toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le gouvernement Macron compte régulariser dix mille Algériens vivant en France


Le gouvernement Macron compte régulariser dix mille Algériens vivant en France

C’est ce qu’estime la chercheuse française spécialisée dans les questions d’immigration, Catherine Wihtol De Wenden, lors d’une rencontre avec la presse algérienne à Paris, rapportée par un quotidien algérien. Selon elle, cette régularisation se fera progressivement . «Beaucoup d’entre eux optent pour le mariage blanc ou travaillent sans papiers, mais finiront tous, dans dix ans, par être régularisés», prévoit la chercheuse.

Cette chercheuse au CNRS révèle également que 2 995 demandes d’asile politique ont été déposées par des Algériens en France durant l’année 2017, sur un total de 100 000.

Selon elle, la meilleure façon pour la France et les autres pays européens de lutter contre l’immigration clandestine, c’est d’ouvrir leurs frontières aux migrants venus d’Algérie ou d’autres pays et de leur ouvrir en même temps le marché de travail.

Par ailleurs, l’intervenante qualifie l’initiative lancée par les gouvernements européens de mettre en place des centres de rétention pour les migrants clandestins dans les pays du Maghreb et dans la région subsaharienne d’«idée stupide» et de projet «insensé», surtout pour ce qui concerne des pays dépourvus de moyens, tel que le Niger.

Dénonçant l’attitude des autorités de son pays face à la crise migratoire, la chercheuse française Catherine Wihtol De Wenden estime que les décideurs et les députés «ignorent la réalité et continuent à présenter des réponses qui ont prouvé leur échec depuis trente ans». Pour preuve, des milliers de postes d’emplois en France restent vacants, alors que le gouvernement peine à trouver la main d’œuvre dans de nombreux secteurs.

Des milliers de magrébins expulsés d’Allemagne

Près de 1 100 ressortissants algériens, marocains et tunisiens ont été expulsés d’Allemagne, indiquent différentes sources concordantes. Parmi ces expulsés, on compte quelque 400 Algériens.

La chancelière allemande, Angela Merkel, avait annoncé en juillet dernier, que son gouvernement allait accélérer le processus d’expulsion des demandeurs d’asile déboutés, en réponse à une manifestation  réclamant sa démission en raison de sa politique d’immigration.

Devant les députés, la chancelière, qui s’est rendue en Algérie récemment pour une visite éclair dédiée à ce dossier, s’était justifiée en déclarant : «Je comprends que ma décision sur les réfugiés ait inquiété les électeurs et suscité des inquiétudes quant à la capacité de l’Etat à garder le contrôle». Et d’ajouter : «J’ai clairement indiqué que la situation actuelle ne résout pas tous les problèmes, notamment en ce qui concerne les expulsions, qui restent le plus gros problème

S’engageant sur l’accélération du processus d’expulsion des demandeurs d’asile déboutés, Angela Merkel avait annoncé que son gouvernement «assumera davantage de responsabilités à cet égard en aidant à produire les documents requis».

Pour rappel, fin juillet dernier, le gouvernement allemand avait adopté un projet de loi classant l’Algérie, la Tunisie et le Maroc parmi les «pays sûrs». La loi autorise les autorités allemandes à refuser systématiquement toutes les demandes d’asile formulées par les Algériens, les Marocains et les Tunisiens et les demandeurs doivent quitter le pays dans une courte période.

Sur un total de 93 318 demandes, 900 seulement émanent de ressortissants algériens vivant en situation irrégulière en Allemagne. On apprend aussi que 8 Algériens ont bénéficié du droit d’asile en Allemagne, contre 20 Marocains et 6 Tunisiens, et que 9 Algériens ont bénéficié de ce qui est appelé «la protection subsidiaire», en vertu de laquelle les autorités allemandes leur ont accordé un droit de séjour pour une année.

Enfin, 12 ressortissants algériens ont obtenu des autorités allemandes l’«interdiction d’expatrier», pour des motifs divers, contre 25 Marocains et 2 Tunisiens. Il s’agit, selon toute vraisemblance, d’anciens militants islamistes qui s’étaient réfugiés en Allemagne et dont la plupart étaient poursuivis dans leurs pays dans des affaires de terrorisme.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *