toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Allemagne : un ancien garde du camp nazi de Stutthof, en Pologne est jugé à 94 ans


Allemagne : un ancien garde du camp nazi de Stutthof, en Pologne est jugé à 94 ans

Un allemand de 94 ans est devant la justice pour complicité de centaines de meurtres lorsqu’il était garde dans le camp nazi de Stutthof, en Pologne. Jugé en tant que mineur, il encourt jusqu’à 15 ans de prison.

Un ancien garde du camp nazi de Stutthof, en Pologne, est devant la justice allemande depuis mardi matin pour complicité de plusieurs centaines de meurtres. Aujourd’hui âgé de 94 ans, cet allemand établi et jugé à Münster, a servi entre juin 1942 et septembre 1944 dans ce camp situé à quarante kilomètres de Gdansk. Âgé de 18 et 20 ans au moment des faits, il est jugé en tant que mineur. Lors de la première journée d’audience, l’accusé n’a pu retenir ses larmes après deux premiers témoignages de descendants de victimes du camp. Une survivante du camp, Marga Griesbach, a ainsi raconté comment elle a vu son frère de six ans pour la dernière fois à Stutthof, avant son transfert au camp d’extermination d’Auschwitz où il mourut gazé.

Le parquet n’a pas divulgué son identité mais selon le quotidien allemand Die Welt, il s’agit d’un paysagiste à la retraite prénommé Johann. Il est arrivé devant la cour en fauteuil roulant, un bob sur la tête et une canne à la main mais ne s’est pas exprimé. Face à lui, 17 parties civiles. Les 14 audiences prévues jusqu’à janvier seront limitées à deux heures chacune afin de ménager le nonagénaire. Une seconde audience aura lieu jeudi. À l’origine, un second ex-garde SS de 93 ans aurait dû comparaître mais son aptitude fait encore l’objet d’expertises. L’accusé encourt un maximum de 15 ans de prison mais une peine aussi lourde est peu probable. Selon l’accusation, l’accusé en ayant connaissance des exactions commises dans le camp s’est rendu complice de centaines de meurtres. Selon Die Welt, le nonagénaire a nié devant la police en août 2017 avoir su que des atrocités étaient commises, affirmant notamment que les soldats souffraient aussi du manque de nourriture.

«Je suis très reconnaissant de la tenue de ce procès, personne dans ma famille n’a cru que des poursuites étaient possibles. Pour moi qui suis de la troisième génération c’est très important», s’est félicité Ben Cohen, petit-fils d’une déportée rescapée du camp, Judy Meisel. À Stutthof, premier camp de concentration établi en dehors du territoire allemand fin 1939, 65.000 personnes sur les quelque 110.000 déportés périrent. Gardé par des SS et des auxiliaires ukrainiens, il a d’abord servi à la détention de prisonniers de guerre et opposants polonais, norvégiens ou danois avant que des Juifs des pays baltes et de Pologne, essentiellement des femmes, y soient déportés à partir de 1944 dans le cadre de la «solution finale» nazie.

La justice allemande critiquée

La justice allemande reste critiquée pour son traitement tardif des crimes du IIIe Reich car ce n’est que ces dernières années que l’Allemagne a condamné plusieurs anciens SS pour complicité de meurtres: John Demjanjuk, Reinhold Hanning et Hubert Zafke. En effet, depuis 2011, une jurisprudence permet des poursuites pour «complicité de meurtre» contre ceux qui ont participé au fonctionnement d’un camp. Jusqu’alors, seuls les suspects directement impliqués dans les assassinats pouvaient être poursuivis. Tous les accusés, très âgés lors de leur condamnation, occupaient des positions subalternes pendant la guerre. Et aucun n’est allé en prison grâce à des recours ou en raison de leur état de santé. En mars, Oskar Gröning, surnommé le «comptable d’Auschwitz» est mort à 96 ans peu avant son incarcération après une condamnation à quatre ans de détention.

Le procès qui s’est ouvert ce mardi est donc «un geste pour dire ‘plus jamais ça’», considère l’historien spécialiste du nazisme Peter Schöttler, «si on laissait passer cette affaire, on aurait toujours une excuse pour en laisser passer une autre». «Pour les proches et les victimes des crimes du national-socialisme, l’Allemagne se doit d’enquêter encore aujourd’hui sur ces faits et de poursuivre ces délits», martèle le procureur Brendel.

Source

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Allemagne : un ancien garde du camp nazi de Stutthof, en Pologne est jugé à 94 ans

    1. DAN

      Immanquablement on continuera a entendre que Dieu nous récompensera de long jour a vivre pour nous gratifier de nos bonnes actions et que de manger casher nous assurera aussi ces longs jours de vie…
      Presque tous les dignitaires nazi sont morts a plus de 90 ans !
      Vive les Massortis !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *