toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Livre: « L’Eglise face à l’islam », 50 ans de collaboration soumise, le nouveau livre de Joachim Véliocas, préface du père Henri Boulad


Livre: « L’Eglise face à l’islam », 50 ans de collaboration soumise, le nouveau livre de Joachim Véliocas, préface du père Henri Boulad

Joachim Véliocas signe ce nouveau livre « L’Eglise face à l’Islam » qui dresse le bilan de cinquante ans de relations islamo-chrétiennes.

« Il n’existe pas de terrorisme islamique » affirme le Pape François devant des étudiants Italiens.  « Il ne faut pas diaboliser l’islam » affirme Mgr Podvin, porte-parole des évêques de France. « Je ne diabolise pas l’UOIF » dit de son côté le père Christophe Roucou, directeur Service des Relations avec l’Islam.

Cliquez sur l’image pour acheter ce livre

« Il faut très attention à ne pas diaboliser tous les djihadistes », prévient Mgr Dagens, au sujet de l’entrée des djihadistes d’Al Nosra dans Maaloula (Syrie).

« Le salafisme promu par l’Arabie Saoudite n’est pas violent » rassure le frère dominicain Adrien Candiard, Prix des libraires religieux 2017.

Loading...

A ces propos bienveillants commandés par la sauvegarde, à tout prix, du dialogue, s’ajoute un relativisme mal placé : « certains musulmans peuvent être excessifs, voire fanatiques, admet Mgr Vingt-Trois,comme des catholiques peuvent l’être » complète-t-il aussitôt.  François, de retour des JMJ osa le parallèle suivant : « Si je parle de violence islamique, je dois parler de violence catholique. »

Joachim Véliocas dresse le bilan de cinquante ans de relations islamo-chrétiennes, en remontant aux racines des malentendus. Chapelles devenues mosquées, mosquées inaugurées par des évêques, instituts catholiques à la dérive, les fidèles ont de quoi s’inquiéter.

L’auteur sait aussi relever les positions courageuses d’évêques et de cardinaux au service de la vérité. Un livre-choc dénonçant les errements d’une Église dans sa défense aveugle de l’islam.

Cliquez sur l’image pour acheter ce livre

Source : Islamisation





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Livre: « L’Eglise face à l’islam », 50 ans de collaboration soumise, le nouveau livre de Joachim Véliocas, préface du père Henri Boulad

    1. Robert Davis

      l’église a à sa tête des lâches, des menteurs, des gens sans foi ni loi qui ne pensent comme les gauchistes à jouir de la vie et de leurs richesses tels des porcs gras et bêtes. l’église n’a aucune crédibilité et ne mérite pas ses fidèles.

    2. alauda

      Diabolus in Musica.
      Trois citations de trois éminents personnages comportent le verbe « diaboliser » dans une tournure négative. Cela frise la paranoïa obsessionnelle.

      Vers l’an 2000, je pensais naïvement que le diable était sorti de l’imaginaire chrétien, réduit à la sphère fictionnelle des romans noirs et à leurs adaptations cinématographiques grand-guignolesques. Ce diable, tant de fois agité par des clercs sous le nez de fidèles très majoritairement analphabètes au cours des siècles, semblait avoir été relégué avec les fées au rang d’objet poussiéreux issu d’un lointain passé barbare et violent.

      La phrase magique avait été écartée du rituel : « je renonce au diable et à ses œuvres… ». Certes, encore fallait-il croire aussi en cette figure grimaçante pour y renoncer…

      Et puis, ce diable quasi disparu est revenu à mes oreilles au début du XXIème siècle, prononcé en langue arabe. Si cette langue ne m’est pas familière, je l’ai tout de suite reconnu tant la parenté des sons est flagrante : « sheitan ». Ce satan arabe me semble tout autant instrumentalisé dans le monde musulman qu’il ne l’était dans le monde chrétien. Et si les deux mondes ne partagent pas a même vision de l’unité divine, il reste en partage entre les deux mondes ce pendant obscur du manichéisme.

      Les derniers mots du Père Hamel, « Va-t’en Satan », devrait inciter ce clergé à plus de circonspection dans l’emploi du vocabulaire.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *