toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Sur BFM TV, Zemmour est le mauvais élève face au « bon » historien. Sur les plateaux, certains sont un peu plus égaux…


Sur BFM TV, Zemmour est le mauvais élève face au « bon » historien. Sur les plateaux, certains sont un peu plus égaux…

Sur BFM TV, Nathalie Lévy avait convié, le 23 octobre, Patrick Weil et Eric Zemmour à débattre. Pour une fois, une émission semblait inviter ce dernier à discuter et non pas à se défendre. Mais ce n’était qu’une apparence…


« Nous avons choisi de proposer pendant une heure cette confrontation d’idées, en prenant le temps, en allant au fond des choses », annonce Nathalie Lévy.

Pour une fois, Eric Zemmour n’était pas sommé de rendre des comptes sur tel texte ou propos jugé « choquant ». Il était invité à débattre et l’on n’avait pas mis en face de lui un éditorialiste ou un lobbyiste excité, mais un historien.

Les apparences de l’équité

Sachons nous réjouir. Cette émission semblait témoigner d’une volonté réelle, de la part de la chaîne, de donner la parole à Eric Zemmour sur des sujets qu’on ne lui offre pas souvent l’occasion d’aborder (si la seconde partie de l’émission parlait plus spécifiquement d’immigration, la première demi-heure abordait des points d’histoire: Napoléon, Guerre de 70, Clemenceau, Pétain/de Gaulle). Il faut même clairement reconnaître qu’avant cette émission, nous ne savions à peu près rien du contenu de son livre, alors qu’il en assure la promo depuis déjà plusieurs semaines. Seulement, les médias ont pris l’habitude d’interroger Zemmour sur Zemmour (c’est-à-dire sur la caricature qu’ils ont eux-mêmes construite) et non sur son livre.

Cette émission semblait également témoigner d’une volonté de reconnaître à Zemmour le statut d’intellectuel (et pas seulement de « polémiste »), non point en soutenant ses idées mais en le mettant sur le même plan de respectabilité que son interlocuteur. En apparence du moins…

Comme un malaise

Bien sûr, on peut critiquer cette émission.  On peut le faire d’une manière parfaitement dégueulasse (comme ici) :

Le commentaire, en-dessous de l’image, suggère très explicitement que « juifs » et « Français » sont deux catégories distinctes et non miscibles…

Je renverrai ces gens à un passage du livre d’Eric Zemmour qui explique par quel mouvement historique les Juifs se sont retrouvés à ce point présents dans les professions intellectuelles et le monde de l’argent (et par suite, pourrait-on ajouter, dans la sphère médiatique) :

« Depuis la destruction du temple de Jérusalem, en 70, les juifs ont modifié leur culte, troquant leurs anciens rites sacrificiels pour l’étude et le commentaire de la Torah. Chaque juif a appris à lire pour connaître le texte sacré. Ils sont instruits quand les autres ne le sont pas. Ils sont les seuls à pouvoir rivaliser avec la science livresque des clercs qui impressionne tant leurs ouailles. A oser discuter une parole divine que les chrétiens reçoivent de la hiérarchie ecclésiale sans pouvoir la contester. Si on en croit le travail remarquable de l’historienne italienne Maristella Botticini et de l’économiste israélien Zvi Eckstein, dans leur livre The Chosen Few (Les Quelques élus), cet atout majeur a changé le destin des minorités juives en Europe : beaucoup d’entre eux ont abandonné le travail des champs pour le commerce, la médecine ou la finance. Ils ont voyagé et se sont organisés en réseaux. Ils en ont tiré une rémunération bien supérieure, mais ont suscité la haine inexpiable de leurs créanciers. » (Destin français, p. 83)

Je me permettrai d’ajouter (mais c’est très personnel) que s’il y a un archétype assez répandu qui me sort par les yeux, c’est bien celui du catho-fric qui bosse dans la banque ou pour une compagnie d’assurance et qui se permet de critiquer les Juifs à longueur de conversations, alors qu’il éprouve manifestement vis-à-vis d’eux une forme de désir mimétique. Et qui me reproche d’écrire dans Causeur. Et qui m’explique qu’ « on ne peut pas prétendre faire une vraie critique des médias si on ne commence pas par dire qu’il y a un problème juif ».

Le simple fait qu’un débat sur l’identité française puisse opposer un Zemmour et un Weil n’est-il pas la preuve qu’il n’y a pas de problème juif ? A ceux qui, comme sur le site précité, prétendent que Zemmour est « au service de sa race » et que son rôle est de saper notre moral pour nous tétaniser face au Grand Remplacement et nous rendre incapables d’y résister (ce qu’il faut pas entendre…), je rappellerai que la taqiya ne figure pas dans la loi hébraïque.

Cela étant dit, l’émission présentait tout de même un gros défaut de méthode.

Le tribunal médiatique… en plus subtil

C’est Patrick Weil qui reproche à Zemmour un « défaut de méthode » : Zemmour, dit-il, n’a pas procédé en bon historien.

La supercherie se révèle nettement: si l’on a placé Zemmour face à un historien, ce n’est pas pour le valoriser, c’est pour le rabaisser. On l’a mis face à un vrai historien pour faire apparaître, espère-t-on, son côté amateur. On a voulu le mettre dans la situation de l’élève face au professeur. Ce dernier le reprend systématiquement sur…

>>> Lisez la suite de l’article sur le blog d’Ingrid Riocreux <<<

Destin français

Price: EUR 24,50

4.5 étoiles sur 5(160 customer reviews)

25 used & new available from EUR 18,46

Les Marchands de nouvelles: Médias, le temps du soupçon

Price: EUR 22,00

(0 customer reviews)

5 used & new available from EUR 22,00

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Sur BFM TV, Zemmour est le mauvais élève face au « bon » historien. Sur les plateaux, certains sont un peu plus égaux…

    1. LeClairvoyant

      C’est sûr que l’historien Veil veut amener Zemmour à comparer l’héro de De Gaulle de 45 avec le traitre de Pétain de 1943. Mais en 40, personne savait quel destin attendait chacun. Car c’est plus facile de faire de la résistance contre les allemands à Londres, que gouverner la France 5 ans en résistant contre les allemands.
      Personne savait quelles forces viendraient libérer la France, ni si les soviétiques allaient gagner la bataille de Stalingrad, ni si les américains débarqueraient en Afrique, en Provence et en Normandie, ni si l’Italie allait changer de camp pour changer le cour de son histoire.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    2 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap