toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La trahison dans leurs gènes : Un Palestinien tente un projet d’empoisonnement de masse au Liban


La trahison dans leurs gènes : Un Palestinien tente un projet d’empoisonnement de masse au Liban

Un palestinien a avoué avoir un lien avec l’État islamique, qui lui a ordonné d’empoisonner l’eau de l’armée libanaise et la nourriture d’un pays étranger.

Les forces de sécurité libanaises ont déclaré, jeudi  27 septembre 2018, qu’elles avaient arrêté un descendant de réfugiés palestiniens qui serait lié au groupe terroriste de l’État islamique sur deux projets d’empoisonnement : l’un de l’eau de l’armée libanaise et l’autre de la nourriture dans un pays étranger.

L’homme, né en 1991, a reconnu avoir établi des liens avec un membre de l’EI en Syrie «qui l’a chargé de fabriquer des explosifs et de fabriquer du poison», a déclaré la force de sécurité générale dans un communiqué.

Il s’est préparé à «concocter une quantité de poison mortel avec une personne vivant dans un pays étranger» pour deux intoxications planifiées.

La première consistait à «empoisonner l’un des réservoirs d’eau à partir duquel les camions de l’armée libanaise se remplissent d’eau chaque jour pour l’emmener à la caserne».

La seconde consistait à «réaliser un empoisonnement de masse dans un pays étranger» en «empoisonnant la nourriture pendant un jour férié», indique le communiqué, sans préciser le lieu.

Le Palestinien a été référé à l’autorité judiciaire compétente, ont déclaré les forces de sécurité, et les autorités recherchent d’autres personnes impliquées.

Le Liban a été lourdement touché par la guerre civile en Syrie voisine depuis son déclenchement en mars 2011. Les forces de sécurité ont, à plusieurs reprises, arrêté des membres palestiniens de l’EI. Ils sont généralement jugés par des tribunaux militaires, mais leurs procès ont traîné en raison du nombre de cas.

En 2013, un chanteur palestinien célèbre au Liban, Fadel Chakker, avait intégré Daech. En 2014, un sondage effectué par l’Arab Center for Research and Policy Studies de Doha, au Qatar, en novembre 2015 affirmait que 24% des Palestiniens se déclaraient favorables à l’État islamique.

Learn Hebrew online

Des éléments terroristes palestiniens très actifs au Liban 

Les camps de réfugiés  palestiniens servent toujours de base d’entrainement militaire et plusieurs centaines de fédayins lancent des opérations commando contre les civils libanais ou même des actions armées à l’étranger.

Le Liban a été secoué par plusieurs attentats suicides depuis 2013, dont certains ont été revendiqués par l’EI. En août dernier, le groupe extrémiste a évacué une région frontalière libano-syrienne dans le cadre d’un accord sans précédent visant à mettre fin à trois années de présence djihadiste.

L’Etat islamique ne dénie pas au Hamas ni au Djihad islamique le droit de combattre ; il est même disposé à les y aider… mais à deux conditions, au moins : que ce soit sous son drapeau et qu’elles rompent leurs relations avec les « apostats » que sont les Frères musulmans et l’Iran chiite.

Après l’accord du Caire de novembre 1969 sur la présence palestinienne armée au Liban, cet accord a légitimé l’existence et le travail des terroristes palestiniens au Liban. Où le Liban a reconnu la présence militaire et politique de l’Organisation de libération palestinienne et il a permis la liberté d’action militaire des  miliciens palestiniens  sur le territoire du Liban. Cet accord protégeait les Palestiniens des tentatives de les désarmer.

Cet accord n’a pas eu de rôle concret sur le terrain pour améliorer les relations entre les dirigeants libanais et palestinien: l’État d’Israël avait considéré l’Accord du Caire de 1969 comme une violation de la trêve entre le Liban et Israël en 1949.

Il faut également rappeler que les Palestiniens  avaient tenté de faire main basse sur la Jordanie en 1970 mais  le roi Hussein  les avait durement réprimé et son armée n’avait pas fait dans le détail.

Après la défaite de la tentative palestinienne  de coup en Jordanie, les événements du  septembre  noir et l’assassinat de dizaines de milliers de Palestiniens en Jordanie en 1970, les organisations terroristes palestiniennes ont été expulsées vers le Liban. Les Palestiniens ont également commis de nombreux actes de sabotage, faisant du Liban un foyer de terroristes.

Les Palestiniens du Liban

Le nombre d’environ  390 mille selon les statistiques en 2017.

Les  palestiniens au Liban sont traités comme des résidents de seconde zone. Ils sont interdits de travailler dans la plupart des secteurs, interdits de posséder des biens, contraints de vivre dans des camps délabrés et exclus du système éducatif d’État. Contrairement aux citoyens libanais, les Palestiniens ne peuvent pas bénéficier de soins gratuits dans les hôpitaux. Ils sont également interdits dans la plupart des écoles publiques.

Les Palestiniens ne peuvent pas être propriétaires d’une entreprise au Liban et sont exclus de la plupart des professions salariées, y compris dans les domaines médicaux et juridiques. On estime que les deux tiers d’entre eux vivent en état de pauvreté. Le gouvernement refuse d’accorder les droits de citoyenneté aux réfugiés palestiniens, de peur que ceux-ci ne restent alors pour toujours.

Le Liban a 12 camps pour les Palestiniens.

Aujourd’hui, pour l’emploi et les aides, les Palestiniens sont en concurrence avec près de deux millions de réfugiés syriens arrivés au Liban. La grande majorité de l’aide humanitaire internationale au Liban est centrée sur la crise des réfugiés syriens.

L’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA) s’occupe de l’aide aux Palestiniens, tandis que le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’occupe des Syriens.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *