toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Bruce Lee avait un grand-père juif


Bruce Lee avait un grand-père juif

Les racines finissent toujours par ressurgir. Bruce Lee était en réalité un eurasien dont le grand père était juif ashkénaze. C’est ce que révèle Matthew Polly, spécialiste de la vie de Bruce Lee

Dans les notes de bas de page du livre, Polly révèle des “affirmations incorrectes” qui ont conduit à supposer que l’arrière-grand-père maternel de Lee était allemand. Polly a trouvé des preuves que cet arrière-grand-père, Mozes Hartog Bosman, était issu d’une famille juive néerlandaise.

Bosman est né à Rotterdam en 1839 de parents encore adolescents Hartog Mozes Bosman et Anna de Vries. Son père était un boucher juif casher.

“[Mozes] n’a pas voulu reprendre les affaires de son père”, a déclaré Polly. Lorsqu’il était adolescent, Bosman a rejoint la Dutch East Asia Company (compagnie hollandaise de l’Est asiatique) et “a sauté sur un bateau vers l’autre bout du monde pour se retrouver à Hong Kong”.

Loading...

“Cétait l’un de ces garçons qui cherchaient l’aventure”, a déclaré Polly. “Il aurait très facilement pu trouver la mort à n’importe quel moment du voyage.”

L’arrière-grand-père juif néerlandais de Bruce Lee, Mozes Hartog Bosman, vers 1880. (Avec l’autorisation de Matthew Polly)

Au lieu de cela, en 1866, il est devenu le consul néerlandais de Hong Kong, où il laissa un héritage compliqué. Il acheta une concubine chinoise appelée Sze Tai et eut six enfants avec elle ; tous ont grandi pour devenir “extrêmement riches, les plus riches de Hong Kong”, a déclaré Polly.

L’un de leurs fils, Ho Kom-tong, avait une femme, 13 concubines et une maîtresse britannique. Avec sa maîtresse, il a eu son 30e enfant – une fille, Grace Ho, qui est devenue la mère de Bruce Lee.

À cette époque, Bosman était parti. Il a participé à ce qu’on appelait le commerce des coolies, dans lequel lui-même et d’autres négociants de Hong Kong ont signé des contrats d’exploitation avec des ouvriers chinois pour qu’ils travaillent dans les chemins de fer américains, a déclaré Polly.

Mais Bosman a fait faillite et a abandonné sa famille pour la Californie, en devenant Charles Henri Maurice Bosman. “Il ne reverra plus jamais ses fils”, selon Polly.

Bosman a fondé une famille séparée après avoir épousé la fille d’un riche homme d’affaires impliqué dans le commerce avec la Chine. Ils ont déménagé en Angleterre, où il a été enterré dans un cimetière chrétien.

Learn Hebrew online

“Il s’est peut-être converti plus tard au cours de sa vie”, spécule Polly.

Polly pense que l’histoire du juif hollandais “aurait pu faire un bon film”, mais il ya un autre rebondissement – certains doutent que le grand-père de Bruce Lee, Ho Kom-tong, était en réalité le fils biologique de Bosman.

Parmi les six enfants chinois de Bosman, Polly a déclaré: «Tous avaient l’air différent», alors que Ho Kom-tong était «le plus chinois de tous ses fils».

Loading...

“Il y a des rumeurs selon lesquelles la concubine aurait peut-être eu une liaison avec un Chinois à côté – que Mozes était le père officiel mais pas le père biologique”, a déclaré Polly. “Si c’est vrai, il n’y a pas de lignage de sang juif.”

Mais Polly a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve qui soutienne cette affaire. “Les enfants eurasiens sont souvent différents de leurs frères et sœurs. Bruce avait l’air beaucoup plus chinois que ses frères Robert et Peter. “

Les frères et sœurs Peter, Agnes, Grace, Phoebe, Robert et Bruce Lee, vers 1956. (Avec l’autorisation de Matthew Lee)

Polly s’est également demandé “si une concubine chinoise dans les années 1860 à Hong Kong, mariée à un commerçant européen, oserait tricher.” Et, at-il noté, “Ho Kom-tong a officiellement annoncé à tout le monde que Mozes était son père sur sa carte d’identité.”

“Selon moi, Mozes Hartog Bosman était le père de Ho Kom-tong”, a déclaré Polly.

L’histoire de la généalogie juive de Bruce Lee a donné lieu à une vidéo réalisée par le producteur de documentaire éducatif BimBam.

Source: Jforum





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.

Articles reliés


Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Bruce Lee avait un grand-père juif

    1. david

      Une info inutile car une poule n’y retrouverait pas ses poussins dans cette histoire : Moses Bosman est-il le père ou le fils ou encore est-ce le bisaïeul (arrière grand-père) ou le trisaïeul (arrière-arrière grand-père) de Bruce Lee ? Parce que Bosman qui, il faut le préciser est enterré dans un cimetière chrétien en GB donc converti, le père ou le fils, ce n’est pas clair, achète une concubine chinoise qui a un fils qui a une fille qui est la mère de Lee. Même pour les Afro-Américains aux EU, où ils sont si sévères sur la définition de Noirs, il est considère qu’avoir un seul arrière-arrière grand-parent noir et 15 autres blancs fait de vous un Blanc et non un Noir.
      Les Lee, je crois, veulent se faire du blé car à ce stade-là, on n’est plus juif depuis longtemps.
      Je descends moi aussi de Cro-Magnon.

    2. david

      Alors en relisant, Moses Bosman, le trisaïeul, est juif et Bosman Moses (j’ai fini par comprendre et encore, j’ai un tout petit doute, c’est Moses 2), chrétien puisque converti, est le bisaïeul, il achète une femme, lui fait six gosses puis l’abandonne : c’est immonde. Je n’aurai jamais déterré le souvenir d’un tel arrière grand-père : certains font tout pour gagner un pognon de dingues.

      Mon oncle (in-law) est féru de généalogie familiale, un passionné qui vit avec ma tante, octogénaires tous les deux, dans une vieille maison d’une autre époque : quand il s’est aperçu qu’un de ses ancêtres avait abandonné femme et enfants, il a décidé de faire la généalogie de l’homme qui avait secouru cette famille et aimé cette femme et non celle de l’ancêtre biologique.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *