toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Démission de Hulot : la vérité sur la réunion à l’Elysée


Démission de Hulot : la vérité sur la réunion à l’Elysée

Le président de la Fédération des chasseurs, Willy Schraen, rétablit la vérité sur le déroulé de la réunion lundi à l’Elysée avec le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, qui a annoncé par surprise sa démission du gouvernement, ce mardi, sur France Inter.

Racontez-nous comment s’est passé cette fameuse réunion à l’Elysée… 
Elle a duré plus longtemps que prévu. Près de deux heures dans un climat parfaitement serein. Pas un mot plus haut que l’autre. Je ne vais pas vous mentir : cela fait trente ans que je côtoie Nicolas Hulot, que je combats ses idées et que je sais qu’il bouffe du chasseur. Mais là, pas le moindre signe d’agacement ou de nervosité. Une petite dizaine de personnes était présente. Nicolas Hulot y assiste en compagnie de son secrétaire d’Etat, Sébastien Cornu. De mon côté, je suis accompagné de Thierry Coste, mon conseiller politique que soi-disant le ministre n’aurait pas supporté de voir autour de la table.

Nicolas Hulot a pourtant affirmé au micro de France Inter que ce « lobbyiste n’était pas invité à la réunion ».
Il a toujours été clair que je serai accompagné de ce conseiller. Et imaginez que le ministre d’Etat, troisième personnage du gouvernement, ne souhaitait pas sa présence, il suffisait qu’il le demande au Président. Il l’aurait sorti immédiatement.

SUR LE MÊME SUJET

Sur le fond, quels ont été les sujets qui ont fâché Nicolas Hulot ? 
Aucun ! Absolument aucun ! Que ce soit sur la réforme du permis de chasser, la gestion adaptative des espèces, la chasse à courre, l’engrillagement anarchique des forêts… sur chacune des propositions que la Fédération des chasseurs a faites, le chef de l’Etat a demandé à Nicolas Hulot son accord. Il a validé chacun des points, un par an, à l’exception d’un seul : la gestion des cormorans. Nous demandions le droit d’en tuer 49 000 pour réguler la population. Il l’a refusé. Sur le reste, il a approuvé la baisse du prix du permis de chasse, une charte éthique sur la chasse à courre, la fin de l’engrillagement des forêts.

Comment s’est achevée la réunion ?
Elle a pris fin peu après 18 heures. Emmanuel Macron a demandé aux chasseurs de planifier une nouvelle réunion en octobre pour évoquer, entres autres, le sujet de la souffrance animale à la chasse. Nicolas Hulot a approuvé. Il nous a même demandé d’aller vite, de fixer rapidement un calendrier pour que les décisions soient prises avant la fin de l’année. On a donc promis de se revoir très vite. Alors, quand je l’ai entendu ce matin annoncer sa démission, je me suis dit que c’était du foutage de gueule. C’est petit bras. S’il n’était pas d’accord avec nos propositions, il n’avait qu’à le dire. Je pense en réalité qu’il a compris qu’être ministre et militant écolo était incompatible dans ce gouvernement.

Valeurs Actuelles





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Démission de Hulot : la vérité sur la réunion à l’Elysée

    1. esther

      Parler de charte éthique pour la chasse à courre, c’est comme demander à des toreros de ne pas utiliser des banderilles lors de corridas : c’est cela le foutage de gueule. La chasse à cour est une pratique barbare d’un autre temps à l’époque où des nobliaux sodomisaient des mignons : c’est peut-être pour cela que Macron aime tellement ce genre de chasse.
      Les chasseurs ne respectent aucune règle : dans les Pyrénées où j’ai longtemps vécu et où je me suis beaucoup baladée, ces ordures poussent biches et faons, laies et marcassins sur l’autoroute A 64 où, souvent, ils se font écraser. J’ai travaillé pendant des années en tant qu’infirmière de nuit et quand je prenais la route en début de nuit pour aller de Lannemezan à Tarbes, je ne compte plus le nombre de fois où j’ai vu des faons agonisant sur les bandes d’arrêt d’urgence avec leurs mères. Parfois même, ils tuent des randonneurs quand ils ne savent pas tirer et pour eux, c’est de la faute à ces derniers qui devraient être interdits de se promener en forêt quand, eux, ils chassent. Chez nous, on dit souvent : « Le chasseur a visé l’Eglise et il a raté le village. »
      J’ai quelques amis qui ont des maisons dans les Pyrénées : s’ils attrapent un chasseur ou des chasseurs sur leurs propriétés, ils leur confisqueront leurs fusils, les mettront à poil (après tout, l’animal est à poil) puis ils les feront poursuivre par une meute de chiens enragés : ils verront ce que cela fait que d’être de l’autre côté de la barrière.

    2. amsallem

      Esther d’accord avec vous , la chasse est une barbarie d’un autre temps , elle ne devrait plus exister au XX1 iéme siécle . Ils n’ont aucune compassion pour les animaux , écoeurant !

    3. esther

      Amsallem, il y a 150 « accidents » de chasse chaque année en France où des randonneurs et des promeneurs sont blessés ou parfois tués et ces crimes sont moins punis que le braconnage : un garçon de 20 ans a perdu la vie il y a moins de 3 ans en Isère suite à un tir de balles d’un chasseur. Des ordures qui ne respectent pas les humains, vous voulez qu’ils respectent les animaux et leurs petits ? C’est tout simplement impossible.

      Hulot n’est pas ma tasse de thé entre autres à cause de la déposition d’une plainte pour viol contre lui, mais j’ai été étonnée qu’il soit invité à cette beuverie de chiasseurs dans les appartements de l’Elysée : mettre un écolo avec une meute de soudards, c’est comme mettre un bambin de 4 ans devant « Massacre à la tronçonneuse » (que je n’ai jamais regardé mais dont on m’a tout raconté par bribes) un soir d’Halloween. Comme le bambin, il a dû faire des cauchemars toute la nuit, et a tout raconté à maman le matin et a juré qu’on ne l’y reprendrait plus : là, ce sont les journalistes qui ont joué le rôle de mère.
      C’est une bonne chose qu’il ait démissionné : le « en même temps » de Macron doit avoir des limites, et ce dîner avec des chiasseurs en était une.
      Macron pourrait aller jusqu’à un spectacle entre des mignons et des pédocriminels pour tester son « en même temps » : c’est une crapule.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap