toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

[Video] « La plume dans la plaie », quatre élèves journalistes dévoilent l’islamisation de la France à contre coeur


[Video] « La plume dans la plaie », quatre élèves journalistes dévoilent l’islamisation de la France à contre coeur

Un documentaire ahurissant. Deux journalistes professionnels Davet et Lhomme du journal Le Monde, décident d’engager 4 élèves journalistes pour vérifier la réalité de l’islamisation.

Introduction de Olivier Lequeux.

« Il faut voir le documentaire « La plume dans la plaie » de Stéphane Jobert, qui passe actuellement sur La Chaine Parlementaire (prochaine diffusion dimanche soir). Il faut le voir pour comprendre à quel point la pensée est aujourd’hui frappée d’interdit.

Il s’agit de l’élaboration du livre des journalistes Davet et Lhomme : « Inch’allah », sur l’islamisation de la Seine-Saint-Denis.
On assiste en quelque sorte au « tutorat » des quatre apprentis journalistes choisis pour mener l’enquête et rédiger l’ouvrage.

Au cours de ce tutorat, pendant lequel Davet et Lhomme n’épargnent pas leurs élèves et tentent de leur enseigner un certain art de l’objectivité journalistique, une étape est particulièrement symptomatique.

Arrivés au point où ils ont déjà compilé une masse assez importante d’informations « sensibles », en allant sur le terrain (révélation pour eux, car ils se seraient volontiers contenté d’investiguer le monde virtuel), ils montrent soudainement des signes étranges, non pas de révolte pure, mais je dirais de malaise intérieur, de dépression et d’abandonnement.

Ils ont vu très vite que « l’islamisation » était tout sauf un mythe et que certains quartiers, certaines institutions étaient tout bonnement gangrenés par ce phénomène – il faut dire que ça saute aux yeux, quand on essaie de les ouvrir même quelques jours, quelques heures. Eux-mêmes, qui se croyaient très ouverts, très tolérants, ne peuvent qu’admettre ce que des millions de Français voient tous les jours : « Il y a un problème avec l’islam ».

Et ce constat les gêne, les plonge dans la morosité : ils sentent que, malgré toutes leurs bonnes intentions, ils n’échapperont pas au soupçon d’islamophobie, du seul fait qu’ils rendront compte du réel. Ils sont transis d’angoisse, indisposés, tristes : ça passe mal.

Une jeune étudiante exprime son inconfort ; mais elle ne dit pas la vérité, elle prétend ne pas savoir où va l’enquête, elle se plaint faussement de l’étendue de la tâche et de son imprécision. En réalité, bien sûr, elle voudrait ne pas devoir dire ce qu’elle a vu et entendu, elle aimerait dire autre chose, changer de sujet, tant celui-ci est délicat et décevant. Sa collègue le dit plus tard : elle a peur de participer à l’islamophobie rampante, de nourrir les « fantasmes », s’imposant déjà comme principe anti-déontologique de ne pas montrer une vue trop négative de l’islam, fût-elle rigoureusement exacte. Le sens de l’exactitude, pour elle, ne saurait aller contre le devoir de sauver l’islam.

Les deux garçons, liquéfiés, châtrés, prennent la tangente et rendent leurs travaux en retard. Ils préfèrent battre la campagne, espérant qu’un miracle va les sortir de ce bourbier.

Comme les vieux journalistes du Monde les houspillent et leur mettent si je puis dire le nez dans les faits, tous finiront par se mettre au travail et rendront cette copie qui dévoile cette fameuse « islamisation » connue depuis environ trente ans.

Ce moment de doute est le plus fascinant du reportage : on y voit parfaitement l’effet de la propagande sur ces jeunes gens, la domestication de leur pensée, le conditionnement de leur réflexes moraux et cognitifs.

Ils ne peuvent plus penser, ils ne peuvent plus voir, ils ne peuvent plus affronter la réalité ; et quand ils essaient de le faire, ils sont pris d’un malaise incontrôlable, un peu comme le héros d' »Orange mécanique », à la fin de sa cure rédemptrice, secoué par des nausées violentes dès qu’il s’apprête à retomber dans ses turpitudes. »

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

Nous soutenir





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “[Video] « La plume dans la plaie », quatre élèves journalistes dévoilent l’islamisation de la France à contre coeur

    1. rachel

      ces journalistes pas tres courageux se sont servis de ces jeunes etudiants pour denoncer une islamisation de la france. sinon la pseudo islamophobie n a jamais fait de mal a personne mais je comprends leur peur face a l islam mafia

    2. rachel

      je comprends leur apprehension, ca fait + de 20 ans qu on leur dit l islam est amour et paix, ca fait 20 ans qu on leurs dit, faut pas critiquer l islam sous peine d etre poursuivi d islamophobie, pas le droit de blasphemer le prophete sous peine d assassinat de journalistes, si l etat n en avait pas fait un sujet tabou, ces etudiants n auraient pas eu peur d en parler comme toutes les religions. Les vrais journalistes experimentes devraient se poser les vraies questions, pourquoi les personnes agees de religion musulmane ont super peur du retour des islamistes et pas la jeunesse musulmane francaise, bonjour la passation et la transmission du flambeau et 2eme question a poser, veulent ils convertir les chretiens, juifs, athes a l islam ? la vraie question, ce n est pas qu on empeche les musulmans de pratiquer leur religion, la vraie question est, c est qu ils nous empechent de pratiquer la notre ou d entraver nos libertes en resume, si ces etudiants avaient faire une enquete sur le quartier chinois dans le 13eme qui n a jamais emmerde personne, ils auraient ete plus détente !
      ps, si vous voulez voir la face cachee de l islam, infiltrez vous comme le journaliste israelien, qui a pris des vrais risques, en entrant dans le milieu des radicaux qui font leur loi, maintenant aux 2 journalistes du monde, a quand un vrai article sur Israel, continuez de former vos etudiants journalistes, sur les vrais faits, hein ? moi j ai pas facebook, faites suivre svp

    3. Robert Davis

      La gauche au pouvoir est responsable de l’islamisation, de sa pr et de la lobotisation des cerveaux.Le seul moyen de la combattre est par les armes, on ne peut pas compter sur un micron qui refuse même de nommer les musulmans et attaque tous ceux qui le font micron est l’ennemi N° 1 de la France et le propagateur de l’islam N° 1

    4. esther

      Ces quatre apprentis journalistes découvrent ce que bon nombre de français lucides et éclairés savent depuis TRENTE ANS ET PLUS : on dit souvent fils de cons; moi, je trouve qu’on devrait dire parents de cons.
      Quand à Lhomme et à Davet, journaleux de l’Immonde,ce sont des sans roustons, des sans coucougnettes, des castrés, des émasculés, des LACHES quoi.

      PS : Un jour, la meute musulmane de Seine-Saint-Denis, fondra sur la capitale à 10 mn de métro et 20 de RER et brûlera Paris.
      J’ai des amis dans le nord de Paris en 1987 : ils avaient un fils de 6 ans et une fille de 2 ans et la Seine-Saint-Denis était déjà en voie d’islamisation. Ils se sont barrés de la capitale quand leur fils avait 10 ans et leur fille 6 : ils ne voulaient surtout pas que leur fils, puis leur fille aillent dans un collège public même du nord de Paris et ils n’avaient pas les moyens pour les envoyer dans un collège privé. Nous venons de fêter les sept ans de leur premier petit-fils dans une petite ville du Sud-Ouest côté Atlantique où la vie est encore tranquille et ils constatent que tout s’est encore un peu plus dégradé du côté de la capitale : vous dire qu’ils ne regrettent rien de la vie parisienne, c’est peu dire.

    5. esther

      …J’ai des amis qui habitaient dans le nord de Paris en 1987…
      Et de 1987 à 2018, l’Etat français n’a RIEN FAIT; la droite, la gauche et maintenant la macronie ne FONT RIEN depuis Giscard. Ce n’est plus les politiques qui tiennent les commandes depuis longtemps mais bien les islamistes.
      A part de construire un stade de soccer, un sport qui n’en est pas un, à Saint-Denis qui a coûté un pognon de dingues aux contribuables français, tout a été laissé en friche et c’est devenu une forêt de ronces.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *