toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Naissance des « fake news » avec l’affaire Al Dura sur France 2 : « La diabolisation du peuple juif, via une campagne de désinformation anti-israélienne colossale, a infecté toutes les autorités en Europe »


Naissance des « fake news » avec l’affaire Al Dura sur France 2 : « La diabolisation du peuple juif, via une campagne de désinformation anti-israélienne colossale, a infecté toutes les autorités en Europe »

Richard Landes, historien installé à Jérusalem, a réussi à visionner les rush originaux de la prétendue mort du jeune garçon Al dura que lui a montré Charles Enderlin, journaliste de France 2, responsable d’avoir diffusé une fausse mort mis en scène pour incriminer l’armée israélienne. Ainsi naissait le premier « fake news » à l’échelle planétaire qui embrasa le monde arabe et entraina un cycle d’attentats en Israël.

NETZARIM JUNCTION ET LA NAISSANCE DE FAUSSES NOUVELLES

Près de deux décennies après la supercherie des médias internationaux, un enquêteur de premier plan revient sur les lieux d’un crime de journaliste.

L’une des expériences les plus choquantes et les plus transformatrices m’a touché vers la fin octobre 2003, lorsque j’ai eu la chance de visionner la séquence originale non reproduite qu’un cameraman palestinien avait tournée trois ans plus tôt à Netzarim Junction le 30 septembre 2000. C’était un coup d’œil par Talal Abu Rahma, le cameraman palestinien qui a filmé ce que les journalistes ont décrit plus tard comme une journée d’émeutes qui a tué beaucoup de personnes dans la bande de Gaza, y compris le garçon de 12 ans, Muhammad al Durah.

Charles Enderlin, correspondant en chef de France2, a retransmis le film en reprenant le récit de son caméraman: un garçon palestinien innocent, pris pour cible par les FDI, abattu par balle alors que son père implorait les Israéliens d’arrêter de tirer C’est devenu instantanément une sensation mondiale, enrageant le monde musulman et provoquant des manifestations de colère où des progressistes occidentaux et des musulmans militants se sont unis pour assimiler Israël aux nazis. Ironiquement, pour la première fois depuis l’Holocauste, «Mort aux Juifs» a été entendue dans les capitales européennes. À partir de ce moment-là, pour beaucoup, Israël était à blâmer pour toute violence, un État paria.

Même si l’enfant était mort dans un échange de tirs, en imputant sa mort à une action israélienne délibérée, c’était une diffamation de sang classique: un garçon gentil meurt; les Juifs sont accusés d’avoir planifié le meurtre; des foules violentes, invoquant le martyr mort, attaquent les Juifs. En Europe, les attaques provoquées par la diffamation d’Al Durah étaient principalement de propriété juive. Au Moyen-Orient, une nouvelle vague d’attentats suicides, « vengeant le sang de Muhammad al Durah », a visé les enfants israéliens et a donné son approbation à 80% de la population palestinienne . C’était en fait le premier diffamation de sang postmoderne. La première diffamation pour sang annoncée par un juif (Enderlin), diffusée par les médias modernes (MSNM) et diffusée dans le cyberespace à un public mondial . Il s’agissait de la première «fausse nouvelle» du 21e siècle, qui a connu un vif succès et, en tant queicône de la haine , il a fait des dégâts immenses.

Mais ça empire. Les éléments de preuve ont non seulement montré que les Israéliens n’auraient pas pu tirer les coups de feu qui ont touché le garçon et son père, mais tout ce qui se trouve dans le film suggère que la scène a été mise en scène. Il n’y avait pas de sang sur le mur ou le sol et des images jamais montrées au public semblaient montrer que le garçon bougeait après avoir été déclaré mort. Je me suis mis à explorer cette hypothèse mise en scène, soulevée pour la première fois par Nahum Shahaf et exposée au public anglophone par James Fallows en 2003.

Et cela m’avait amené à voir ces rushes, les images brutes non éditées tournées ce jour-là en septembre 2000 à Netzarim Junction. Le film était en possession de Charles Enderlin, journaliste franco-israélien et correspondant en chef de France2, qui était l’employeur du caméraman Abu Rahma. Il était connu pour ne montrer que les rushes aux enquêteurs « de son côté » mais venant sur la recommandation d’un ami, Enderlin supposait que j’étais sympathique. Pour le visionnage, j’avais Enderlin à ma gauche et à ma droite un cameraman israélien travaillant pour France2, qui était avec Enderlin à Ramallah le jour du tournage.

Ce que j’ai vu m’a étonné. Scène après scène, les Palestiniens ont mis en scène des scènes de bataille, de blessures, d’évacuation d’ambulance et de vol paniqué, filmés délibérément par le caméraman, tout en restant devant la position israélienne, sans aucune crainte. A en juger par les 21 minutes de film d’Abou Rahma et les deux heures d’un cameraman de Reuters, Netzarim Junction ce septembre, le «troisième jour de l’Intifada», a été le théâtre de plusieurs scènes de fortune sur lesquelles des cameramen, la plupart palestiniens, certains étrangers, «séquences d’action» filmées par tous, des militaires armés d’armes à feu aux adolescents et aux enfants.

À un moment de notre visionnage, un très grand homme a saisi sa jambe et a commencé à boiter lourdement. Peut-être n’avait-il pas feint sa blessure de manière convaincante, peut-être que sa taille décourageait quiconque de le prendre. En tout cas, seuls les enfants rassemblés autour de lui, qu’il a chassés, et, après avoir cherché à voir personne ne venait, il est parti sans boiter.

Le cameraman israélien de France2 a reniflé.

Learn Hebrew online

«Pourquoi ris-tu?» Ai-je demandé.

«C’est tellement faux, a-t-il répondu.

« Je sais », dis-je en me tournant vers Enderlin, « tout cela semble faux. »

«Oh, ils font ça tout le temps. C’est une affaire de culture »a répondu le correspondant principal.

«Alors pourquoi n’ont-ils pas pu faire semblant avec Al Durah?

«Ils ne sont pas assez bons», a déclaré Enderlin. « Ils ne peuvent pas me tromper. »

L’autre chaussure était tombée. Lors de précédentes séances avec Nahum Shahaf, le premier enquêteur israélien (« officieux ») sur l’affaire al Durah, engagé par le commandant sud de Tsahal, Yom Tov Samia, j’avais visionné plus de deux heures de vidéo de ce jour. Cette séquence, filmée par un cameraman palestinien travaillant pour Reuters, m’avait familiarisé avec la pratique palestinienne de la mise en scène, dont la séquence de base est la suivante: simulez une blessure grave, rassemblez les gens autour de vous, vous relève (souvent brutalement, sans brancards) et vous précipite vers une ambulance, des aides saisissant avec impatience les blessés en fuite, afin de passer à la caméra. Ceux qui portent les blessés le jettent ensuite à l’arrière de l’ambulance, claquent les portes à clé et le chauffeur décolle, les sirènes retentissant. Ce soir-là, vous rentrez chez vous et voyez combien de fois vous avez annoncé la nouvelle.

Je savais déjà que les Palestiniens simulaient des images, mais ce que je comprenais maintenant, c’est que les principaux médias, dont le premier impératif était de filtrer une propagande aussi flagrante, l’avaient acceptée comme une pratique normale et utilisaient les faux pour raconter la «vraie» histoire. . Les normes professionnelles applicables aux journalistes occidentaux peuvent rendre même la mise en scène de B-roll problématique. Mais apparemment, au Moyen-Orient, les journalistes occidentaux n’ont aucun problème avec la mise en scène A-roll, tant qu’ils peuvent la réduire en sites crédibles de l’agression israélienne et de la victimisation palestinienne. Le correspondant du vétéran des 60 Minutes, Bob Simon, décrira plus tard Netzarim Junction comme le point focal de la nouvelle guerre israélo-arabe, dans laquelle « plus de 30 personnes ont été tuées et des centaines d’autres blessées ».

Pour quiconque est familier avec les normes journalistiques au Moyen-Orient, la pratique de la mise en scène comme une tactique dans la guerre idéologique et narrative ne doit pas surprendre. En effet, la charte islamique des médias de masse adoptée lors de la première conférence internationale des médias islamiques en 1980 énonce clairement sa mission: «Combattre le sionisme et sa politique coloniale de création de colonies de peuplement ainsi que sa répression impitoyable du peuple palestinien». Ailleurs, la charte déclare que «les hommes de médias islamiques devraient censurer tout matériel diffusé ou publié afin de protéger la Oummah des influences préjudiciables au caractère et aux valeurs de l’Islam et de prévenir tout danger.» Un autre document, Arab Information Charte d’honneur, élaboré en 1978 par le Conseil des ministres arabes de l’information au Caire affirme ce qui suit:

Les médias arabes doivent s’intéresser à la solidarité arabe dans tous les documents présentés à l’opinion publique intérieure et extérieure. Ils doivent contribuer de toutes leurs capacités à la compréhension et à la coopération entre les pays arabes. Il devrait éviter ce qui pourrait nuire à la solidarité arabe et s’abstenir de campagnes personnelles.

En effet, comme l’a souligné un éditeur jordanien, les États arabes ont été les innovateurs de la fausse nouvelle .

Seul un chauvin occidental pourrait imaginer un cameraman palestinien basé à Gaza comme Abu Rahma, qui ne considérerait pas les scènes mises en scène comme une forme de journalisme acceptable. En fait, Rama a facilement menti à la presse et a souri avec charme quand il a été attrapé. Il a formulé sous serment des accusations mortelles contre les FDI, puis les a niées par télécopies inopinées. Il proclame fièrement sa participation à la lutte pour la Palestine et sa détermination à « continuer à se battre avec ma caméra », comme l’avait fait Rahma en 2001 lors d’une cérémonie de remise des prix à Dubaï.

Quand Esther Schapira, dans son documentaire Trois balles et un enfant mort, ademandé à un responsable de la télévision de l’ Autorité palestinienne pourquoi il avait fusionné avec le film Al Durah un tir d’un Israélien visant son arme (contre la foule en émeute à cause du film Al Durah, faisant croire qu’il « ciblait » al Durah, il répondit:

Ce sont des formes d’expression artistique, mais tout cela sert à transmettre la vérité… Nous n’oublions jamais nos principes journalistiques supérieurs auxquels nous nous engageons à raconter la vérité et rien que la vérité.

Il est plus difficile d’obtenir une expression plus révélatrice du vaste fossé qui sépare (en principe) les attitudes journalistiques professionnelles modernes occidentales à l’égard de la «vérité» et des attitudes prémodernes palestiniennes prédominantes dans lesquelles la manipulation de preuves pour accuser de meurtre est la loyauté envers un homme. vérité supérieure. C’est la distinction entre un monde prémoderne dans lequel les propagandistes ont vendu des diffamations de sang et un monde moderne dans lequel les engagements professionnels sont censés interdire aux journalistes un tel comportement. La distinction est devenue encore plus complexe à mesure qu’une attitude postmoderne s’est enracinée en Occident, ce qui s’allie au prémoderne qui traite de notions de «objectivité» avec suspicion et dédain.

Cet épisode de Enderlin en 2003 était la première fois que je recevais la réponse d’un journaliste occidental à la falsification assez évidente: « Mais ils le font tout le temps».

Quelques mois plus tard, lorsque la même séquence a été visionnée à Paris avec trois journalistes «indépendants» de la MSNM française , ils ont également fait remarquer la vaste mise en scène et ont obtenu une réponse similaire: « Oui Monsieur, mais vous savez, c’est toujours comme ça , a déclaré Didier Eppelbaum, le patron d’Enderlin. Ce à quoi un des journalistes, respectant son engagement d’intégrité (mais pas pour longtemps), a répondu avec indignation: «Vous le savez peut-être, mais le public ne le sait pas.» En effet, même si Enderlin et son patron admettent pense que ce sont des portes closes, à ce comportement très peu professionnel pratiqué «tout le temps», selon le dossier, elles affirment exactement le contraire. “ Talal abu Rahma, Enderlin a assuré Esther Schapira en 2007,“Est un journaliste comme moi; c’est un témoin prima facie. Il m’a dit ce qui s’est passé. Je n’ai aucune raison de ne pas le croire . » Trois ans plus tard, dans son livre qui se justifiait, il expliquait: « Ne manquant jamais de professionnalisme, Talal est une source crédible et employé par France2 depuis 1988. »  

Ce secret public sur la mise en scène généralisée d’actualités de presse a tellement envahi les cercles journalistiques français qu’un commentateur, Clement Weill-Raynal, l’a invoqué pour écarter les critiques de France2 de l’analyste des médias français, Philippe Karsenty. (Enderlin a poursuivi Karsenty pour diffamation de caractère, une affaire qui a pris des années.) Selon Weill-Raynal:

Karsenty est tellement choqué que de fausses images aient été utilisées et montées à Gaza, mais cela se produit partout à la télévision et aucun journaliste de télévision sur le terrain ou éditeur de film ne serait choqué.

Les implications de cette remarque sapent son utilité même dans son argumentation: comment Karsenty peut-il diffamer Enderlin en l’accusant d’utiliser des images mises en scène alors que, comme le reconnaît Clément Weill-Raynal, tout le monde le fait? Ou, étant donné qu’il était aussi critique envers Enderlin, s’agissait-il d’un commentaire délibérément sarcastique sur une attitude répandue et malhonnête qui protégeait Enderlin de la critique?

Quoi qu’il en soit, le commentaire révèle une situation dans laquelle les médias d’information télévisés étaient «dans» un secret qu’ils gardaient caché du public. Les Palestiniens ont simulé des scènes et les journalistes ont régulièrement monté ces images, en prenant des petites phrases fiables et crédibles et en les liant pour présenter le récit palestinien de la victimisation par Goliath israélien. En effet, plus d’un commentateur occidental a adopté le même argument «tiré d’une vérité supérieure, utilisé par le propagandiste du PATV. Voici par exemple Adam Rose qui tente de réfuter l’article de James Fallows sur les événements de Netzarim Junction:

En d’autres termes, au-delà des vérités «historiques» de ce qui se passe réellement dans des événements «singuliers» particuliers, il existe des vérités «philosophiques» sur ce qui se passe «probablement ou nécessairement» «universellement» dans certains types d’événements… le [le faux] est un authentique symbole de l’occupation israélienne « .

Ou alors que les manchettes du New York Times défendent les fausses lettres de Dan Rather, commandées par le commandant de George Bush au sein de la Garde nationale, publiées juste avant les élections de 2004, «Les mémos sur Bush sont des faux , des exactes , précise le typiste. «Lorsque la« vérité supérieure »est primordiale, les faits banals et les engagements professionnels cèdent la place.

Et il en a été de même pour cette séquence produite par les cameramen de la rue et coopératifs palestiniens, dont la plus haute vérité est la victime israélienne-Goliath et palestinienne. Ainsi, des journalistes talentueux et respectés comme Enderlin, peut-être inconscients, peut-être indifférents, ravis d’avoir du matériel, pourraient raconter des heurts entre des enfants palestiniens jetant des pierres et des soldats israéliens armés jusqu’aux dents, et les émaillant d’un grand nombre de victimes victimes, tous à ces images de fond de blessure et d’évacuation. En d’autres termes, B-roll pour les récits mortels palestiniens. Et pour Enderlin, l’histoire d’Al Durah était crédible précisément parce qu’elle « correspondait à la situation en Cisjordanie et dans la bande de Gaza à l’époque ». En d’autres termes, la situation n’était pas comme le pensait Enderlin:

En quittant le bâtiment, toujours sous le choc de la réponse d’Enderlin – il utilisait le caméraman depuis douze ans, apparemment, il ne le réprimandait jamais pour son comportement peu professionnel! – en pensant à la symbiose profonde de la mise en scène palestinienne et des informations occidentales. «C’est une industrie», pensai-je, «une industrie« nationale », comme Hollywood ou Bollywood… c’est Pallywood .

Enderlin avait-il eu le courage de réagir à Al Durah, la propagande mortelle d’Abu Rahma, en le licenciant, et en présentant un article sensationnel sur la façon dont son cameraman palestinien avait tenté de le tromper pour qu’il diffuse une scène mettant en scène une diffamation potentiellement meurtrière… il a mis en garde ses collègues journalistes contre le danger pour leur intégrité professionnelle de faire tourner des séquences filmées par des Palestiniens sans vérifier soigneusement… le cours du Jihad d’Oslo et, avec lui, l’avenir de la société civile au XXIe siècle aurait pu être très différent.

Ce que j’ai vite découvert, c’est cependant l’immense résistance de tous, même les Israéliens, à tout effort visant à changer le récit. Mis à part quelques sionistes insensés, qui croiraient que le MSNM en bloc, pourrait faire une telle déclaration si dramatiquement  qu’il s’agirait du bras volontaire ou (pire) de la guerre de l’information palestinienne, exécutant sa propagande de guerre, comme des nouvelles? Comment puis-je espérer convaincre tous ceux qui doivent veiller à sa crédibilité que le 21ème siècle a commencé avec une injection massive de fausses nouvelles dans la sphère publique occidentale? Beaucoup moins leur faire penser aux dégâts causés par la catastrophe (en cours)… y compris la propagation de fausses informations aux différentes parties d’un MSNM de plus en plus divisées sur les questions intérieures…

Presque deux décennies plus tard, nombreux sont ceux qui, autrement, seraient d’accord avec mon analyse, considèrent l’histoire comme «une histoire ancienne». Sauf que ce n’est pas; non seulement la collusion Pallywood-MSNM persiste, mais elles se sont propagées comme une maladie. Comme David Collier l’a récemment noté :

La diabolisation du peuple juif, via une campagne de désinformation anti-israélienne colossale, a infecté toutes les autorités locales et tous les établissements d’enseignement en Europe. Une tendance antisémite à l’échelle du continent, 70 ans seulement après l’extermination de six millions de Juifs par les Européens. Vraiment écoeurant.

Et ce ne sont pas seulement Israël et les Juifs qui souffrent de cette campagne de désinformation; comme l’histoire l’a montré depuis longtemps, la deuxième victime de l’antisémitisme sont les antisémites. Si au 20ème siècle, Isaiah Berlin pouvait crier: « L’antisémitisme déteste les Juifs plus qu’il n’est absolument nécessaire », la version du 21ème siècle est « L’antisionisme hait Israël même quand il vous blesse. » Quoi qu’il en soit, la clé pour résoudre les dysfonctionnements et la folie qui semblent avoir envahi les sphères publiques occidentales et arabo-musulmanes au XXIe siècle consiste à reconsidérer ce premier cas soutenu de fausses nouvelles au XXIe siècle. Combien de dommages ce fléau doit-il causer avant que les personnes soucieuses de la démocratie ne décrochent? Vous vous êtes réveillé?

Pas Nihad Awad du Conseil sur les relations américano-islamiques (CAIR), qui a célébré ce 18e anniversaire de ce faux calamiteux par un  tweet respectueux : En souvenir du #MohamedAlDurrah, un garçon palestinien assassiné par des soldats israéliens il y a 18 ans. #Palestine »







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Naissance des « fake news » avec l’affaire Al Dura sur France 2 : « La diabolisation du peuple juif, via une campagne de désinformation anti-israélienne colossale, a infecté toutes les autorités en Europe »

    1. andre

      Monsieur Landes, Ce que vous dites a la fin, c’est qu’Enderlin aurait pu changer le monde, et n’a pas tente de le faire. Philippe Karsenty (que, nous ne l’oublions pas, vous avez admirablement soutenu) a tente de le faire, et il faut a nouveau saluer son courage. Mais que pouvait-il contre l’Etat ? lors du 3eme et dernier proces (en cassation) qui lui avait ete intente par la chaine de television FR3, le rapporteur principal (dont j’ai oublie la fonction juridique exacte, n’etant pas juriste) avait semble plutot favorable a ce que soutenait Enderlin: le jugement a ete reporte deux fois et, semble-t-il, alourdi a chaque fois contre Karsenty, Mme Taubira etant ministre de la justice …

    2. andre

      Distraction « Kolossal ». Je voulais ecrire que le rapporteur principal avait semble plutot favorable a la these de Karsenty: j’ai ecrit exactement le contraire et presente mes excuses

    3. esther

      NOUS AVONS CRIE ENDERLIN ASSASSIN LE SOIR DE L’ASSASSINAT DE MYRIAM, 8 ANS, D’ARIE, 5 ANS, DE GABRIEL, 3 ANS. NOUS LE CRIONS ENCORE ET NOUS LE CRIERONS APRES SA MORT.

    4. Robert Davis

      Cet épisode palestino-médias n’est la cause de rien du tout ce n’est qu’un EFFET des blâmes des médias qui durait depuis de gaulle en 1958. Si on veut absolumment mettre le doigt sur un SEUL homme ce n’est pas sur un merdeux comme enderlin qu’il faut s’arrêter mais sur de gaulle.Lorsque qu’on blâme pour tout et pour rien une personne ou un Etat pendant des DECADES, il ne faut pas s’étonner si à la moindre étincelle tout s’enflamme et le mystificateur de gaulle savait ce qu’il faisait. Mais je pense que même l’infâme de gaulle n’est pas vraiment le plus responsable des parties en cause mais la gauche d’Israel qui n’a JAMAIS VOULU SE DEFENDRE SUR LE PLAN GEO POLITIQUE et c’est d’ailleurs encore cas puisque le PM refuse de réclamer la souveraineté sur les provinces d peuuuur d’avoir une majorité arabe un jour ALORS QU IL SUFFIT D UN EU DE COURAGE OUR LES EXPULSER ET FAIRE CESSER LE CONFLIT EN FAVEUR D ISRAEL. Si Israel s’étzait comporté avec la même lâcheté sur le plan MILITAIRE, Israel n’existerait m^me pas. Je sais bien qu’il faut PLUS de courage pour se défendre sur leplan politique que sur le plan militaire car là ils ne pouvaient pas faire autrement.

    5. Jg

      Les francouillons ont tous suivi ce charlot .
      50 ans de desinformation par tous les merdias de ce pays , laissent des traces indelebiles pour plusieurs generations .
      L antisemitisme  » classique  » est booste grace a cette immigration  » choisie  »
      Le comportement de la france est ignoble .

    6. HARROCH MARIE

      NOTRE CHERE FRANCE EST EN DANGER, VOUS ETES EN PRESENCE DE GENS IMMORAUX QUI SONT SURS QUE PAR LEURS MENSONGES ET MENACES ILS EFFRAIENT ET INFLUENCES SES PAUVRES FRANCAIS- ILS VOUS ONT HYPNOTISE OU ETES VOUS CONTENTS DE CETTE HORRIBLE SITUATION OU LA MORALE ET LA SECURITE SONT EN PERMANENCE BAFFOUEES????????

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *