toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Iran : Les Gardiens de la révolution accusés d’envoyer des enfants réfugiés dès l’âge de 12 ans se battre en Syrie… silence des journalistes français


Iran : Les Gardiens de la révolution accusés d’envoyer des enfants réfugiés dès l’âge de 12 ans se battre en Syrie… silence des journalistes français

Tandis qu’Elise Lucet préfère faire de la propagande pro-Hamas sur France 2, que l’ensemble des médias français regardent ailleurs, les États-Unis dénoncent la pratique du le Corps des Gardiens de la Révolution Iraniennes (CGRI) consistant à envoyer des enfants réfugiés dès l’âge de 12 ans se battre en Syrie.

Mardi, le département du Trésor a ciblé un réseau de banques et d’entreprises qui apportent  un soutien financier à une force paramilitaire en Iran , qui formerait et déploierait des enfants soldats afin de combattre le Corps de la Garde de la révolution islamique (IRGC).

Les sanctions font partie de la campagne économique américaine visant à faire pression sur l’Iran pour qu’elle modifie radicalement sa politique, notamment par la mise au point de missiles balistiques, le soutien à des groupes terroristes régionaux et la violation des droits de l’homme.

Le réseau Bonyad Taavon Basij est un exemple de la manière dont le Corps des Gardiens de la Révolution Iraniennes (CGRI) et les forces militaires iraniennes ont accru la participation économique dans les principales industries et infiltré des entreprises apparemment légitimes pour financer le terrorisme et d’autres activités perverses.

Loading...

« Ce vaste réseau fournit une infrastructure financière aux efforts déployés par le Basij pour recruter, former et endoctriner les enfants soldats qui sont forcés au combat sous la direction du CGRI« , a déclaré le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin. «La communauté internationale doit comprendre que les enchevêtrements commerciaux avec le réseau Bonyad Taavon Basij et les sociétés écran de l’IRGC ont des conséquences humanitaires réelles. Cela contribue à alimenter les ambitions violentes du régime iranien à travers le Moyen-Orient. »

Les sanctions interdisent aux Américains de faire des affaires avec le réseau ou ses filiales et gèlent leurs avoirs sous la juridiction des États-Unis.

L’administration du président Donald Trump a rétabli les sanctions contre l’Iran depuis qu’il s’est retiré de l’accord sur le nucléaire de 2015 en mai. L’Iran est aux prises avec une crise économique au cours des derniers mois. Sa monnaie est en train de plonger dans des creux historiques et des manifestations sporadiques. La première série de sanctions, qui ont été assouplies aux termes de l’accord sur le nucléaire négocié par l’administration Obama, a été réimposée en août. Un deuxième ensemble de sanctions, plus radical, devrait être ré-imposé début novembre .

Des enfants envoyés au combat en Syrie

Les sanctions visent le réseau des entreprises – connu en anglais sous le nom de Basij Cooperative Foundation – et le groupe paramilitaire appelé la Basij Resistance Force. L’unité paramilitaire, formée après la révolution iranienne de 1979, est dirigée par le CGRI et possède des antennes dans toutes les provinces et villes d’Iran.

Selon le ministère des Finances, il endoctrine les écoliers et dispense un entraînement au combat aux enfants réfugiés iraniens et afghans âgés de 12 ans à peine, qui sont envoyés au combat en Syrie. Dans un communiqué de presse, le Trésor américain a inclus une photo d’enfants de la force de résistance utilisant des photos d’anciens présidents Barack Obama et George W. Bush à des fins d’entraînement.

En outre, le Trésor a également ciblé plusieurs banques, sociétés d’investissement et entreprises affiliées au réseau financier.

Learn Hebrew online

L’Iran a tenté de minimiser les sanctions américaines visant le secteur vital du pétrole et du gaz du pays. Le président iranien, Hassan Rouhani, a déclaré que les sanctions du 4 novembre n’auraient aucun effet car « les États-Unis ont déjà fait tout ce qu’ils voulaient faire ». Rouhani a qualifié l’administration Trump de « plus hostile » que son pays ait vaincu. sanctions par «unité et intégrité».

L’Iran apporte depuis longtemps son soutien au groupe terroriste Hezbollah libanais et aux groupes armés palestiniens, que les pays occidentaux considèrent comme des organisations terroristes. L’adhésion à la CFT n’empêchera probablement pas l’Iran de continuer à soutenir de tels groupes.

© Sandra Wildenstein pour Europe Israël News

Loading...

(Avec AP)

 





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Iran : Les Gardiens de la révolution accusés d’envoyer des enfants réfugiés dès l’âge de 12 ans se battre en Syrie… silence des journalistes français

    1. c.i.a.

      Comme dans la guerre Iran-Irak,quand l`Iran prenait des enfants de 12-15 ans pour«  déminers « les sentiers, avec une saleté de mini- coran dans le cou!!!, ils se fessaient déchiqueter au nom d`ALLAH!
      RIEN NE CHANGE AVEC CES ORDURES DE MUZZ!!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *