continue de dire :– Plus je connais les antisémites, plus je m’en méfie–

    2. Robert Davis

      Voila une leçon pour la gauche européenne qui considérait que le départ de Ben Ali de Tunisie représentait une avancée qu’ils nommaient… »le printemps arabe »!!! En fait plus ces chiens d’arabes impérialistes du maghréb par opposition aux kabyles, les maghrébins d’origine sont libérés de leurs dictateurs plus ils en profitent pour piétiner la démocratie qu’ils ne méritent. Vivement un nouveau Ben Ali en tunisie de m.

    3. haithem

      Prière de mettre les rectifications suivantes dans un prochain article :
      1- Les arabes ne peuvent pas être anti-sémites puisque les arabes sont des sémites et descendants de peuples sémites.
      2- Donc les arabes et les israéliens ont un lien de parenté puisqu’ils sont tous les deux des peuples sémites (les éthiopiens aussi).
      3- Les nord-africains ont des origines dits « amazighs » (berbères et non barbares). Puisqu’ils se sont mélangés aux arabes donc ils sont quelques part sémites aussi.
      4- Israel n’est donc pas le seul pays sémite.
      5- Il est donc absurde de traiter les arabes d’antisémites.
      6- Il faut faire la différence entre deux peuples sémites qui se font la guerre et une guerre entre un peuple sémite et un autre qui ne l’est pas. Exemple : la guerre d’Hitler contre les juifs est antisémite. Mais la guerre entre certains arabes et israel n’est pas une guerre antisémite. C’est une guerre où deux peuples sémites s’affrontent.
      7- Ce ne sont pas tous les arabes qui sont contre israel. Exemple : une grande partie des dits « maghrébins » (à savoir la Tunisie, le Maroc, la Lybie, l’Algérie, et la Moritanie) sont contre les arabes.
      8- Ce retournement de situation est dû à plusieurs faits réels. Exemples : a) certains tunisiens qui ont souffert de la présence de palestiniens en Tunisie durant les années 7 et 80. b) Plusieurs dits « maghrébins » considèrent qu’ils sont des peuples amazighs et non arabes. Surtout en Tunisie, Algérie et au Maroc, la nouvelle génération se soulève contre la dite « identité arabe » en faveur d’un retours aux origines (identité amazigh).
      9- La vraie lutte aujourd’hui en Tunisie, et puisqu’on parle de la Tunisie dans l’article est la suivante : C’est la lutte d’une génération pro amazigh et anti-culture arabe, qui est très moderne; contre une partie de la population qui reste très traditionnelle et renfermée.
      10- Donc si vous voulez que le problème palestine-israel n’est plus de place en nord afrique (notamment la Tunisie), il faut bien que cette nouvelle génération qui se détache des arabes gagne la guerre culturelle.
      11- Enfin, n’oubliez jamais qu’en Tunisie il y a toujours eu des juifs, des chrétiens et des athéistes qui vivent en harmonie avec des musulmans. Les juifs ont même précédé les musulmans sur les terres tunisiennes. On n’observe les actes raciaux qu’en périodes où la culture panarabique du moyen orient prend de l’ampleur dans des moments précis (guerre du golf par exemple). Elle vient durant ces phases ponctuelles raviver la flamme de certaines personnes au nord afrique. A part ces moments, tout est calme.

    4. haithem

      Et pour votre information, personnellement je ne suis pas anti-juifs, puisqu’on doit le respect à toutes les religions (quelles soient monothéistes ou autres) et à toutes les philosophies (du moment où elles n’est pas basées sur des idéologies racistes et discriminatives). En même temps je fais partie de cette nouvelle génération nord africaine qui prône la culture amazighe, et qui considère que la colonisation arabe du nord afrique a duré trop longtemps.

    5. Robert Davis

      haithem :merci pour votre long discours pour enfoncer des portes ouvertes! Vous croyez vraiment nous apprendre que les arabes sont des sémites? un million de mots pour dire que..l’été il fait chaud, l’hiver il fait froid! antisémite est le mot consacré pour anti juifs vous ne saviez pas ça? quant au fait que tous les pays maghrébins ne sont pas aussi merdiques que la tunisie on le savait aussi, mais il faut quand même taper dans le tas car ils ne sont pas aussi bons que vous croyez!

    6. Robert Davis

      Quant à l’autre « argument » concernant les 1.200 juifs de tunisie si chaque fois qu’il y a 1 juif dans un pays il fallait se taire et se coucher on ne pourrait pas défendre les autres…20 millions de juifs du monde. Avant d’écrire réfléchissez un peu.

    7. Robert Davis

      haithem : je ne savais pas que vous etes amazighe donc kabyle. Dans ce cas ma critique est un peu forte mais il faut comprendre que la politique est un bras de fer continuel, il ne faut pas faiblir et vous le savez bien, les arabes c’est de l’archi m. des impérialistes qui méritent le PIRE.

    8. Cyrano

      Right or wrong it is my country. N’en déplaise à Mr Haithem, il est vrai quand il pleut on est mouillé. Toujours est-il que les muz on un bobo à la téteueeee à vouloir faire chier tout le monde. Il n’y a qu’à regarder une mappemonde; il n’y a pas un pays ou les mus ne sont pas en guerre contre leurs voisins ou leur propre peuple, cherchez l’erreur.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *