toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Apprentissage de l’arabe à l’école : quand le Macronisme encourage le repli identitaire


Apprentissage de l’arabe à l’école : quand le Macronisme encourage le repli identitaire

Lydia Guirous est porte-parole des Républicains et essayiste. Elle a écrit notamment “Ça n’a rien à voir avec l’islam ?”. 

Cliquez sur l’image pour acheter ce livre

L’annonce de l’apprentissage de l’arabe aurait pu avoir du sens dans un pays où le communautarisme serait un concept lointain sans réalité, où les enfants issus de l’immigration seraient dans un parcours réussi d’intégration pour une immense majorité d’entre eux, et enfin, où l’islamisme qui promeut le rejet de la République et le séparatisme culturel nous serait totalement inconnu. Mais malheureusement, la France, c’est tout le contraire. L’intégration est un échec: le communautarisme galopant le démontre et celui-ci fait le nid de l’islam politique qui mène à l’islamisme, producteur de djihadistes.

Le rapport El Karaoui, en proposant quelques mesures réchauffées, s’inscrit dans le sillage de la pensée condescendante et complaisante de la gauche qui depuis des décennies encourage l’assignation à résidence culturelle plutôt que les efforts et l’exigence d’un parcours Républicain réussi pour faire nation.

Je me souviens, alors que ma famille avait fui le fléau islamiste d’Algérie (qui a fait des centaines de milliers de morts et plongé le pays dans une décennie de sang et de larmes), à l’école primaire (publique) à Roubaix, les élèves dont l’ascendance était maghrébine, étaient encouragés à apprendre l’arabe avec des professeurs étrangers. Pour la gauche il fallait que ces élèves gardent un lien avec leur culture d’origine… C’était déjà l’inverse de ce qu’il fallait faire. C’était aussi l’aveu d’un refus de faire de l’intégration, une réussite. Au lieu de faire de ces élèves des Français attachés aux valeurs de la République et dont le français sera la langue, une langue parfaitement maîtrisée, la gauche les renvoyait à leur « langue d’origine ».

Promouvoir la langue arabe, dans les écoles des beaux quartiers, ou les élèves bénéficient d’un bagage culturel conséquent, d’une maîtrise parfaite de la langue française, et des langues étrangères indispensables pour intégrer les filières sélectives n’est pas problématique. C’est une langue de plus, un complément intéressant pour découvrir une civilisation qui a laissé la bêtise des rétrogrades et des intégristes aujourd’hui, prendre malheureusement le dessus.

Cliquez sur l’image pour acheter ce livre

Les rapports rédigés depuis les beaux quartiers parisiens produisent forcément des recommandations hors-sol et non efficientes. Dans les quartiers aujourd’hui les jeunes maîtrisent très mal la langue française, souvent mélange d’argot, de verlan et d’arabe. Dans les familles, la langue parlée est celle du pays d’origine des parents ou des grands-parents. Nombre de commerçants ou d’habitants s’adressent directement à vous en arabe imaginant que tout le monde maîtrise cette langue. Le communautarisme a pris le dessus sur la République, les lois de « dieu » ont pris le dessus sur celles de la République et souvent la France est déjà un lointain souvenir…

Ainsi, promouvoir l’apprentissage de l’arabe pour lutter contre l’islamisme est un contre sens, une erreur historique. Promouvoir l’apprentissage de l’arabe c’est encourager à poursuivre dans la voie du repli identitaire. L’école de la république est considérée aujourd’hui comme  impure, mécréante par les islamistes et ceux qui s’approchent de cette vision. En mettant leurs enfants dans des cours  de « soutien scolaire » ou d’association soi-disant  « culturelle », les parents souhaitent les rapprocher de leur culture d’origine et de leur religion. Leur progéniture ne doit pas se compromettre avec la culture occidentale… De cette manière, accentuer l’apprentissage de l’arabe ne permettra pas de faire reculer cette vision, ni de faire reculer l’islamisme, ni de  réduire le nombre de ces cours d’obscurantisme.

Cliquez sur l’image pour acheter ce livre

La défiance vis-à-vis de la République et de la France est telle aujourd’hui que l’arabe qui  sera enseigné dans nos écoles sera considéré comme non fidèle à la langue du prophète. Aussi, le temps, l’énergie et les moyens qui seront alloués à cette mesure seront des moyens qui -in fine- renforceront ce qu’il fallait initialement combattre.

Renforcer l’apprentissage du Français, la découverte de la richesse de la littérature, des arts, des idées qu’ont porté les auteurs, artistes et philosophes français combattra plus efficacement le communautarisme. L’urgence aujourd’hui est de faire renaître la volonté d’être français, pleinement français et fier de l’être chez tous les enfants.

Pour cela les efforts doivent être portés sur la promotion de ce qui fait notre fierté, notre grandeur, notre rayonnement dans le monde. Il n’y a pas meilleur moyen de combattre l’attrait de la facilité qu’offre le communautarisme et l’idéologie islamiste qu’en développant un attrait plus important encore pour la grandeur de notre culture. « Français de souche », « de sang mêlés », « ou issue de », nous parviendrons à faire reculer le communautarisme par un attachement farouche et intransigeant à nos valeurs et notre mode de vie. Pour cela, l’école doit aussi promouvoir la fierté et le bonheur d’être français.

Fiers et heureux de ce que nous avons été, de ce que nous sommes. Le réarmement culturel, indispensable pour faire reculer l’islamisme, débute dès les bancs de l’école. Il doit se faire, pour tous, en langue française.  Encore une fois, contre le communautarisme et l’islam politique, le Président multiculturaliste fait fausse route. Une fois de plus.

Valeursactuelles





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Apprentissage de l’arabe à l’école : quand le Macronisme encourage le repli identitaire

    1. esther

      C’est un bonheur que de lire à chaque fois Lydia Guirous : elle fait plus que maîtriser la langue française, elle a une âme d’écrivaine.
      Dire que je suis à 100 % d’accord avec ce qu’elle écrit, est faible. Oui, c’est la langue française qui doit être apprise à l’école en priorité, oui, c’est elle qui doit être comprise et maîtrisée avant de chercher à en apprendre une autre, que ce soit l’arabe, la chinoise ou la russe, oui, l’apprentissage de l’arabe en France représente un danger, malheureusement, car c’est une belle langue mais elle a été associée bien malgré elle et est associée à l’islam politique : je dirai qu’une association de malfaiteurs versant dans le djihadisme jusqu’au terrorisme, l’a prise en otage et fait chanter toute la République française grâce à cet enlèvement; ce n’est pas la faute de cet otage, de cette langue mais il faut que l’Etat la coupe de ses kidnappeurs, pas qu’il la laisse croupir avec eux et il ne faut surtout pas que l’Etat pratique le Syndrome de Stockholm, considérant que ses kidnappeurs ont raison. Apprendre l’arabe à l’école, c’est donner raison à ceux qui l’ont kidnappé et c’est dramatique car cela favorisera le repli, comme le dit Lydia Guirous et n’empêchera pas, par ailleurs, l’apprentissage de l’arabe dans des officines plus occultes, les parents très religieux refusant que cette langue si pure puisque, pour eux, directement liée à l’Islam le plus radical, soit enseigné par des infidèles ou des mécréants (des musulmans modérés), qui sont pour eux des impurs.Mais Macron est incapable de comprendre cette situation : il n’est même pas multiculturaliste, il n’a aucune culture ou si peu : à force de vouloir appartenir à tout quand on ne maîtrise rien, on n’appartient plus à rien..

      PS : J’ai fait un peu d’humanitaire outre-mer dans ma lointaine jeunesse et j’ai gardé des liens avec une femme dont la fille est ensuite venue vivre en France métropolitaine et a épousé un métropolitain : son fils de quatre ans parlait un espèce de français mélangé de créole ou par moments, en créole et par moments en français, et l’institutrice a convoqué les parents et leur ont dit de façon ferme qu’il fallait que cet enfant parle uniquement le français, y compris à la maison, car il n’avait pas les capacités de pratiquer les deux langues correctement : la fille de mon amie et son mari l’ont très bien compris. Mais allez tenir les mêmes propos à un enfant qui baragouine et le français, et l’arabe, et la moitié des parents concernés, si ce n’est plus, convoqueront toutes les caméras des médias complices pour se plaindre d’un tel traitement et d’un tel racisme.
      J’ai aussi une amie dont le fils s’est marié à une américaine : la fille aînée qui a 10 ans, maîtrisait la langue anglaise et la langue française à 6 ans, la deuxième fille, à 7 ans, n’y arrive pas : pour l’instant, comme ils vivent aux EU, les parents ont choisi de privilégier la langue anglaise pour leur seconde fille, puis plus tard, quand elle aura acquis la première, elle apprendra le français : nous ne sommes pas égaux devant l’apprentissage des langues, les enfants non plus.

    2. Sam O'Var

      Excellent texte, plein de bon sens et parfaitement lucide quant à la réalité dans laquelle nous baignons.
      Malheureusement bien des politiciens manquent du bon sens le plus élémentaire et ne cessent de faire des propositions totalement en porte-à-faux avec la réalité, voire carrément burlesques.

    3. Robert Davis

      Evidemment que l’intégration ne fonctionne pas et je dirais HEURESEMENT, car s’il fonctionnait ce serait PIRE pour la France et les français. En fait dans ce maudit magma de dogmes gauchistes la BONNE PORTE, la stratégie est mise hors concours on a seulement droit à ouvrir des portes qui mènent à des impasses. La bonne porte porte est de renvoyer en afrique tous ces noirs et arabes chez eux, retour à l’envoyeur car en europe le multi tout ce qu’on veut, ne fonctionne pas. La stratégie doit primer sur la tactique qui n’offre que des solutions boiteuses et perdantes que ce langage soit « correct » ou non pour la gauche.

    4. Robert Davis

      Et ce n’est pas par hasard que la bonne solution est considérée comme incorrecte par la gauche et son expression incorrect. C’est parce que justement elle MARCHE.

    5. Robert Davis

      PS Pour ce qui est de la langue c’est un élément tactique donc secondaire: 80% au moins d’entre eux restent africains et mieux ils parlent les langues occidentales plus ils sont efficaces à détruire nos pays et remplacer nos populations par les leurs.

    6. Robert Davis

      Lydia Guirous : vous croyez vraiment à ce que vous dites dans une France à 80% peuplée d’arabes et noirs demain? excusez moi mais c’est de la litérature pure! Les arabes vont être fiers de la…grandeur française? même moi je ne le suis pas…Ils vont pleurer la capture par les romains de…Vercingétorix le celte gaulois et vont sauter de joie à la lecture de…Wagram! Ce n’est pas sérieux!

    7. Robert Davis

      L’interdiction de l’arabe à l’école et partout si possible, oui d’accord mais cela nous aidera seulement à gagner du temps pour les expulser puisqu’on ne peut y arriver immédiatement. On est obligés d’attendre que les imbéciles comprennent dans quel monde on vit et cessent de voter à gauche, on a besoin de temps pour attendre la cavalerie.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *