toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Interdiction du niqab : la France «condamnée» par le Comité des droits de l’Homme  de l’ONU aux mains des pays islamistes


Interdiction du niqab : la France «condamnée» par le Comité des droits de l’Homme  de l’ONU aux mains des pays islamistes

Comme l’avait révélé le journal La Croix le 10 octobre, la Comité des droits de l’Homme (CDH) de l’ONU a rendu des «constatations» sur la loi française de 2010 qui pénalise la dissimulation du visage dans l’espace public.

Un groupe d’experts de l’ONU a «condamné» la France ce 23 octobre pour avoir verbalisé en 2012 deux femmes qui portaient le voile islamique intégral, demandant à Paris de «compenser» les plaignantes et de réviser sa loi.

Le Comité des droits de l’homme, qui dépend du Haut-Commissariat pour les droits de l’Homme de l’ONU, avait été saisi en 2016 par deux Françaises de confession musulmane condamnées à une amende pour le port en public du niqab, le voile islamique intégral avec seulement une ouverture pour les yeux.

La décision du comité confirme les informations du quotidien La Croix qui avait révélé le 10 octobre que l’ONU allait rendre des «constatations» sur la loi française de 2010 qui pénalise la dissimulation du visage dans l’espace public sous peine d’une amende pouvant aller jusqu’à 150 euros. Selon les constatations du comité, la loi porterait atteinte à la liberté religieuse et créerait une discrimination.

Aucun pouvoir de contrainte

Toutefois, ces experts indépendants, réunis au sein du Comité des droits de l’homme à Genève, ne font que rendre des avis et n’ont aucun pouvoir de contrainte sur les Etats.

Dans son communiqué de presse, le Comité a jugé que «l’interdiction du niqab viol[ait] la liberté de religion [et] les droits humains» de ces deux musulmanes. Et de préciser : «Le Comité reconnaît que les Etats peuvent exiger des individus qu’ils découvrent leur visage dans des circonstances spécifiques dans le cadre de contrôles d’identité, mais il a été d’avis que l’interdiction généralisée du niqab était une mesure trop radicale.»

Le président du Comité, l’Israélien Yuval Shany, a cependant souligné qu’il considérait personnellement, comme «nombre» des 17 autres experts, que le niqab était «une forme d’oppression contre les femmes». Mais il juge qu’une «interdiction généralisée à caractère pénal ne permet pas d’assurer un équilibre raisonnable entre l’intérêt général et les libertés individuelles».

Il a été d’avis que l’interdiction généralisée du niqab était une mesure trop radicale

Le Comité a en outre reproché à cette loi de «marginaliser» ces femmes «en les confinant chez elles et en leur fermant l’accès aux services publics» et il demande en conclusion à la France de lui envoyer un «rapport de suivi» dans un délai de 180 jours sur les mesures prises pour «compenser les plaignantes» et «éviter que des cas similaires se reproduisent à l’avenir, y compris en révisant la loi incriminée».

Les 18 experts, élus pour quatre ans, sont chargés de surveiller le respect par les pays membres du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Interdiction du niqab : la France «condamnée» par le Comité des droits de l’Homme  de l’ONU aux mains des pays islamistes

    1. alauda

      Exaspérant.
      Quand est-ce qu’on divorce avec l’ONU ?

      Ces gens qui ne nous respectent pas, hors de question de les respecter.

    2. alauda

      A qui on a affaire dans ce comité théodule ?

      Exemple : Ilze Brands Kehris, Lettone, qui se retranche derrière « une analyse strictement juridique de la situation », a déclaré à l’AFP que le voile islamique était « une très grande question qui suscite aussi beaucoup d’émotion et de réactions, et donc qui peut être politisée et manipulée ».

      Politisée et manipulée par qui ? Pas par les femmes voilées, par hasard ?
      Et le juridique n’est ni manipulé, ni politisé, naturellement !

      Je verrai bien cette ancienne directrice du Centre letton pour les droits de l’homme et les études ethniques (à propos d’ethnie, son nom sonne teuton) en Arabie saoudite. Idiote utile du salafisme.

    3. alauda

      La même en couleur et en vidéo. Boniche, servante du niqab.

      http://video.lefigaro.fr/figaro/video/niqab-pourquoi-l-onu-condamne-l-interdiction-francaise/5852309958001/

      Grave comme ce genre de bonne femme me rend agressive. Mais comment peut-on se faire berner par ce discours lénifiant sur une « religion » qui n’en a que le nom ? Religion signifie étymologiquement relier.

      Le niqab ne relie rien du tout, il sépare, il met l’oiseau féminin en cage. Cela crève les yeux et l’autre, à la tête farcie de juridique, elle ne voit rien de la provocation de ces tenues dans nos pays.

      La terre est vaste. Personne n’empêche ces nanas au visage masqué de poser leurs pénates ailleurs.

    4. alauda

      Excellent papier de Nicolas Bauer :
      http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2018/10/23/31003-20181023ARTFIG00267-interdiction-de-la-burqa-bras-de-fer-entre-l-onu-et-la-cedh.php

      « L’application aux religions du principe de non-discrimination est dangereuse pour la civilisation occidentale. Cela tend à niveler des religions qui n’ont pas du tout le même rapport à la dignité humaine, en particulier au respect des femmes. »

      Voilà quelqu’un qui ne scie pas la branche sur laquelle nous sommes assis, contrairement au comité de Genève.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *