toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La défaite d’Israël dans la presse: et si on gagnait enfin la guerre ?


La défaite d’Israël dans la presse: et si on gagnait enfin la guerre ?

Albert Lévy est économiste, homme d’affaires et candidat pour la 21e Knesset au parti Zehout créé par Moshé Feiglin. Dans cette tribune, Albert Lévy analyse l’échec de la communication d’Israël et propose une solution.


L’échec cuisant de notre communication médiatique lors des derniers événements à la frontière avec Gaza m’a rappelé certaines parties de ma vie en France, où j’ai vécu 25 ans, jusqu’en 1994, année de mon alya.

Cela me faisait déjà très mal à l’époque, de constater à quel point la propagande mensongère des arabes était efficace, en comparaison de la pâle communication d’Israël.

Quand j’étais étudiant en Sciences politiques, dans les années 70, je lisais tous les jours « Le Monde ». A cette époque, dans ce journal et dans tous les medias, on désignait le Mont du Temple par l’expression… Mont du Temple !
Un jour, l’expression « Esplanade des mosquées » est apparue. Par la suite, au fil du temps, l’« Esplanade des mosquées », de façon insidieuse, lente mais constante, a remplacé le Mont du Temple ! Incroyable !

Parallèlement, la propagande arabe a réussi, avec beaucoup d’adresse, à introduire dans les medias français un certain nombre d’expressions, lesquelles se sont répandues partout, et qui peignent systématiquement le côté « Palestinien » comme le bon et le côté Israélien comme le mauvais.

Exemples :
– L’expression « Judée Samarie » est devenue rapidement « les territoires » puis « les territoires occupés ». Ce qui est une performance remarquable pour la propagande arabe car le mot « Judée » rappelle immédiatement le mot « juif ». Cela rend alors difficile pour nos ennemis de prétendre que la Judée n’est pas le pays des Juifs !
– Les terroristes « Palestiniens » sont devenus des « résistants ». Chacun de nous sait combien le mot « résistant » a une signification profonde et forte en France, et qu’il fait immédiatement référence à la Résistance Française qui a combattu avec courage l’occupant nazi pendant la seconde guerre mondiale.
– Et bien sûr le mot « Apartheid » accolé à Israël.

Tout ceci s’est produit alors que trop souvent on a pu voir des ambassadeurs d’Israël défiler toutes les quelques années, après de piètres interventions dans les medias, visiblement manquant de mots, d’arguments, de stratégie, de formation, d’habileté pour s’opposer efficacement à la diabolique propagande ennemie.

Tout ceci n’est bien sûr pas arrivé qu’en France, mais dans le monde entier. Il ne fait pas de doute que nous avons perdu une bataille médiatique. Pour emprunter les mots du général de Gaulle, pourrons-nous dans le futur, gagner la guerre de la communication ?

Je suis sûr que oui. En effet, nous avons perdu la première bataille pour un certain nombre de raisons. Sont généralement citées : l’antisémitisme, le sentiment de culpabilité dans l’inconscient collectif de bon nombre de peuples qui ont collaboré avec les nazis et qui jouissent de voir Israël traité de nazi, la forte augmentation de la population arabo-musulmane dans le monde, particulièrement en Europe. Ce dernier facteur amène avec lui malheureusement bien trop souvent un nouvel antisémitisme et influe directement sur les scènes politiques nationales. Car une part croissante de cette population arabo-musulmane se naturalise, obtenant ainsi le droit de vote.

Tout ceci est vrai. Mais la principale raison de notre défaite temporaire est que nous avons perdu notre crédibilité aux yeux du monde. Pourquoi ? Parce que nous affirmons une chose et nous faisons autre chose!

Learn Hebrew online

Exemples :

– Nous déclarons que la Terre d’Israël appartient au peuple Juif. Mais nous avons transmis à l’Autorité « Palestinienne » une grande partie de cette même Terre d’Israël. Y compris bien après la signature des accords d’Oslo, alors qu’il était devenu parfaitement clair que Yasser Arafat nous avait complètement roulé et qu’en réalité il n’avait jamais eu la moindre intention de faire une paix réelle et sincère avec nous.
– Nous avons, dans un passé pas si lointain, suspendu toute construction en Judée Samarie.
– Nous avons l’habitude d’affirmer fièrement que Jérusalem réunifiée est notre capitale éternelle. Mais dans les faits, Jérusalem est toujours divisée. Et, beaucoup plus grave, les Juifs n’ont pas le droit de prier sur le Mont du Temple !
– Nous avons, nous, et pas nos ennemis, arraché de nombreuses familles juives de leurs maisons situées à des endroits variés de la Terre d’Israël, comme le nord de la Samarie, Amona et tout récemment Netiv HaAvot. Liste très partielle…
– Dans la constitution du Likoud, le parti au pouvoir depuis longtemps, on peut lire au chapitre des objectifs, je cite : « La sauvegarde du droit du peuple juif sur la Terre d’Israël, droit éternel et incontestable, le peuplement, le développement et l’exercice de la souveraineté de l’Etat sur toutes les régions de la Terre d’Israël. »
Mais depuis la signature des accords d’Oslo, nous faisons exactement le contraire. Qui va encore nous croire ?

Quand on affirme une chose, et que l’on fait quelque chose d’autre, on perd sa crédibilité aux yeux des autres. C’est ce qui est arrivé à l’Etat d’Israël aux yeux des autres nations du monde. On ne nous croit plus. Pire : On croit facilement les grossiers mensonges de nos ennemis.

Mais c’est précisément là que se trouve la véritable solution à la fois à notre problème de communication et d’image et à l’instauration d’une paix véritable et durable : Nous devons absolument exercer enfin la souveraineté israélienne sur Jérusalem y compris bien sûr sur le Mont du Temple et sur toute la Judée Samarie. Au lieu de continuer à faire semblant de croire à cet accord de paix falsifiée connu sous le nom d’accord d’Oslo.
Nous devons nous révolter contre l’injuste traitement que les media étrangers nous infligent, nous devons nous redresser fièrement et dire d’une voix forte, claire et limpide au monde entier que oui, cette Terre appartient uniquement au peuple d’Israël, arrivera ce qui arrivera !

C’est seulement à partir de ce moment-là, c’est certain, que les nations commenceront à nous croire. Car alors, il n’y aura plus de contradictions criantes entre nos affirmations et nos actions. La vérité finit toujours par gagner !

Albert LEVY

[email protected]







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “La défaite d’Israël dans la presse: et si on gagnait enfin la guerre ?

    1. LeClairvoyant

      Oui, il fat clarifier le langage et la situation. lutte contre les ONGs qui arrivent en Israël pour comploter avec nos ennemis. Et placer nos frontières où nous avons des moyens de les défendre. L’AP est de plus en plus décréditée profitons-uns.

    2. Circonstances exténuantes

      Bravo pour cette analyse précise et clairvoyante!
      On peut aussi ajouter qu’accepter dans le langage courant que « palestinien » soit utilisé pour désigner autre chose que les Juifs consiste à dire que l’arabo-islamiste serait l’habitant légitime d’une terre qui est appelée Palestine dans pas mal de pays. D’ailleurs, les usurpateurs musulmans ont tenté d’exploiter à leur compte les noms de la banque de Palestine ou d’équipes sportives palestiniennes en essayant de faire croire qu’il ne s’agissait pas tout naturellement d’acquis appartenant à des Juifs.
      Le fait aussi d’admettre l’idée du partage de la terre d’Israël consiste à dire qu’elle n’appartiendrait pas légitimement aux Juifs, car quand un bien est à vous, vous n’acceptez pas d’en céder la moitié à votre ennemi.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *